Archives du Conseil > La rennaissance de Minas Tirith

Auteur : Isildur
19/05/06 21h01 | 29 Volcan 3724

« Quoi, que me veux-tu ? Espèce de moins que rien, toi, qui m'a trahit en croyant à autre chose que la science et le rationnel (faisant allusion aux croyances Sheptal).
- Monsieur, les croiseurs sont près pour tout embarquer.
- Je sais, imbécile. Par contre, je ne sais pas pourquoi je vous garde parmi nous. Peut-être parce que je suis trop élevé spirituellement pour vous jeter aux ordures.
- Que puis-je faire pour vous maintenant ?
- Installe-toi dans celui-ci, qui ressemble plus à un amas de ferrailles rouillées qu’à une arme de guerre! . Et ne me remercie pas surtout... »


Isildur le Grand, après avoir joué au kamikaze, en pensant que ça allait passer, avec sa flotte principale dont il était si fier, face au raid Sheptalien, voulait quitter sa planète natale. Il est vrai que la belle et pure cité blanche de Minas Tirith n’était pas à sa place sur Volcano, mais l’idée de devoir reconstruire Minas Tirith ailleurs était trop décourageante. Mais le puissant raid Sheptal a changé la donne. En effet, la cité blanche a été complètement détruite, les derniers survivants de ce raid vivent dans des conditions plus que misérables. Reconstruire Minas Tirith n’est maintenant plus qu’une simple idée, mais une nécessité ! Alors quitte à reconstruire notre belle et pure citée blanche pourquoi ne pas le faire sur la planète la plus pure de ce système, j’ai nommé Vertana. De plus notre armée, bien évidemment basé sur l’uranium Volcanien, ne posera aucun problème puisqu’elle n’existe plus ! Les mages Vertaniens n’y voyaient donc plus d’inconvénient. Enfin arrêtons les sarcasmes et passons aux actes si chère a Isildur.

Le plus dur n'était pas de mettre tout le matériel scientifique, de mettre toutes les pierres, une par une, de toutes les maisons restantes, de mettre toutes le tôles ondulées des baraquements des drones sans les froisser, de mettre tout l'alcool d'Isildur le Magnifique dans le coffre fort intérieur, mais simplement d'entasser les quelques rares sélectionnés du programme de reproduction vertanien. « Femmes et enfants (qui représente maintenant plus de 90% de la population depuis la guerre), présentez-vous immédiatement à la porte G de l'embarcadère. Vous y trouverez une tenue de survie. » Trompétait un mégaphone.

La sélection était simple, les femmes qui pouvaient engendrer des beautés de la nature, des amazones au corps sans défaut réussissaient. Leur mari, elles allaient les trouver sur place. Isildur le Bon dans un premier temps, puis, une fois épuisées, les elfes.


Un rugissement, de la fumée jaunit par la lumière des réacteurs. Adieu Volcano.
Les habitants, bientôt feu les habitants, allaient tester un nouveau jeu télévisé ressemblant étrangement à un génocide organisé. « Ils ne méritaient pas une mort d'un grand homme, ils ne savaient pas ce qu'était un elfe. » avait dit Isildur le Sublime à son conseiller. Conseiller qui ne servait qu'à lui servir un bon verre de d’Adrénochrome. (Boisson naturelle, puisque prélevée directement sur la glande surrénale d’un humain vivant. )


Hop, les croiseurs atterrissent, les drones mettent tout en place, les bâtiments de recherche s'installent tout seul (magnifique l'automatisation), et le plus important, les femmes cherchent l'endroit idéal pour féconder.

Il y avait deux séquoias géants. Isildur le Noble les trouva à son goût, les alentours aussi.
En haut, on pouvait voir des arbres, des arbres et encore des arbres. Ca change de Volcano avec des volcans, des coulées de lave, des montagnes se disait-il.
C’est l’endroit parfait pour reconstruire Minas Tirith, qui portera désormais le nom de Minas Ithil.

Une nouvelle vie allait commencer, celle d'un vertanien entouré d'elfes. D’ailleur, les elfes du Noldor allaient nous proposer leur aide à la reconstruction. Isildur mis son orgueil de côté pour aujourd’hui…