Divers > Un lieu déjà visité.

Auteur : Kalyso
24/12/06 15h34 | 23 Aquan 3725

Elle était arrivée cinq minutes plus tôt. Et elle ne les avait pas vues passer.
Sa première réaction avait été la surprise. Puis le dégoût physique. Elle avait déglutit, et voulut se détourner, puis s’était forcée à regarder la scène qui s’offrait à elle pour regarder une fois de plus dans les yeux l’immondice qu’était la nature humaine.

Le matin, un message d’appel à l’aide avait résonné dans la Tour des Conseillers.
Pourquoi n’avait elle pas laissé Yu y aller ?
Elle ferma les yeux pour empêcher les larmes de couler et serra les poings.

Quelques minutes passèrent, durant lesquelles elle passa par mille sensations, sans que rien ne la trouble, ni le cri de Marie, la conseillère stagiaire venue d’un état de l’est, ni le liquide – dont elle ne voulait connaître la composition – qui coula sous ses pieds après un bruit de verre brisé, ni le sang qui coula de ses jambes après que ce même verre eut traversé sa tenue et sa peau. C’est la main de son collègue sur son épaule qui la ramena à la réalité.

Ca va aller Kaly ?

Ce ne sont que des enfants… Tu me demandes si ça va aller…. Mais merde Vindi, des mômes !!


Elle se retourna et le fixa d’un air perdu, affolé.

Pardon… je te demande pardon… Je n’ai pas à perdre mon calme comme ça mais….

Elle tendit un bras tremblant pour indiquer la scène dans son dos tandis que le Grand Conseiller la serrait maladroitement contre lui. Jamais il ne l’avait vu perdre son stoïcisme ainsi.

Ca va aller… N’importe qui aurait… serait devenu dingue en voyant ça. Regarde Marie…

Des hommes en combinaison bleue passèrent devant les conseillers tandis que Kalyso se dégageait doucement des bras de Vindilis Ror. Elle lui était reconnaissante d’avoir su garder son calme alors qu’elle-même avait laissé ses sentiments prendre le dessus.

Tu es certaine de vouloir y aller ?

Absolument.

Tu penses qu’il y a des…

Survivants ? S’il n’y en a pas, je te jure que ….

Chut. Je préfère ne pas entendre de promesses de chaos à venir.


La jeune femme sourit faiblement. Son compagnon avait un air fatigué, tout aussi dégoutté qu’elle. Il s’appuyait à un mur, tentant de garder l’air digne malgré le théâtre d’horreurs devant eux.

Préviens moi si on trouve quelque chose.

Elle tapota sur la poche où on devinait son biper, et s’enfonça dans la fumée qui emplissait la pièce en étouffant une quinte de toux.

Auteur : Vindilis-ror
26/12/06 13h33 | 25 Aquan 3725

[HRP]Imaginez-vous dans le film « Silent Resident Evil », le premier...[/HRP]

Loin, oui, il était loin... Loin de ses habitudes, loin de son monde, loin de ceux sur qui il peut s'appuyer. Mais après tout, il est, et il reste, un homme : mieux, un druide, ayant la volonté d'accomplir ce pourquoi il est venu. Que surgissent les démons d'outre-ciel, il mourrait, certes, malgré ses pouvoirs, mais il mourrait au combat, même n'ayant rien pu faire d'autre qu'essayer de résister... Non, ce n'est pas cela, ce n'est pas ce sentiment qui fait que le Vindilis-ror se sent totalement désemparé face à ce qui s'offre à sa contemplation morbide.

Le matin, une dépêche était arrivée à la Tour des Conseillers... N'ayant aucune mission particulière en cour, et souhaitant un peu d'action, le druide s'en empara aussitôt. On relatait une activité totalement anormale, sur un petit état fort éloigné, le plus étrange étant que l'endroit de cette activité se situe au beau milieu d'un désert. Des radars ont détecté une belle concentration de forces, tant psychiques que technologique, sans parvenir à en définir la nature...

Immédiatement téléporté, il avait négligé de ranger la dépêche, la laissant trainer sur son bureau.

Laissant ainsi, bien malgré lui, la possibilité à Kalyso d'assister elle aussi à ce carnage, bien que le mot soit faible... Ils s'étaient donc retrouvés tout deux dans cette immense pièce, balayée par un vent de chaos, un vent putride...


-Ça va ?
-...


Quelques minutes plus tard, ils réussirent à reprendre un peu de leur contenance. Le druide a participé à de nombreuses batailles meurtrières, et Kalyso... Kalyso est un mystère, Gaïa seule sait comment elle est.

-Bon... À première vue, c'est une sorte de laboratoire... totalement clandestin. Ils sont bien équipés, ce type de matériel coute une fortune.

En effet, les énormes bulles de verre brisées, renfermant encore, pour certaines, du liquide ( amniotique ? ), ne sont pas un matériel très courant dans un centre scientifique. Des ordinateurs, véritables centrales de controle, tous détruits, jonchent le sol comme si ils avaient été arrachés de leur support puis jetés comme des fétus de paille... Une force ( physique ou mentale ) énorme est nécessaire pour accomplir un tel prodige. Pire que tout, ce sont les débris organiques qui étaient les plus répugnants... Tout près d'eux, à 3 mètres à peine, une des bulles de verres était tombée, se brisant comme du crystal. Le verre coupant comme un rasoir avait du provoquer d'atroces souffrances à son « occupant », car celui-ci y avait laissé une bonne partie de ses entrailles. Des corps humains, certains en blouse blanche, étaient horriblement mutilés, certains membres se trouvant fort loin de leur place d'origine.

Au delà de quelques dizaines de mètres, le faible éclairage ne suffisait plus : la pénombre ne laissait deviner qu'une seule chose : la salle où Kalyso et le Vindilis-ror sont est immense.


-Regarde... Cette bulle de verre est cassée, mais contrairement aux autres il n'y a pas de sang sur le verre... Ce qui s'y trouve est peut-être encore en vie.

Mais quoi ? Ou qui ? De trois mètres de hauteur, pour quatre de diamètre, ce « récipient » est l'un des plus grands qu'ils aient vu jusque là. Pourquoi faire une telle dépense, si ce n'est pour abriter une créature aux proportions anormalement grandes ?

-Je pense que... On devrait pas se séparer. Si ce qui a provoqué cette tuerie est encore dans le coin, on a un sérieux problème.

Instinctivement, il avait commencer un geste pour mettre un bras autour des épaules de Kalyso... Il se ravisa juste à temps : Kalyso n'a nul besoin de cette attitude protectrice.

-Viens, on va avancer et essayer de voir si on peut trouver des bulles intactes.
-Pourquoi ça ? Le plus dangereux, c'est ce qui est en dehors, justement...
-On pourra peut-être comprendre ce dont il s'agit comme ça.
-Mais...
-Chut !


Un léger « grattement » sonore se faisait entendre... Venant, selon l'estimation du Vindilis-ror, de derrière la bulle géante, justement. Pendant que les deux Grands Conseillers, aux aguets, écoutent, une sorte de hoquet leur provient de la même direction.

-Allons-y ! Peut-être un rescapé !

Prenant milles précautions pour avancer, les « coéquipiers » s'avançèrent... Derrière ce qui leur cache la vue, ils découvrent une... femme... Blouse blanche, donc elle travaillait dans ce lieu. Mais la seule chose permettant de deviner qu'il s'agit d'une humaine, ce sont ses long cheveux : chaque centimètre carré visible de sa peau a été comme arraché, ou corrodé par de l'acide, ou encore déchiqueté par de minuscules crocs, au choix... Encore en vie par on ne sait quel miracle, sa bouche aux dents fêlées s'ouvrit, voulant articuler quelque chose... N'y parvenant pas, elle essaya autrement : de son oeil valide, l'autre étant crevé, elle regarda un point, légèrement au dessus de Kalyso, derrière les deux conseillers...

La « femme » expira quelques secondes plus tard.

Le Vindilis-ror espéra de toutes ses forces que Kalyso aurait compris l'avertissement... De son coté, il fît semblant de rien pendant les quelques secondes nécessaires pour rassembler les paroles arcanes lui permettant de lancer une puissante boule de feu... Simple mais efficace. La plupart du temps...

Cinq secondes à peine après la mort de la malheureuse, le druide et Kalyso se retournèrent simultanément, faisant preuve d'une vivacité à toute épreuve... Avant même de commencer son mouvement, le druide avait déclenché son sortilège, projetant ainsi le plus vite qu'il pût une sphère enflamée dans les airs, de la taille d'un gros ballon de basket. La lumière du feu éclaira ce qui aurait été leur mort à tout deux : un « être » informe planait à toute vitesse vers les deux humains, dans le silence le plus complet. Son apparence est pour le moins maléfique : une sorte d'hominidé malformé, aux formes grotesques, comme un foetus de la taille d'un petit homme... pourvu d'étranges ailes d'une noirceur faisant penser à une ombre elle même. Des griffes d'une taille impressionante pointaient, de même que des crocs démesurés, vers eux : une mort assurée, si la surprise avait joué en sa faveur...

La boule de feu percuta violemment l'espèce d'homme chauve souris. Quelques instants plus tard, cette créature tombait, en lambeaux, sur le sol, et le silence le plus complet reprit le dessus... La bête n'avait pas gémit en mourrant, rien... Une fois totalement inerte, ses « ailes » s'évanouirent, disparaissant comme de la fumée balayée par une douce brise. Son corps se liquéfia, formant une flaque d'acide qui commença à ronger une barre de métal toute proche, dans une odeur de souffre.

Bouche bée, le druide se posait des questions... Jamais, au cour de sa vie aventureuse, il n'avait vu ou entendu parler d'une telle horreur. Jamais, au cour de sa vie studieuse, il n'avait lu un document mentionnant l'existence d'un tel anathème à la Nature...


-Kalyso...
-Oui ?
-Je sens que ça ne va pas être de tout repos...


Ils s'enfonçèrent dans les ombres...

Auteur : Kalyso
26/12/06 14h23 | 25 Aquan 3725

Mais pourquoi ai-je l’impression d’être déjà venue ici ?

Dis moi, Vindilis, je ne t’ai jamais réellement parlé. Je veux dire….Les soirées entre Conseillers et autre galas n’étant généralement pas les meilleurs circonstances pour cerner une personne, je ne te connais pas.

Tu es sûre que c’est le moment de parler de ça ?

Comme tu veux. Marchons en silence alors.

Non, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire, mais…

Mais quoi ? Cela détendra l’atmosphère au moins.


La jeune femme ri, mais l’homme ressentit l’artifice de son amusement. Il voulut parler, mais les visions des dernières heures retinrent ses mots et il fut dépassé par le biper de Kalyso.

Oui ?

Conseillère Kalyso, où êtes vous ?

Tout va bien, je suis avec Vindilis Ror. Nous cherchons les issues. De votre côté ?

Vous n’auriez pas du partir ainsi. L’équipe 414 vient d’arriver. Ils vous auraient accompagné. D’ailleurs cinq vous suivent.

Bien. Autre chose ?

Oui, nous avons retrouvé l’adresse d’un homme, Willy Silon. Il travaillait ici. Il arrive.

D’accord. Empêchez le de partir, nous serons bientôt de retour.


Après que son interlocuteur eut répondu, la jeune femme coupa la communication et se tourna vers Vindilis.

Continuons.

On ne devait pas faire demi tour ?

Je doute que ce couloir nous mène loin. Je t’en prie, continuons.


Le druide trouva la détermination de la jeune femme étrange, mais ne voulut pas la questionner à ce sujet. Il se mit à sa hauteur et ils marchèrent sans échanger un mot, chacun absorbé dans ses pensées.
Au fur et à mesure de leur pas, le silence de plus en plus pesant devint un bruit à part entière.

Une lampe grésilla au dessus de leur tête.

Que penses tu qu’il s’est passé ici ?

Je ne sais pas. Ce laboratoire n’est même pas répertorié. J’ai vérifié avant de partir, ce lieu est déclaré comme une usine de droïds...


La jeune femme s’arrêta de parler et posa la main sur son arme. Après quelques secondes aux aguets, elle recommença à respirer et se tourna vers Vindilis. Celui-ci eut juste le temps de lui sauter dessus et de la pousser, qu’une silhouette humaine trancha l’air là où les deux Conseillers se trouvaient. Kalyso se releva d’un bond et lui tira dans la jambe tandis que Vindilis le plaquait contre un mur d’un mouvement de la paume. Kalyso en fit de même, joignant ses faibles forces à celles du mage.

Ils s’avancèrent tous deux vers l’inconnu, tentant de distinguer son visage. Lorsqu’il furent assez près, la malheureuse créature émit un sifflement et fut prise de convulsions.
Sa peau était dure, sèche et sombre, comme du bois. Son crâne rasé était parcouru d’une longue cicatrice. Au bout de ses doigts, brillaient de longues griffes acérées.
Ses yeux, bruns, étaient ceux d’un homme.
Ils riaient.

C’est trop tard, trop tard trop tard. Vous êtes tous mooooooorts. Tous tous tous.

Ces yeux…. Ou avait elle vu ces yeux…

Vindilis resserra son étreinte.

Qui es tu ?

Qui je suis ? Ho ho ho qui je suis.

Arrête. Je t’en prie, arrête. Ne le tue pas.

Il a failli faire de nous un tas de chair, et tu veux le garder en vie ?


La créature chantonnait, semblant s’amuser de tout.

Je ne sais pas pourquoi, Vin, mais je lui accorde un droit à la vie.

Alors que lui ne t’en accorderait aucun ?

Tu te trompes, Vinouuuu !!!


D’un même mouvement, les deux conseillers se tournèrent vers leur attaquant.

Comment pourrais je tuer l’une d’entre nous [b].

Vindilis sentit l’appui de Kalyso se relâcher quelques secondes. Il n’était visiblement pas le seul, car la créature en profita pour sauter en l’air et atterrir lourdement sur l’homme. Kalyso le mit en joue, mais il leva un de ses doigts griffus et le pointa sur elle.

[b] Ne t’inquiète pas, ma jolie. Il ne mourra pas non plus. Il doit se souvenir, d’abord.


Et d’un bond, il s’en fut.
Fais moi penser à faire vérifier toutes les usines de droïds en revenant… Kaly ?

Le druide se releva et trouva la jeune femme dos à lui. Son arme à la main, elle lisait une carte.
Elle donna un coup de pieds dans le mur, et une plaque de tôle se défit.
Elle s’agenouilla en face du trou et y mit les mains.

Ceux qui ont fait ça savaient. Ils avaient préparé leur coup. Les fils d’alimentation sont tranchés. J’espère que c’est le seul endroit.

Ses espoirs furent réalisés. Quelques minutes plus tard, le couloir était illuminé.
Il était propre, et sophistiqué. Sur les murs, on trouvait des photos d’hommes et femmes en blouse blanche, souriant à l’objectif, montrant des coupes.

Les deux compagnons aperçurent une porte. Ils coururent vers elle. Couverte de traces de sang, à semi enfoncée, elle semblait avoir résisté à mille assauts ennemis.
Cinq doigts tranchés gisait sur le sol.

Même ma magie ne sera pas assez forte pour la détruire. Il faut trouver la clef.
Faisons demi tour, Monsieur Silon saura sûrement nous informer.


Mais Kalyso ne bougea pas. Ses yeux étaient fixés sur une inscription.

Iblash…