Archives du Conseil > Une Aventure Mentrienne

Auteur : Mistofeles
25/11/07 19h27 | 59 Galan 3726

Chapitre I) Commencement par un Evénement Heureux

« -Aïe mon ventre…
J’ai mal au ventre !

-Roohhh t’a fini de te plaindre oui ? Non mais c’est dingue ça !!! Tu vas te marier et tu te plains encore ? Tu te maries avec la plus belle femme de toutes les contrées que tu as visitées je te rappelle. Comment ne pas être heureux avec ça ?

-Oui, tu as raison, pourtant je ne sais pas pourquoi j’ai mal au bide. Tu sais que je ne suis pas croyant pour deux sous, mais depuis que j’ai rencontré Elsa, il ne m’arrive rien de bon physiquement. Des douleurs abdominales, des espèces de visions inintelligibles qui n’ont, ni sens ni mêmes raison d’exister puisqu’elles sont fausses. On dirait presque des rêves éveillés. Je ne sais pas pourquoi.

Le bonheur est-il significatif de ce genre de maux ? Je ne sais plus, je suis bizarre depuis quelques jours, je me pose des questions sur moi-même. Et à vrai dire tous ces médicaments m’ont fait oublié plusieurs choses de mon passé…
Je ne sais plus rien sur rien, mon jeune ami. Enfin, ceci n’est pas le jour. »


Tobascli était là, une fois de plus aux côtés de son régent. Enfin régent, il était avant tout son ami, comme tout le groupe qui dirigeait le Mentrias. En effet, contrairement à beaucoup d’états ces derniers temps, le Mentrias était un état dirigés par 10 Hommes, 10 personnages ayant tous une importance :

-Der Richter, l’Homme riche mais dénué de tout sens logique, était le propriétaire de tout l’Etat. A la base l’état lui appartenait. Nés de parents richissime Der Richter préférait aller jouer dans les champs plutôt que d’étudier les rudiments qui lui octroieraient le droit du succession du Mentrias.
-Elsa Strate, sa femme. Elle venait à la base d’un autre endroit, qu’il est impossible de retrouver sur les cartes car sa planète natale fut rasée par le Shadowsong il y a de cela quelques années. Elle ne peut donc plus revoir ses parents pour deux raisons, elle ne se souvient pas d’eux, et ils sont morts.
-Mistofelès, le meilleur ami de Der. En effet, ils se sont connus lorsqu’ils étaient tout petit et avaient formé un duo d’enfer dans les grands prés. L’un était malin et intelligent, lui, et l’autre beaucoup plus limité. Der avait toujours été éclipsé par le génie de Mistofelès, malgré tout ils étaient les meilleurs amis du monde. Il était donc aux côtés de Der mais n’avait aucun pouvoir et aucunes fonctions au sein du Mentrias.
-Malafinda, Ancienne nourrisse de Der elle avait toute la confiance des parents et pour son age elle est extrêmement bien conservée. Ce qui lui permet, depuis que Der a repris les rennes du Mentrias, d’en être la diplomate.
-Melogarden, Fille de Malafinda elle est prise sou son aile et commence dors et déjà les cours de Diplomatie pour prendre la relève.
-Caillard, beau frère de Der il a toujours été fasciné par l’argent et c’est avec la plus grande avidité qu’il gère l’économique patrimoniale de Der
-Choypki, lui travaille pour le père de Der depuis plusieurs décennies. Ayant donné satisfaction pour bons et loyaux service, Der l’a nommé Intendant des Caisses du Mentrias. Il est Econome, mais il sert également de percepteur pour la taxe locale.
-Funtwo, Tobascli et Merfinos, sont les 3 amis qui servaient d’Hommes de Main à Der et Mistofelès étant petits pour faire régner leur loi. Ils ont toujours été très doués dans leur domaine, ils sont les 3 grands généraux du Mentrias.

Donc Tobascli était là, présent. Après tout c’était le mariage de son ami, c’était le mariage de son « Maitre ».


« -Ecoute Der, Ce n’est pas que je veux te stresser, mais là ça devient urgent. Sors de ces toilettes, ta femme t’attend… Arrête de te poser trop de question, tu vas finir par te rendre vraiment malade. On est réunis ici en ce jour pour t’unir, toi et Elsa.

Tu ne peux pas te permettre d’être si perfectionniste. Un jour comme celui-ci ne se reproduira pas deux fois dans ta vie. Ne vois pas le mal. Surtout que je reste presque sur que tu n’as rien et qu’il s’agit là de stress psychologique.

-Mais non, une douleur ça ne s’invente pas ! Je ne peux pas bouger, j’ai trop mal.

-Arrête toi un peu, pour une fois dans ta vie soit fort, et prouves le. Elsa, tu l’aimes non ?

-Bien sur que je l’aime, je pourrais donner n’importe quoi pour elle, et tu le sais. Seulement je ne suis pas sur que ce soit le bon moment pour célébrer notre mariage. Je sens quelque chose qui ne va pas. Je ne saurais te dire quoi exactement, mais je le sens.

-Arrêtes un peu, je te dis que c’est le stress.

-Ouais tu as peut-être raison, comme d’habitude. »


Der sortit des toilettes, se nettoya les mains et le visage.

« -Tu peux m’aider à nouer ma cravate s’il te plait ? Suis-je présentable comme ça ?
J’ai l’impression d’être un sac à patate !

-Mais non, tu vas vraiment finir par être en retard. Dépêches-toi un peu bougre d’imbécile !

-Mais je n’y peux rien, c’est ma tenue, je ne l’aime pas. Encore un goût de Mistofelès. Décidément je ne le comprendrais jamais. Je ne l’ai jamais vu avec une femme, il a des goûts particuliers, il passe sont temps à réfléchir. J’ai l’impression qu’il me reluque bizarrement des fois. Il ne serait pas homo ?

-T’a fini tes conneries ? Tu sais de qui tu parles là ? Je te rappelle que c’est comme si c’était ton frère. Oserais-tu insinuer qu’il serait attiré par son propre frère ? Son meilleur ami, son Régent ?

-Bah je me le demande des fois…..

-Décidément ce mariage te rend vraiment stupide….T’a pas fini de divaguer là ? Aller dépêches-toi t’es en retard.

-Ouais ouais, j’arrive. C’est bon je suis prêt ! »


Comme on pouvait le voir, Der était intimidé par tout ce battage. Tout le gratin du Royaume du Mentrias serait présent à la cérémonie. C’était la première fois qu’il se mariait, c’était la première fois qu’il y aurait autant de monde en même temps. Rien qu’à l’idée de se sentir épié Der ne se sentait pas bien. Il avait l’habitude de passer pour un imbécile auprès de ses amis, mais là…..

Vu les circonstances il ne pouvait se permettre de faire sa mijaurée et devait pour une fois se montrer à la hauteur.
Tobascli appela le chauffeur du petit transporteur, fraîchement déguisé pour l’occasion, le vaisseau amarra juste devant la porte.


« -Ca y est il est là, on y va ! Allez !!! Dépêche toi ! Qu’es-ce que tu fout encore ?

-Dit, ma cravate n’est pas de travers ? Mon Costume est à la bonne taille ? T’es sur ?

-Mais merde à la fin, tu me pompes ! Grouille feignasse !

-Tu sais que t’a de la chance mine de rien ? T’as vu comment tu me parles ? T’a de la chance d’être un ami sinon je t’aurais tranché la gorge.

-Mais oui ! Allez Rambo, grouille ! Si dans 10 secondes tu n’es pas dans le vaisseau je t’y emmène par la peau du cul !

-Rambo ? C’est quoi encore que ce surnom débile ?

-T’a jamais tué une mouche et tu me tuerais ? T’es comique mon p’tit Der

-Oh ta gueule, tes moqueries ne m’aident pas à me concentrer.

-Parfois je me demande comment tu fais pour plaire à Elsa…. Qu’e ce qui l’a poussée à se marier avec toi ? Pfff, t’a une chance de cocu et tu veut la gâcher ? Grouille toi gros naze !

-Ouais bon j’arrive, deux secondes, mon caleçon me remonte dans la raie des fesses !

-On s’en fout grouille ! »


Après un tel discours philosophique celui qui en réalité ne faisait que les mêmes choses qu’habituellement se décida à monter dans le vaisseau. Ils purent enfin décoller. Il restait encore le voyage, puis la cérémonie de présentation qui devait durer deux heures. Et enfin la célébration du mariage aurait lieu a 17h de l’après-midi.

« -Tobascli ?

-Oui ?

-On a combien de temps de trajet là ?

-Deux heures et demie

-Quoi ? Mais on va être en retard !

-Qu’es-ce que je te dis depuis tout à l’heure crétin ?

-Je pensais que c’était encore une de tes ruses pour me faire stresser encore plus. Et merde, Elsa va me tuer. Pourquoi on est venu là d’abord, on n’aurait pas pu se changer plus près ?

-C’est toi qui n’a pas voulu que l’on aille sur Menteris pour se changer. Tu avais peur de voir les séparatistes te prendre en otage.

-Ah oui c’est pas faux, mais en même temps, je m’imagine mal annoncer à tout le monde l’annulation du mariage parce que des séparatistes m’ont enlevé.

-Et moi je me vois mal expliquer la raison de notre retard à ta femme. Je me vois mal lui dire que tu as mis 3h à faire tes besoins, que tu n’as pas su faire ton nœud de cravate et que tu déblatérais un flot inconditionnel de conneries sur Mistofelès. Je suis sur que ca lui plairait à Elsa…. Remarque, là au moins je saurais ce qu’il serait advenu de toi et j’aurais compris pourquoi tu aurait été porté disparu.

-Pffff, tu as l’art de me ridiculiser, t’es vraiment pas gentil.

-Mais non, mais non, tu t’en sors bien tout seul mon ami…. »


Le voyage se passa sans encombres, enfin pour Tobascli tout du moins. A se fier à la tête de Der, on aurait dit qu’ils avaient failli mourir 10 fois. Le stress faisait sûrement encore effet. Sa tête ressemblait à un sapin de noël ; alternance des couleurs du rouge au blanc en passant par le vert. Cela aurait été splendide si le mariage s’était déroulé en saison hivernale. Mais là, cela dépaysait un peu.

Le marié vu la marié au loin en train de faire les remerciements d’avant cérémonie. Evidemment comme Der était en retard, Mistofelès l’avait remplacé dans son rôle d’hôte de la soirée afin de ne pas manquer aux devoirs d’un chef d’Etat. Le simple de la voir lui fit reprendre ses couleurs. C’est vrai qu’Elsa était magnifique. Elle ne pouvait qu’être comparée à une nymphe, sans en avoir quelconque rapprochement finalement. Der semblait aller de nouveau beaucoup mieux, il parti en direction de l’entrée afin de la rejoindre.
Tobascli l’arrêta


« -Remet ta cravate correctement imbécile, elle n’est pas bien mise. Tu fais rien correctement aujourd’hui, fait attention !

-Je l’savais qu’elle était pas droite, tu vois je te l’avais dit tout à l’heure ! Tu voulais pas me croire, tu vois j’avais raison finalement. Ah c’est toi l’crétin maintenant ! »


Der partit en souriant, comme s’il était fier de lui. D’un pas rassuré, par le fait qu’il avait eu raison sur son homme de main rappelons le, se dirigea vers sa femme. Celle-ci le vit arriver, un regard noir en sa direction, comme pour lui faire comprendre qu’il allait avoir le droit à un sermon.

Tout d’un coup le pas si fier de Der se transforma en hésitation. Limite il allait faire demi-tour….Et puis un éclair de génie lui traversa la tête. C’était SON mariage autant que le SIEN, elle n’avait donc rien à dire. Enfin c’est ce qu’il croyait, seulement Elsa avait beaucoup de caractère et elle ne se laissait pas marcher sur les pieds si facilement. Contrairement a son imbécile de mari, elle n’avait pas peur du monde.

Quoi qu’il en soit ils devaient se dépêcher, la cérémonie de présentation protocolaire devait commencer. Et selon le protocole, le marié devait présenter la mariée et sa famille, et la mariée devait présenter le mari et sa famille.
Par question de galanterie, Der se décida à commencer. Il fallait qu’il monte sur l’estrade, qu’il provoque un silence général et qu’il parle devant plus de 2000 personnes. Humpf….. Un effort surhumain pour lui, mais le jeu en valait la chandelle. Il y avait le mariage avec sa femme qu’il aimait à la clé.

Il pris une profonde respiration, se mit a grimper les marches jusqu’au balcon qui surplombait tout le jardin. Décoré de 1000 feux par les jardiniers du palais royal le jardin resplendissait. Il ne paraissait pas grand, mais pourtant les 2000 personnes pouvaient se déplacer librement en sirotant leur champagne. Il marchait le dos droit. Pour une fois il avait l’air d’un vrai chef d’Etat, fier, sur de lui, en confiance….

Ses amis croisaient les doigts, Mistofelès ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Tobascli qui l’avait rejoint le regarda et ils se mirent à sourire tous les deux.


« - T’a mis combien de temps à le faire sortir des toilettes cette fois ?

-Euh, environ 1h…..

-Ah ? Il a été plus rapide que la dernière fois.

-Mais comment sais-tu qu’il a été aux toilettes ?

-C’est simple, il le fait à chaque fois que quelque chose d’important se passe. Avant chaque discours en public il le fait. A chaque fois qu’il y a un grand rendez-vous il est obligé de passer par cette case départ. Pourquoi crois-tu que c’est moi qui me déplace le plus souvent à la corporation ?

-Effectivement, je n’y avais pas pensé.
-Non puis si tu fait attention y’a encore une feuille de papier toilette qui dépasse de sous sa chemise……

-Quel crétin il ne sait pas se nettoyer correctement….

-Tu le connais, on ne le changera pas hein. »


Les deux amis se regardèrent et sourirent….
Quel drôle de situation, probablement qu’Elsa aurait été plus destinée à épouser un autre homme, mais c’est lui qu’elle avait choisi. Pour dieu sait quelle raison encore…. Un silence se fit entendre d’un coup, Der avait enfin décidé de lancer la cérémonie de protocole.


« Ah bah dis donc, il est rapide, on n’a que 40 minutes de retard sur l’horaire prévue. »

« -Mesdames et Messieurs, je vous remercie d’être venu ici en ce jour. C’est avec plaisir que je vous accueille ici ce soir pour vous présenter ma femme : Elsa Strate. En effet, depuis maintenant quelques années que nous nous fréquentons, nous avons décidé, pour des raisons pratiques et économiques d’unir nos deux familles et nos deux êtres pour l’éternit酅…… »


Passons ce discours qui fut pour une fois réussi. Lorsque le tour d’Elsa fut arrivé, la foule était on ne peux plus pendue à ses lèvres. Sauf peut-être quelques vieilles aigries, jalouses de sa beauté sûrement
Le mariage se déroula comme prévu. Une belle soirée, une belle réception, à la hauteur des moyens de Der.
Tout le monde y trouva son compte, en boisson pour les alcooliques, en rire pour les comiques, en émotion pour les émotifs et même en plaisir charnel pour les célibataires obsédés.
Elsa fut la reine de la soirée. Et visiblement la danse qu’elle accorda à Mistofelès fut un spectacle que beaucoup apprécièrent. Après le mariage la vie dans le Mentrias allait reprendre un goût de quotidien. Et il faudrait arriver à ne plus penser a ces instants de bonheur et retourner à des choses plus intéressantes pour la survie de l’Etat.
Il était donc écrit qu’Elsa et Der se devaient de vivre heureux jusqu'à la fin de leur vie. Ce sacrement officiel serait-il suffisamment fort pour tenir toute une vie ? Cela reste à voir, et l’avenir nous le dira.

Auteur : Mistofeles
30/11/07 23h59 | 64 Galan 3726

Chapitre II) L’ombre commerciale

Cela faisait maintenant quelques mois que le pacte éternel avait été signé entre Der et Elsa, Et pour l’instant tout allait bien. Leur lune de miel à Keltharas s’était très bien déroulée, et jamais il n’avait été question d’entamer une discussion portant sur des pseudos histoires en rapport avec le travail. Chose rare lorsqu’un couple travaille au même endroit….

Il n’était plus question du Mentrias, il était question de Der Richter et Elsa Richter, nom marital qu’elle venait tout juste de prendre. Pour des raisons sommes toutes logiques elle avait préféré garder son nom de jeune fille afin de ne pas perturber l’équilibre qu’elle avait insufflé à son état. Il était désormais a moitié le sien, non pas qu’elle ne le possédait déjà pas –son mari étant un incompétent- mais cela faisait un bon moment que c’était elle qui dirigeait le Mentrias.

Après un mois d’absence en ses Terres fertiles, Elsa se sentait mal. Le mal être dû à l’éloignement de son pays, de sa ville, de sa vie se faisait de plus en plus sentir. Si bien que Der, par moment en venait à penser qu’elle l’avait épousé que pour son argent. Il faut dire que ce n’est pas pour son intelligence qu’elle pouvait l’avoir épousé. En plus, avec tout ce qu’il avait fait étant petit, cela n’aidait pas à faire en sorte de devenir crédible aux yeux des autres.

Elsa, pensant tant bien que mal à la qualité de leur lune de miel ne voulait pas tout gâcher en montrant éhontément son désir de rentrer sur Mentrias. C’est avec peine qu’elle supportait cet éloignement permanent….

Der, qui était stupide mais pas aveugle se rendant bien compte de la situation, décida d’écourter leur séjour romantique pour retourner à une vie citadine en pleines zones polluées. Sa vie sur le Keltaras lui manquerait, la végétation arborante en donnait un aspect on ne peux plus féerique. Ses couleurs vertes et jaunes avec un ciel teinté de nuages légèrement violacés. Le soir, au soleil couchant le ciel devenait rose et les nuages devenaient presque noirs…. Une belle planète Vertanienne comme il ne s’en voyait plus autour. A plusieurs sphères à la ronde on ne voyait plus que des planètes ternes ; des hauts-fourneaux de Volcano aux Centres Boursier Galacticains en passant par les Rafineries Pétrolières Aquabluesienne. De la fumée, des rejets radioactifs à perte de vue. C’est à se demander ce que cette planète faisait là au milieu de tout ce foutoir. Enfin un endroit paradisiaque pour Der….

Ils devaient donc rentrer plus tôt que prévu. Tant pis, par amour il aurait fait n’importe quoi. Il appela Tobascli pour venir le chercher. Celui-ci n’eut pas l’air étonné du retour, depuis le début il l’avait dit à Der que deux mois étaient bien trop long pour une lune de miel. Le voyage de retour se passa dans un calme plat, personne ne pipait mot. Cette ambiance pesante ne reflétait pas la beauté du voyage que les deux amoureux venaient de passer. Les jeunes promus au rang des mariés avaient bien profité de leurs seuls moments de solitude. Ils avaient pu se dévoiler au grand jour sans que personne ne les jugent. Tout cela ils ne l’oublieraient pas, mais le moment était peu opportun à toute velléité de penser à autre chose qu’au retour. On sentait une tension électrisante au sein de l’appareil et la joie de penser au retour se voyait sur le visage d’Elsa, le pétillant dans les yeux ne trompaient pas.

Dès leur retour sur les terres Mentriennes, Elsa alla se balader en forêt, comme si elle le faisait exprès histoire d’enfoncer Der, mais à cheval. Il fallait qu’elle retrouve la ville pour aller en forêt ? La situation était plutôt cocasse, mais somme toute habituel, depuis qu’il la connaissait, elle avait toujours agi ainsi. Il s’y était habitué, il avait appris à l’aimer pour ses défauts aussi. Après sa longue balade, Elsa se fit présenter au château et convoqua une commission d’amblée dans les arrière-salles des bureaux. Selon elle il s’agissait d’éléments urgents et importants. Elle avait parlé d’une nouvelle méthode de gestion du Mentrias. Au lieu de vivre sur ses productions totales, ils se focaliseraient sur leur production la plus faste et la plus demandée afin de produire plus, et pour le revendre au final. Mais pour cela, il fallait investir, et donc sortir de l’Argent. Fallait-il encore convaincre Caillard…..

Elsa se chargea elle-même de convaincre son ami, celui qui gérait sa fortune en bon intendant. Elle avait l’habitude de dialoguer avec lui concernant les entrées et sorties d’argent. Depuis un bon moment déjà, Caillard ne s’adressait plus qu’a elle et lui concédait pratiquement toutes ses requêtes. La chose serait facile, il suffirait de faire comme à l’accoutumée. User de son charme…. Elle savait le faire aussi.


« - Caillard mon ami !

-Bonjour ma Dame, Que me vaut cet honneur ?

-Trêve de plaisanteries Caillard, depuis quand tu me vouvoie ? Pourquoi te moques-tu ?

-Bon, tu veux qu’on s’la mette c’est ça ?
- dit Caillard en souriant et brandissant les poings devant son visage marqué-

-Je te retrouve bien là ! Tu m’avais manqué toi aussi, sale bougre….

-Bon, allez sérieusement ? Je suis pressé, tu veux combien ?

- Hmm, je voudrais que tu me fasses quelques calculs. Je voudrais savoir à combien s’élèveront les frais de rasage et reconstruction totale de nos champs ?
- D’accord, je te fait les calculs, et si tu veux je peux même te calculer au bout de combien de temps les bénéfices au Mentrias seront suffisant pour rembourser votre solde à vous.

- Ah oui, ça serait bien, on aurait beaucoup plus de marge de manœuvre. Tu peux me faire ça pour quand ?

- Demain ça devrait être fait, je te les dépose sur ton bureau, comme d’habitude ?

- Non, viens me les porter en mains propres plutôt !

- Ca marche ! »


Et voilà, première étape faite, seulement une fois que ceci était finalisé, il fallait des marchands. Des parcelles de terre Galacticaine dans les contrées voisines afin d’y trouver des commerçants qui pourrait signer un pacte économique d’échange. Cela permettrait au Mentrias de prospérer d’avantage. Cela ne lui permettrait plus de s’auto suffire, il fallait dépendre des autres. Qui dit contact avec les autres, dit lieu connu et petit à petit envahit par les touristes. Mais cela dit également de possibles guerres commerciales débouchant sur une guerre totale. Ceci était un risque à prendre, mais il le fallait pour le bien de son peuple.

Elsa vraiment motivée par ce nouveau projet. Elle y avait longuement réfléchi, durant son mois d lune de miel elle eut le temps d’y penser sérieusement et de bien quadriller le travail à faire. Cela n’était pas une idée en l’air. Elle s’était déjà faite une liste de commerçants reconnus, ces commerçants eux, de par leurs centres boursiers gérés par machine possédaient une cadence d’échanges insensés. Elle irait les voir, trouverait le moyen de les convaincre, et engagerait les négociations. Là encore, elle en avait l’habitude, mais n’y connaissant rien aux affaires, elle devait y aller accompagnées.

Elle choisi un départ le 60 Galan 3626 avec Mistofelès, qui n’était pas véritablement le spécialiste, mais sa capacité de réflexion et son sens de l’éloquence en ferait un bon partenaire commercial. Il était capable de sentir les arnaques à plein nez. Ils décidèrent de partir, le voyage était censé durer un mois, afin de rameuter le plus de monde.

Comme promis, le lendemain matin Caillard apporta à Elsa les chiffres. Les sommes à engager étaient astronomiques. Cela ruinerait les caisses des Richter, il ne leur resterait plus grand-chose après la signature de lancement des travaux. Mais y voyant là une petite chance de devenir véritablement tous riche ne perdit pas une seconde, son plan marcherait. Il le fallait, sinon le Mentrias courrait à la ruine des plus totale.

Elle fit donc engager les travaux, et son voyage, durant un mois, permettrait de revenir pleins de contrats, juste au moment où tout serait opérationnel sur ses terres.

Le fameux jour du départ, tout le monde était heureux. Tous avaient confiance en Elsa, et ils se doutaient que sa décision serait la bonne. Jusqu'à présent Elsa n’avait jamais été dans le faux dans la gestion de « son » Etat. Pourquoi cela changerait ? Ce jour là, le vaisseau préparé exprès par le centre de conception aéronautique du Mentrias flamboyait et arborait des couleurs Vertes et Bleues. Il était neuf, et c’était son inauguration également. Un voyage important dans un vaisseau de grande classe. Sa vitesse de croisière étant estimée à 30 parsecs d’espace à la seconde, le temps de trajet ne serait pas long entre chaque Etats/marchand. N’oublions pas non plus la nouvelle loi anti-pollution que la Corporation Galactique avait instaurée depuis peu. Ce vaisseau protocolaire ne marchait qu’à l’énergie magique extraite des sphères élémentaires synthétisées dans les Arcanes Sanctum.


La première visitée fut la Vertanienne la plus proche, son nom était répertorié à la caste des « Sarexiels » comme étant l’Asherit. Cette planète ressemblait ostensiblement au Mentrias, mis à part ces énormes champs de nourriture. L’air y était beaucoup plus frais, plus brumeux. Peut-être serait dû aux anciennes mines sidérurgiques et tourelles de combats ? Quoi qu’il en soit une route commerciale devait s’installer entre ces deux états. Le dirigeant en fut vite convaincu. Il devait rechercher la même chose qu’Elsa et Mistofelès, il avait l’air d’avoir beaucoup de routes commerciales quand on voyait les allées et venues de ses gros porteurs.

Le voyage se déroulait bien puisque pour le moment beaucoup de monde s’était ralliés à eux, en effet on pouvait dorénavant ajouter le Duanratie, l’Assianta, le Angband, le Thorinempire et le Talisha avec l’Asherit au rang d’associés. Economiquement ils s’auto suffisaient ensemble. C’est alors que les deux « marchandeurs apprentis » décidèrent de trouver une planète Deserticaine dans les environs ayant un taux de surproduction d’acier élevé. Ils choisirent de tenter l’Aegyptia, à ce qu’on en entendait, Dame Heqat n’était pas commode en affaire mais faisait énormément de profits en ce moment. Comme Elsa n’avait peur de personne, et que Mistofelès ne faisait que suivre de toute façon, ils décidèrent d’y aller rapidement avant de rentrer. Leur voyage commençait à se faire long.

C’est alors qu’en voulant quitter le Duanratie, un rejet de lave en fusion gicla du volcan qui ornait la capitale où régnait « Von Helmut le sadique ». Ce projectile atterrit directement sur l’aile supérieure gauche du vaisseau. La carlingue fut abîmée mais sans dommages visibles. En cours de chemin, certaines manœuvres s’avérèrent difficiles, les commandes ne répondaient plus instinctivement, il y avait un temps de latence. Heureusement le vaisseau tint tout le voyage, mais l’état du bolide en atterrissant sur Desertica était catastrophique. Plus rien ne marchait presque. Le vaisseau devait être réparé. Mais combien de temps cela allait-il prendre encore ?

Il fallait rester plusieurs jours sur l’Aegyptia en attendant. Ils pourraient sortir, se dégourdir, se divertir et surtout pour discuter ensemble. Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas parlé d’autre chose que d’« Affaires ». Peut-être serait l’occasion pour Mistofelès de retrouver des amusements, lui qui avait une vie plutôt morose, sans énormément d’action. Tout du moins il le laissait présager de par son flegme général. Ils pourraient passer du bon temps sans pour autant en perdre pour les affaires. Dès demain ils avaient prévu de rencontrer cette Dame Heqat, espérant qu’elle ne soit pas en voyage diplomatique.
Mais d’abord, laissons place à leur première nuit de sommeil en Aegyptia……