Archives du Conseil > Une nouvelle vie

Auteur : Slayer
30/08/06 21h10 | 57 Desertan 3724

[ Hrp : ce qui suit est un mélange des "deux soeurs" (qui n'est plus sur le forum), qui est l'histoire de Kalyso et de Lo-Hi, et du rp personnel de Slayer. na ^^D ]


Svetlaïa était de ces mondes d’où viennent les muses qui inspirent nos auteurs. La décrire est assez simple, elle aurait pu être le jardin d’Eden. C’était une planète que son créateur avait voulue idéale. La faune et la flore étaient semblables à celle de la Terre, bien que pas totalement identiques. Ses habitants, les svetliens, étaient semblables aux humains. Ils avaient une peau très claire, presque blanche, et leurs yeux, souvent d’un gris bleu semblables au ciel de février reflétaient une grande vivacité d’esprit et une force morale considérable.

Ils menaient une existence comparable à celle des créatures elfiques, existence qui fut hélas troublée par la trop grande ambition de certains. En effet, bien qu’il n’y ait jamais eu de limite à l’enrichissement de tous, les svetliens étaient pour l’égalité et n’avaient aucun chef.

La vie extérieure à Svetlaïa fit brusquement irruption sur la jeune planète avec l’arrivée de marchands, à qui l’endroit plut, et qui décidèrent de s’y installer et de se mêler à ses habitants. Il y avait parmi eux le dénommé Kasirgoth, qui remarqua très vite cette trop grande ambition et qui comprit que c’est elle qui perdrait le peuple.

Le sveltien chez qui cette ambition était la plus présente s’appelait Farkis, c’est donc vers lui que Kasirgoth alla. Farkis possédait déjà une des plus grandes propriétés de Svetlaïa, il avait une femme, Ashi, une fille, Méluya, mais il voulait toujours plus. Kasirgoth l’acheta avec des promesses, et, de fil en aiguille obtint de lui les plus grands secrets de Svetlaïa. Avec cela, il s’imposa vite comme chef, puis importa des usines et autres choses alors inconnues des svetliens. Farkis devint son bras droit, sa soif de pouvoir grandissant chaque jour. Kasirgoth mit en place une monarchie. Il se trouvait au sommet. Les svetliens se lassèrent vite de ce régime, mais il était trop tard. Un groupe de résistants se forma, un conseil se réunit et l’assassinat des deux dirigeants fut organisé. Ashi fut désignée pour accomplir la tache, et, haïssant presque celui qui fut autrefois son grand amour, elle accepta. La nuit même, elle tua Farkis, mais fut découverte alors qu’elle s’apprêtait à accomplir son sinistre devoir. Kasirgoth profita de cela pour soumettre les femmes, chose dont il rêvait depuis longtemps déjà. S’ensuivit une guerre civile des plus sanglantes, tous les résistants furent abattus, et les partisans de Kasirgoth furent les plus nombreux. Ses idées étaient hélas sauvées.

S’ensuivirent trente six terribles années. Malgré les tentatives de libération et les guerres, Kasirgoth et ses fils restèrent au pouvoir. Kalyso et Lo_Hi, les petites filles de Ashi, étaient au service des descendants de Kasirgoth, celui-ci s’étant servi de la tentative d’assassinat pour abaisser les femmes au rang d’esclave.

Durant toute leur jeunesse, les deux fillettes durent affronter la triste vie monotone de l’esclavage. Elles nourrissaient une haine sans limite envers leurs « maîtres ». Kalyso restait muette devant les punitions et humiliations qu’elle subissait, mais sa sœur Lo-Hi , qui se révoltait constamment contre eux, accumulait punitions sur punitions, et n’en finissait pas de se rebeller, malgré les remontrances que Kalyso lui faisait.

Les deux fillettes avaient 9 et 6 ans, elles aimaient leur mère et faisaient tout pour apporter la joie parmi les leurs malgré le contexte dramatique. Meluya, de son côté cachait beaucoup de choses à ses enfants pour ne pas les terroriser. Kalyso lui avait demandé qui étaient ces hommes qui venaient la voir le soir, ou encore pourquoi obéissait-elle à tous les ordres même les plus dégradants. Sa mère avait souri de cet air triste qu'elle avait souvent et ses yeux s'étaient perdus dans le vague.

Par une chaude journée d'été, Meluya et Kalyso étaient parties aux champs alors que Lo-hi devait travailler à l'intérieur. Kalyso était assise à l'ombre d'un pommier et tressait des petits paniers alors que Meluya les remplissait de petits fruits rouges et expliquait à sa fille la magie de leurs ancêtres (elle voulait que ses enfants n'oublient pas leurs origines et connaissent autre chose que cette vie qui les accablait). Un homme survint et surpris la scène. Il s'approcha de Meluya et se pencha sur elle, effleurant sa peau douce de sa main gantée. Il sentait l'alcool. Kalyso voyant sa mère dissimuler des larmes d'interposa.


- "alors c'est elle...., elle a grandi, bientôt je pourrais l'avoir à mon service, faut les prendre jeunes si on veut se faire obéir....."

Meluya éclata en sanglots. Kalyso, elle ne comprenait pas. Sa mère la poussa contre l'arbre et se mit devant ses yeux.

- "Prends moi, fais ce que tu veux de moi, mais laisse mes enfants tranquilles."

Lo-hi sortit, attirée par les cris de sa mère et de sa petite soeur. Elle s'approcha de celle ci et la prit dans ses bras.

- "Viens Kaly, je t'emmène à la maison."

Sa mère lui lança un regard plein de reconnaissance. Le vent fit voler ses cheveux et sa robe blanche.
Elle ressortait du décor d'une manière presque irréelle, elle était la douceur et la beauté, la souffrance, la joie et l'amour même. Alors une tache rouge apparut sur le devant de la robe, le vent continuait à la faire voler, comme s'il riait du malheur des Svetliens. Lo-hi et Kalyso étaient terrorisées et ne bougeaient pas. L'homme se mit à rire avec le vent.


- "Préparez-vous, petites filles, ce soir je viens vous chercher."

Et il partit. Laissant les deux fillettes et leur mère. Elle leur souriait dans son dernier souffle. Lo-Hi commença à pleurer. Kalyso s'approcha de sa mère et ferma ses yeux comme elle avait vu les hommes du village faire et s'assit en tailleur.

- "Loo. alors c'est ça la mort?

- Oui Kaly, c'est ça. Pourquoi ne pleures tu pas? Ca ne te rend pas triste?

- Je n'ai que trop pleuré. Je ne veux plus. Allons Loo, notre nouveau maître va nous attendre.
"

Lo-Hi gifla sa soeur. Celle ci leva son regard calme.

- "Moi aussi elle me manquera. Mais je partirai. Je ne veux pas rester. Et je t'emmènerai avec moi, c'est promis grande soeur."

Loo se pencha et embrassa Kalyso. Elles restèrent ainsi l'une à côté de l'autre une heure durant, face au vent qui faisait voler leurs cheveux et séchait leurs larmes.

Et c'est dans l'ombre de la nuit tombante que les deux soeurs, main dans la main partirent pour le village laissant leur mère reposer là même où elle était née.

Contrairement à sa sœur, Lo_Hi n’était pas du tout du genre à réfléchir longuement, à être timide, et réservée. Elle préférait l’action, les combats, les aventures.
Un jour où elle avait atteint ses 15 ans, elle décida de s’enfuir de sa planète natale, ne supportant plus l’esclavage.
Elle voulut emporter sa petite sœur, mais ce lui fut impossible, et elle fût contrainte de partir seule. Se faisant passer pour une jeune marchande désirant regagner Galactica, elle réussit à convaincre un vieux marchand qui était maître d’arts martiaux de la prendre sous tutelle.
Abandonnant sa terre bien-aimée, elle partit sur Galactica pendant un an et suivit un entraînement intensif au combat. Finalement, ne supportant plus le marchand aux idées belliqueuses, elle le tua et s’appropria son vaisseau.

Auteur : Slayer
30/08/06 21h17 | 57 Desertan 3724

Lo-Hi se retrouva donc seule en plein centre du ghetto de Galactica, avec pour seuls biens un vaisseau cargo invendable, un révolver, et le médaillon ancestral légué par sa mère. Pour survivre, elle fut contrainte de le vendre sur le champ à un prêteur sur gage. Ne sachant où trouver refuge, elle alla au Corsaire - bar fréquenté par les trafiquants et la pire racaille de Galactica – dans l’espoir d’y trouver un travail.

Elle n’y était allée qu’une fois pour régler une affaire avec un petit trafiquant local, et ce jour là elle avait dû assommer un homme pour échapper à un viol dans les toilettes. Ce souvenir fit s’arrêter la jeune fille à quelques pas de l’entrée du bar.

Mais mobilisant son courage, elle franchit la porte et se retrouva dans l’atmosphère glauque et enfumée habituelle au lieu.


Une vingtaine de personnes s’y trouvaient. Quatre prostituées accoudées au bar, un groupe de déserticains en pleine partie de poker, des jeunes jouant au billard, et un homme assis, seul, au fond de la pièce, à moitié caché par un rideau de fumée.
Lo-Hi s’avança vers le coin du bar et commanda une vodka qu’un robot-serveur lui amena immédiatement.
Apparemment, ce ne serait pas ce soir qu’elle trouverait du travail…
Elle scruta la pièce, arrêta son regard sur l’homme du fond, et se plongea dans la contemplation de la partie de billard juste devant elle.
Les jeunes bikers jouaient très mal, et la jeune femme sauta sur l’occasion de se faire de l’argent.


- « Eh toi là-bas, ça te dit un 1 contre 1 ? »

Le détenteur de la canne de billard arrêta son mouvement pour se tourner vers elle.

- « D’accord, ma jolie ! railla-t-il. A combien tu veux ouvrir les paris ?
- Mille crédits.
- Waw ! Eh ben on s’emmerde pas on dirait ! Tu crois peut être que je vais me dégonfler ? Bah t’as tort, je te suis. Je te laisse même jouer la première. »


En une dizaine de minutes, les sept billes de l’homme étaient toujours sur le tapis alors que Lo-Hi venait de rentrer la bille noire. Dégouté, son adversaire lui jeta une liasse de billet au visage et parti précipitamment.
Elle se rassit au bar et commanda un autre verre qu’elle sirota en observant l’inconnu seul. Celui-ci s’aperçut qu’il était épié et s’avança vers la jeune femme.


- « Bonjour, lança-t’il d’une voix étonnamment grave. Que me vaut l’honneur d’être dévisagé par une si jolie jeune fille ?
- Je suis désolée. Je suis venue ici à la recherche d’un travail, et j’espérais trouver quelqu’un qui puisse m’aider. Vous êtes la seule personne ici qui semble susceptible de pouvoir m’apporter de l’aide… »


L’homme leva un sourcil, intrigué, et s’accouda au bar près de Lo-Hi.

- « Quel genre de travail ? souffla-t-il, apparemment intéressé.
- Quel genre de travail pouvez vous me proposer ? répondit t’elle avec un sourire amusé.
- On ne rigole pas avec moi ma petite. Je pense que le genre de travail que j’ai à offrir ne te conviendrait pas. Trop dangereux, pour une fillette dans ton genre. Tu ne sais sans doute même pas manier une arme… J’ai besoin de professionnels, moi.
- Vous faites erreur. Mon âge ne révèle en rien mes capacités. Je suis sûre que je conviens parfaitement. Etes-vous à la recherche de tueurs à gage ?
- Précisément.
- Alors, je pense que nous allons bien nous entendre… »



Quinze jours plus tard, Lo-Hi remportait un cachet de 50 000 crédits pour sa première mission.
De l’homme qu’elle avait rencontré au Corsaire, elle ne connaissait ni nom, ni numéro de téléphone, ni aucun autre détail le concernant. Il s’était contenté de lui donner les clés d’un studio à l’extérieur du ghetto, et de l’appeler il y a 2 jours pour lui donner rendez-vous.


Sa cible était un simple revendeur d’arme connu sous le nom de La Torche.
Elle l’avait suivit toute la journée, puis, quand vint le soir, elle avait pénétré dans son appartement et l’avait tué d’un coup de balle en pleine tête. Le plus dur avait été de se débarrasser du corps, mais fort heureusement, l’appartement de l’homme se trouvait près du port et il lui avait suffit de le jeter à l’eau pour faire disparaitre toute trace.

A son arrivée au Corsaire le lendemain soir, elle avait rapporté au « patron » - seul pseudonyme sous lequel elle connaissait son employeur – une chaine en or appartenant à La Torche. Il s’était contenté de sourire, de lui payer un verre, puis de lui remettre une enveloppe remplie de billets avant de s’en aller en aérotaxi.

La première chose qu’elle fit fut de racheter le médaillon légué par sa mère. Puis elle loua un grand appartement dans un quartier résidentiel du secteur 6, et s’acheta ce qui plus tard devint son arme fétiche : un katana avec une tsuka en or incrustée de pierres précieuses importées de Svetlaïa.

C’est ainsi que passèrent 6 mois durant lesquels, avec un total de 16 victimes, la jeune femme venait de remporter pas moins d’un million de crédits.
Au bout de ces 6 mois, le « patron » lui donna une mission beaucoup plus difficile qu’il ne l’avait fait avant. La cible était un homme politique important de Galactica. Cette fois, il fallut plus de 2 semaines à la jeune femme pour achever sa victime. Mais cette fois ci, la récompense était de 500 000 crédits.

Depuis lors, la jeune femme ne tarda pas à se forger une grande réputation. Non seulement le « patron » lui donnait une quantité époustouflante de travail, mais quelques mafieux commencèrent aussi à vouloir louer ses services ; ce qu’elle rejeta de suite.
Elle décida de se faire connaître sous un pseudonyme, craignant toute vengeance, et la population de Galactica, ainsi que ses services de Police, ne tardèrent pas à entendre de plus en plus parler d’une certaine Slayer, et de ses nombreux massacres.


La vie de Lo-Hi tomba dans le quotidien pendant de nombreux mois, jusqu’au jour où un malencontreux hasard avait fait que le « patron » lui avait confié une mission sur Svetlaïa. C’était la première fois qu’elle aller toucher le sol de sa planète natale depuis son départ, trois ans en arrière.

Auteur : Slayer
30/08/06 21h33 | 57 Desertan 3724

Pendant ce temps, sa sœur, Kalyso, était restée sur Svetlaïa…
Malgré les punitions et humiliations constantes, elle se montrait forte et souriante, voulant faire revivre celle qui avait été la grande Svetlaïa. Le sang des Svetliens lui apportait les pouvoirs de ce peuple légendaire.
Mais tout bascula lorsqu’elle s’éprit d’un homme qui aurait pu être le mal en personne.
Il lui avait menti sur sa véritable identité dans l’unique but de s’approprier son corps et son âme, qu’elle lui aurait donné sans réfléchir. Il était en réalité un marchand d’esclaves se faisant passer pour un svetliens, et la fit souffrir autant moralement que physiquement.

Kalyso devint vite l’un des membres les plus actifs d’un groupe de résistants. De l’ancienne Svetlaïa, elle ne connaissait que les descriptions faites par les livres et les anciens. C’était devenu une banale planète fournissant des ressources, pour le moment inépuisées.
Kalyso voulait la liberté de son peuple, mais elle savait qu’il était trop tard, tous avaient cessé de se battre, et avaient abandonné l’espoir de revoir l’ancienne Svetlaïa.
Mais alors qu’elle avait atteint ses 14 ans, et que la nouvelle Slayer parcourait l’espace, les ennuis commencèrent. La rébellion faillit être démasquée, et Kalyso devint la cible des grands marchands..
Démoralisée, elle voulut quitter Svetlaïa. Elle organisa son départ, mais ne parvint pas à se procurer de vaisseau.


C’est quelques jours plus tard que Lo-Hi - plus communément nommé Slayer à présent – posa le petit vaisseau qu’elle avait loué dans l’astroport de la capitale de Svetlaïa.
Sa première pensée fut de retrouver sa sœur, et de tenir sa promesse : l’emmener loin de tout ça. Elle s’en voulait de l’avoir écouté jadis et d’être partie seule, mais elle comptait se racheter. Ayant accompli sa mission, elle se mit sur sa piste, ce qui la conduisit tout droit au centre rebelle de la planète. Apparemment, Kalyso n’avait pas perdu de temps….

Ayant vécu sur Svetlaïa, elle connaissait le point de rencontre des résistants, aussi, elle se rendit dans un bar et écouta les conversations. Elle se décida finalement à parler au patron.


- « Bonjour. Je cherche le chef des résistants, et aussi une certaine Kalyso. C’est important.
- Ah ça ma p’tite dame, désolé mais j’connais aucun résistant, ici on est tous pour le boss, on fait c’qu’on peut pour qu’i soit content d’nous.
- Ne me prenez pas pour une conne, j’ai vécu ici .»


Slayer tendit sa main et montra son poignet au barman.

- « Ah ça change tout ça. Je vais vous demander une rencontre avec Dehlia, quant à votre Kalyso, j’ai bien peur qu’elle soit morte. J’ai entendu parler d’elle chez les résistants, mais c’était y a bien longtemps.
- Morte ?.....
- Chuis désolée ma p’tite dame, si c’était une de vos proches mais savez, les résistants, ici, ils vivent pas très longtemps….
- Servez moi votre alcool le plus fort, j’attend cette « Dehlia » ici .»


Et le barman partit.

Quelques heures plus tard, trois hommes arrivèrent et prirent Slayer par les bras.


« Laisse toi faire… elle t’attend »

Elle fut emmenée dans un endroit qu’elle ne connaissait pas. De ses souvenirs de Svetlaia, il ne restait que peu de choses. La misère avait gagné du terrain, la mort hantait les rues.

Finalement, ils arrivèrent dans une ruelle. Au bout de celle-ci, se tenait une jeune femme vêtue de façon assez pauvre.


- « Qui es tu ? On m’a dit que tu cherchais Kalyso, elle n’est plus. Je ne sais ce que tu lui voulais, mais tu peux toujours me poser ta requête, et si elle est noble, je m’en chargerai.

- Tu parles de noblesse ? toi qui envoie tes gorilles me chercher, et qui m’attend lâchement en ce lieu, n’osant te présenter toi-même… Tu profites de ces gens qui te soutiennent et rampent devant toi, mais tu ne vaux pas mieux que ces marchants…
J’avais un message pour Kalyso oui, mais je ne te le dirai pas, car tu n’es pas digne de l’entendre. Résistante, mon cul ! Je suis sûre que tu es à la charge de ces marchands… »


Un des hommes s’avança, mais Dehlia lui fit signe de se retirer et de les laisser seules.

- « Tu oses parler de cet endroit de la sorte, mais tu ne sais rien de nous. Qui es- tu , toi, la courageuse ? Une marchande, venue de je ne sais ou, qui s’est prise de pitié pour nous ? nous ne sommes pas des animaux, et ton aide, nul n’en veut. Tu ne connais pas la misère et la souffrance, ce que tu as vécu ne sera jamais aussi terrible que ce que vivent les plus jeunes enfants de ma planète. Je n’oserai me vanter de les aider, mais je me bats à leur côté. Je suis une d’entre eux, et non pas un de ces marchands, ceux de ta race qui viennent et usent des bienfaits de cette planète, la vidant de ces ressources.

- On dirait que mes arguments t’auraient touchée… Et bien, montre-moi comment tu te bats, et nous en reparlerons après. »


Slayer sortit de sa ceinture son katana doré et se mit en position de combat.
Dehlia arriva à sa hauteur en marchant. D’un geste de la main, elle enleva sa cape, dévoilant son visage. Elle était Svetlienne, pas de doute là dessus.
Elle s’accroupit et posa une main sur le sol. Aussitôt, une bulle translucide se forma autour des deux jeunes femmes.


- « MAINTENANT, c’est entre toi, et moi. »


Slayer sourit. Dehlia en fit autant. En un rien de temps, elles sautèrent et se retrouvèrent sur les toits. La bulle suivait leurs mouvements.

- « Tu devrais faire attention, marchande, si tu es aperçue par les gens de ton genre, ils te rejetteront, et puis, prends garde à ta belle tenue, elle risquerait d’être salie si tu touches une personne comme moi .»

Accompagnant son geste d’un cri, Slayer sauta en direction de Dehlia. Celle-ci eut le temps de sauter à côté et de se stabiliser. Elle s’accroupit sur une cheminée, et serra ses mains comme pour une prière. Lorsqu’elle écarta ses mains, une lueur émanait du bout de ses doigts, formant vite une boule bleutée. Elle souffla dessus, projetant celle-ci vers Slayer. La guerrière sauta, évitant le projectile qui alla s’écraser sur la bulle.

- « Joli coup, de la magie Svetlienne pure, mais ce n’est pas avec tes tours de passe passe que tu esquiveras CA »

Elle sauta vers Dehlia et porta un coup vers son épaule, déchirant une manche de sa tenue et faisant une blessure sur sa peau pale. Celle-ci tourna sa tête vers le sang qui coulait de son bras, passa ses doigts dessus, et acheva de déchirer sa manche.

- « Tu utilises des techniques…intéressantes… On dirait un mélange de plusieurs sports de combat. »

Elle joignit ses index, formant une forme étrange qui s’allongea et se transforma en une longue épée.

- « Bien, je me mets donc à ton « niveau » marchande. »

Et elles commencèrent à se battre au corps à corps, virevoltant gracieusement sur les toits et les cheminées.
Slayer fut blessée au genou et au bras, Dehlia au ventre et à la main. Finalement, Slayer porta le coup ultime, projetant Dehlia hors des toits. Celle-ci s’accrocha à une gouttière de sa main valide, sa faiblesse faisant disparaître la bulle protectrice et l’épée.

Slayer se pencha et lui tendit la main.


- « Pourquoi fais-tu ça ? »

- Je ne suis pas venue en ennemie, prend ma main »


Dehlia lui sourit et s’apprêtai à tendre le bras. C’est alors qu’elle remarqua la marque sur le poignet de la guerrière. Un marquage au fer rouge, comme on en faisait aux esclaves pour montrer qu’ils appartenaient à un maître important, ou pour les punir de méfaits. Celui que Slayer avait sur le poignet représentait un serpent enroulé autour de deux lettres. Seules deux personnes avaient, à sa connaissance, un tel marquage sur le poignet.

- « Loo? »

Slayer retira sa main.

- « Qu’as-tu dit ? Comment m’as-tu appelé ? »

- Loo, c’est moi, Kaly…. »


Alors Dehlia rejeta ses cheveux en arrière, dévoilant sa clavicule sur laquelle il y avait une cicatrice de la même forme.

- « J’ai tenté de l’effacer mais…. »

A ce moment là, la quantité de sang perdu par Kalyso se manifesta, et la jeune fille perdit connaissance. Slayer la rattrapa et l’allongea sur le toit. Elle commença à pleurer.

- « Grande sœur, tu pleures trop….

- Et toi pas assez Kaly… »


Slayer prit alors la jeune femme dans ses bras, et la souleva. Celle-ci était encore évanouie. Arrivée au bar, les deux hommes de main de Kalyso ne comprirent pas.
Elle leur expliqua alors tout. Les deux jeunes femmes furent emmenées dans la demeure de Kalyso. Cette dernière, gravement blessée, mit plusieurs jours à se rétablir. Slayer, elle, avait déjà une idée en tête : elle allait quitter Svetlaïa avec sa sœur et un groupe de résistants.
Pendant que Kalyso dormait profondément, tout fut mit en place. Le vaisseau marchand sur lequel Slayer était arrivée pourrait accueillir le groupe, et les gardes chargés de la surveillance des esclaves furent soudoyés pour l’occasion.

Le soir même du jour où Kalyso retrouva ses esprits, c'est-à-dire une semaine plus tard, un groupe d’une trentaine de résistants, hommes, femmes et enfants, prirent la fuite par les airs. Après trois longs mois d’errance dans l’espace, ils trouvèrent une planète vierge : Assianta, la nouvelle Svetlaïa.

Auteur : Slayer
30/08/06 21h35 | 57 Desertan 3724

Kalyso devint l’impératrice d’Assianta, et elle se jura de tout faire pour son bien.
Après que le groupe se soit installé, Slayer repartit sur Galactica. Elle ne pouvait pas rester sur Assianta, de peur d’éveiller les soupçons, et son gros salaire de tueuse à gage pourrait sans doute aider au développement de la nouvelle base rebelle.
Elle quitta la planète, les larmes aux yeux, ayant rappelé à sa sœur que jamais elle n’oublierait leur serment, et qu’elle reviendrait le plus vite possible. Un jour viendrait où leur mère serait vengée….



De retour sur Galactica deux mois plus tard, Slayer alla tout de suite au Corsaire. Depuis le temps qu’elle n’avait pas pu y boire un verre… Son patron devait sûrement s’y trouver, et elle devait à tout prix lui donner une excuse valable pour justifier cette longue absence.
Et après tout, elle lui dirait la vérité. Elle le connaissait depuis longtemps, et s’entendait très bien avec lui, malgré les quelques petites engueulades à l’époque où elle n’était encore qu’une adolescente en crise….
Un homme ivre lui sauta dessus, et elle le repoussa nonchalamment. Ayant fait quelques pas vers le bar, où se tenait Cobra, elle se retourna à l’instant même où l’homme revenait sur elle à la charge. Oubliant ses principes habituels, elle sortit son katana d’un geste rapide, sans bruit, et l’enfonça directement dans l’abdomen de l’individu, qui s’écroula au sol, tétanisé.
A cette heure là de l’après-midi, le bar était encore vide, et personne ne remarqua tout de suite l’homme gisant dans une marre de sang.
Gagnant le bar, elle commanda une liqueur ; elle en avait bien besoin après les dures épreuves qu’elle venait de subir.

Arrivée dans l’arrière salle, elle parcourut l’endroit des yeux. Il était là, toujours sur la même banquette élimée. Comme d’habitude, il buvait une vodka pamplemousse.
Et comme d’habitude, il regardait dans sa direction, il savait déjà qu’elle allait venir. Slayer lui raconta tout, lui ne prononça pas un mot pendant toute la durée du récit. Il ne dit rien non plus lorsqu’il vit que la jeune fille luttait pour retenir ses larmes, alors qu’elle lui parlait de sa sœur. La seule chose que fit l’homme fut de la prendre dans ses bras pendant quelques secondes, et de lui tendre une pochette, qui contenait sûrement les informations pour sa prochaine mission.

De retour chez elle, la jeune femme prit un bain, et se changea. Elle devait rejoindre Wis le soir même, et tenait à être le mieux possible, étant donné qu’elle n’avait pas daigné lui donner de nouvelles pendant deux mois.
Avant d’enfiler la veste, elle ouvrit la pochette que son patron lui avait donnée au bar. Depuis le temps, elle ne se souciait plus du tout de l’identité de ses victimes, et n’attachait aucune importance à leur nom.
Mais cette fois, rien n’était pareil. Elle connaissait le nom de sa proie : Erwan Kasirgoth, Commodore de Svetlaïa, assassin de sa mère…

Sa vengeance fut des plus sanglantes. Personne ne la revit sur Galactica pendant 3 mois .Non seulement elle tua Kasirgoth d’une mort lente et douloureuse, mais elle tua aussi ses enfants, son bras droit, et la plupart de ses ministres. Cela lui prit 50 jours, période après laquelle elle alla sur Assianta annoncer la nouvelle à sa sœur. De retour sur Galactica, elle annonça au « patron » qu’elle s’arrêterait pendant quelques mois pour prendre du repos.

Mais ce ne fut pas long : deux semaines après, ne pouvant plus supporter l’inactivité, elle reprit son quotidien.

Aujourd’hui encore, 1 an après avoir tué Erwan Kasirgoth, Slayer exerce toujours la même profession, et a à présent une renommée intergalactique qui s’étend sur tout le domaine de la République Galacticaine…