Siège de la Corporation Galactique > Galaxie et sa voie glacée ???

Auteur : Azerty
28/09/07 21h44 | 1er Galan 3726

Aujourd'hui, un jour comme un autre certes, mais peu ordinaire, différent representant se réunissaient, c'est l'état Azertyet dont le Capitaine Zeloss qui ouvrit la salle le premier, un message assez simple fut déposé sur la porte

"Notre Galaxie part en orbite, que se passe-t-il ?"

Le but ici était de connaitre de tout à chacun l'opinion commune de CHAQUE états sur les différent problème encourut dans la galaxie et ici en l'occurence, les ententes et mésententes.Ainsi le capitaine Zeloss attendit les premiers généraux et dirigeants d'états capable d'intervenir et d'éclaircir la situation


[hrp: j'ia ouvert la salle pour le débat puisque personne ne voulait le faire maitenant vous pouvez ENFIN terminer ce que vous avez commencer...-_- ]

Auteur : Robin
28/09/07 21h56 | 1er Galan 3726

Le général Robin approchait de la salle, il avait été prévenu par un de ses subordonnés de cette rencontre entre plusieurs chefs d'états, et il avait décidé d'y participer.
Il se rendit donc d'un pas rapide vers la salle, et y entra avec précipitation.
Il crut tous d'abord, au premier coup d'oeil, que la salle était déserte, mais il s'aperçut vite, qu'une personne était déjà là, il s'agissait, déduit Robin, du Capitaine Zeloss, c'étais lui, à, ce qu'on lui avait dit, qui avait ouvert le débat.
Il lui fit donc un signe de tête discret, et s'installa confortablement, en attendant l'arrivée d’autres chefs d'état et de généraux.


[HRP]Désoler que ce soit si court, mais vut que pour l'instant il n'y a personne, jvais pas commencer le débat seul.[/HRP]

Auteur : bendji
28/09/07 22h04 | 1er Galan 3726

L’empereur Wront rentra d’un pas assuré et vif.
Il était grand, habillé d’une lourde armure et à sa main droite tenait une épée tachetait de sang.
Il était là pour entendre les différents dirigeants.
Il vît le Capitaine Zeloss et le général Robin.
L’empereur fît un signe amical aux dirigeants.
Il s’asseyait puis attendait que le débat commence.

Auteur : endymion
28/09/07 22h45 | 1er Galan 3726

Endymion pénétra dans la salle toute récente. Rien n'avait encore été dit. Pourtant, la personne l'ayant ouvert été présent. Endymion se demandait comment cela ce faisait. Des chefs d'états, entrainés à la diplomatie, souhaitant participer au débat, ne s'impliquaient d'avantage dans un questionnement construit et utile qu'en le simple fait d'ouvrir une salle et de se présenter physiquement. Comment lancer un débat si personne ne commence...Las de toutes ses questions, Endymion se tourna vers les quelques personnes déjà présentes et s'adressa a eux en ces termes:

<<Bien, pour ma part, je viens ici pour qu'on m'explique une chose. Avec le nombre de fois où j'ai prit la parole ici, je finis par être fatigué. Quand je vous vois tous assis sur vos chaises en train de regarder et d'attendre qui prendra la parole en premier. Bougez vous un peu, osez parler, surtout ne vous arrêtez pas à vos frayeurs. Je suis sur que vous êtes capable de mieux faire que juste venir ici et regarder les débats aussi absent que si vous n'étiez pas là. Si vous ne souhaitez pas prendre la parole ou délivrer votre pensée, autant que vous libériez la place pour ceux qui souhaitent réellement intervenir.

Et puis vous, capitaine Zeloss de l'Azerty, pourquoi occuper une salle de débat au sein de la corporation? Vous ne dîtes rien...vous êtes la bas dans le noir, comme si vous aviez peur de quelques choses? Je ne veux pas paraitre insolent à votre égard mais tout de même, cela ressemble fort à une question de conscience.

Pour ma part, je suis las de toujours me faire avoir sur mes discours. Je pars dans de longues tirades que personne n'écoute puis personne n'y répond et moi, frustré par le manque de réponse à mes questionnements, je me retire penaud de ces discussions sans fond...tout triste. Je ne veux pas me faire plaindre mais je crois bien que je m'ennuie. Alors s'il vous plait, vous qui ne dîtes que très rarement quelques choses...expliquez les raisons de l'ouverture de cette salle, brodez un peu en attendant l'arrivé des autres...>>


Endymion partit s'assoir dans la grande salle. Il avait l'air amusé par toutes ses discussions inutiles...

Auteur : Azerty
28/09/07 22h57 | 1er Galan 3726

Le capitiane Zeloss, nouveau au sein de la corporation, engagé depuis mardi dernier et déjà capitaine,un homme de sagesse, mais un discours qu'il avais compris, le discour d'Endymion plein lui aussi de sagesse.


"Chèrs seigneurs, endymion en particulier non loin de moi l'idée d'être frustrer de votre discours, je le comprend tout à fait , un homme quelque qu'il soit ouvrant une salle de débats ne devrait-il pas y participer, c'est ce que je compte faire par la suite, mais ici nous commencons déjà un débats qui n'ets pas elui pour lequel nous sommes là, de nombreuses personne sont las tout comme vous, je n'ia fait qu'ouvrir une salle commune ou tout à chacun, nous pourrions nous exprimer a tour de rôle sur les divers problème rencontrer dans la galaxie de l'absence des Cendres Céleste à la brusqueté des plus forts et du dénigrement des plus faibles..."

il repris son souffle ce discours enpreint d'un sentiments nouveau, il continua sur sa lancer.

"...hum...donc il serai bien que chacun s'exprime, et je suis ici afin d'éviter tout debordement, de plus beaucoup d'états souhaite s'éxpliquer, c'ets donc l'endroit idéal seigneur Endymion"

Auteur : jp
28/09/07 23h38 | 1er Galan 3726

... surpris pas le nombres de personnes ici presente , ce grand gaillard au cheveu grisonnant avec les traits tiré par tous ces evenement passé a guerroyer farouchement , entrée par la petite porte de cet grande salle
il ne voulais ni s'imposé ,ni offusqué qui que se soit
il voulais juste remettre les choses dans leur contextes

et comme la souligné le seigneur endymion , personne eux le courage de sortir se qu'il a sur le coeur

se fût bref mais serieux


Messieurs les dirigeant des 5 planètes ,, precurceur de la paix ou de la guerres
aujourd'hui est un grand jour ,
le grand prophète a parlé


... pour ce qui n'avais pas compris le seigneur du philou land parlait du seigneur de l'atlantica en le meprisant ironiquement

OUi mes bien cher frère .. une voix c'est élevé au ciel depuis peu , trop de meurtres on etait commis en cet galaxie

ne voulais vous pas vivre d'amour et d'eau fraiche ?

Oh grand seigneur ketanolan , ne preferai vous pas vous retiré pour aller jouer a la , plus communement parler , "barbie "

vous en tireriez votre compte , jamais cet femme a la silhouette en plastique , coiffé d"une perruque blonde que vous pourrIez habiller a votre guise , ne vous trahira pas vos principe

alors s'il vous plait , dirigeant de pacotille , de melé pas votre alliance a tous ca , pour la plus part se sont d'honnete guerrier qui font les choses correctement

et depuis que vous etes arriver au "pouvoir" , vous ne leur avait crée que des problemes

reflechissait avant d'agir svp ...



comme les autre l'on fais il parti s'assoir , en passant prés du bar pour se servir un ptit rhum deserticain

Auteur : Hades
28/09/07 23h51 | 1er Galan 3726

Hadès, chef de la diplomatie du Drakone, revint au sein de la Corporation, quand il entendit qu'un membre de l'alliance des Illuminati avait ouvert une salle pour parler de choses et d'autres qui tourmentent les esprits des divers dirigeants de cette Galaxie.
Il n'avait pas grand chose à faire en ce moment, car la diplomatie drakonne, était au chômage technique. La geurre qui oppose les membres de cette alliance et celle des membres de la Société de Tochtli, pre,ait beaucoup d'énergie


Bonjour à tous,

Spécialement à vous représentant de l'Azerty, ennemi d'aujourd'hui.
Comme personne n'a encore pris la parole, je vais lancer le débat, qui est ouvert à tout me semble-t-il. Alors allons-y.

Je ne parlerai pas de la guerre proprement dit, qui oppose les Illuminati et les Tochtli, simplement la raison qui a fait que nous nous engagions dans cette voie
J'ai écangé des messages avec votre chef d'alliance, le Seigneur Cosa, qui me semble être quelqu'un de sincère et de cohérent.
Toutefois, avant cette conversation, l'état du Drakone avait lancé des attaques nucléaires sur le Cosa Nostra, afin d'affaiblir la flotte immense qui y est entreposée. Ce fût un échec, je l'avoue, car l'effet escompté n'eut pas lieu.

La raison est justement cette flotte et l'immense pouvoir qu'elle entraîne. L'équilibre militaire n'y est plus et fait peur à beaucoup de monde.
L'échange de messages avec votre chef d'alliance, a fait que notre Impérator, cjangea d'avis sur la personne du seigneur Cosa. Certes, il ne le connaît pas, mais Ditis prenait ses dispositions afin d'enterinné ce conflit.
Toutefois un évènement bien malheureux survena.
Les Cendres Célestes, autrefois ennemis aussi des Illuminati et ayant signé un PNA avec votre alliance, se sont fait attaqué par une de vos flotte, alors qu'un PNA était en fonction.
Etant donné cet état de fait, notre Impérator interrompit les dispostions afin d'arriver à un compromis.

Attention, ici je n'accuse pas votre alliance de quoi que ce soit, ce sont les faits qui parlent.

Earl Fillmore me fit part de cet, je dirais incident. Vous comprendrez que, étant donné que les Cendre Célestes sont nos alliés, il a fallu mettre sur glace des accords éventuels et j'insiste sur le mot éventuel, étant donné que je ne parle pas au nom de la Société de Tochtli, mais au nom de l'état Drakone.

Comment en effet prendre une telle initiative si l'on est pas certain de la véracité d'une parole donnée quant à un PNA?

Il est évident que tous les membres ne sont pas des "pommes pourries", mais certain mettent en péril des accords signés.

Sur ce fait, l'état Drakone attend des explications des deux camps, avant de poursuivre ce que Ditis, notre Impérator, avait commencé.

Croyez en mon respect envers les Illuminati, même si nous nous faisons la guerre. Le respect mesdames et messieurs, ça c'est important. Pas le fait d'aimer ou de détester l'autre.


Hadès était fatigué, il faut dire que les évènement en Drakone n'arrangeait rien: il apprit que sa femme et ses enfants aviaent péri lors de l'attaque massive sur son état il y 3 jours

Auteur : jp
29/09/07 00h18 | 1er Galan 3726

... assis encore sur sa chaise , l'ex dirigeant du grand nom d'evoila , le pti "philou" comme certain l'appel , entendi un personne entré dans cette salle.
En effet le seigneur hades fit son entré et cherchant a conprendre le pourquoi du comment de cette histoire


Oui seigneur hades , j'ai attaqué volontairement la flotte de l'état du showland se soir la , et je suis concsient que nous etions en "pna"

et je les fais pour plusieurs raisons , dont je ne pourais pas tous vous les enuméré
j'ai eu quelques souci avec ce seigneur la ! pour moi c'etais de la provocation
alors en voyant cette flotte sous mon nez ! je n'est pas fais ni une ni deux mais trois fois la reflexions pour savoir sa que je faisais concretement

mais comme vous aurez peu etre constatez , j'avais un etat major vraiment pauvre en gradé

et certain officier meriter vraiment d'être promus au rang de général , après toute les manoeuvre defensif qu'il ont pu faire ces derniers jour , au sein de guerre illu/tochtli

et aussi par rapport au dire du seigneur de l'atlancita , c'etais uen petite revanche pour moi de poutré cette flotte !

alors a quoi bon de vouloir s'obstiné a vouloir changer tous un univers ??

il sera toujour pareil , y'a des bon et des moins bon
on pourrai m'insulter de pourri ceci ne me toucherai guerre par rapport au insulte que j'ai recu de ketanolan

je suis fier d'avoir choutter cet flotte , fier que tous les "cc" se gele un a un ! ceci ralenti leur progression !
et pour finir je suis fiere d'etre un illuminati !

le pouvoir , la force , c'est sa qui fais avancer une alliance ! et non d'essayer de regler les choses , tous en etant diplomate

certe il en faut !! mais il y'a quand meme certaine limite a savoir prendre

donc ce soir je ne ferai pas mon mea culpa !
il y aura probablement des pna que je respecterai ! surment meme

mais temps que des personne comme ketanolan pour vous cracher dessus derriere votre dos ! ou meme devant vous !

ehbien je ne vois pas pourquoi je respecterai leur decision ! meme si un traité est signé


une chose encore seigneur hades , valeureux guerrier au coeur pur ,
vous croyai vraiment que l'ont peu s'en tenir a une promesse faite par des menteur ?

je dis sa car j'en est entendu de bien belle au sujet des cendres celestes
par rapport a leur descente en faction

vous on t'il dis qu'il compter nous attaquer ?

nous n'avons fais que d'attaquer les premiers !! se qui a conduit a leur pertes ! et c'est ainsi pour sa qu'il sont venu vous voir ! en disant que nous etions de "vilain garçon " qui ne pense qu'a guerroyer

ceci est un etat de fait et en meme temps une confidence que je vous fait ! car peu de monde le savait jusqu'a present



... libéré de se qu'il avait sur le coeur , il fit un clin d'oeil au seigneur du drakonne ! et espere vraiment qu'un jour tous c'est mensonge autour de son alliance s'arrete , il pris encore un verre de rhum deserticain et parti se rassoir en titubant legerement

Auteur : Kétanolan
29/09/07 00h38 | 1er Galan 3726

Earl Fillmore entra dans la salle. Il vit jp, petit dirigeant du Philou Land. Rien que le voir et l'entendre entrainait dans son esprit une hilarité sans précedent. Il se devait de répondre à autants de paroles. Même si cela n'y trouvait aucun intérêt.

Oh! mais comme c'est joli. Un spectacle de clown. A moins que nous soyons revenus au temps des bouffon? mais je ne vois pas le roi.

Ah, non! C'est juste jp qui essaye de convaincre les autres qu'il vaut quelque chose. Soit continuez mon cher.

Fillmore s'approcha de jp assez près pour sentir son odeur putride.

Monsieur, je vous entend vous plaindre depuis quelques minutes de Kétanolan a fait ci, Kétanolan a fait ça. Les Cendres Célestes ont fait tout ça.
Kétanolan n'est plus auprès de nous je vous signales. Il s'est totalement retirer. Arrétez d'inciminer un ancien dirigeant qui n'a plus aucun rôle. Mais au fait, qu'ai je dit?
Je ne me souviens pas avoir dit quoi que ce soit avant cette intervention et ca y est vous m'accusez d'avoir dit quelque chose.
Mon pauvre, je sais l'hôpital psychiatrique est plein à craquer ils vous ont mis en attente mais je vous promet je vous aiderai à vous y installer losque la place sera libre.
Maintenant parlons un peu de chacun de vos mensonges. Vous dites que les Cendres Célestes allaient attaquer les Illuminatis? Chacun sa version des faits, je trouve que pour une attaque décidée dans l'urgence, s'organiser à deux alliances était vraiment rapide et prévoir autant de personne pour une nuit très impressionnant quoi qu'un peu suspect. Mais passons. Dites moi le vote entamé par les Illuminés pour rompre le Pacte de Non-Agression avec les Cendres Célestes près de 48H avant la destruction de la flotte du Showland a t-il abouti à cette rupture?
Et oui j'ai encore un espion chez vous mon cher et je trouves que pour des gens qui se disent très opportunistes, vous avez plutôt bien préparer tout ça.
Je m'arrètes là pour le moment. J'ai encore tellement à dire aux autres que vous aurez rapidement intérêt à redescendre du piedestal que vous vous octroyez grossièrement.

Earl Fillmore se rapprocha de bendji et de robin afin de les saluer. Il fit un signe de tête amical malgré la situation au réprésentant de l'Azerty et salua Ditis avec le plus grand respect. Il finit par s'approcher d'Endymion. Il lui fit un sourrire et lui proposa une main afin de lui en serrer une.

Auteur : jp
29/09/07 01h10 | 1er Galan 3726

... exasperé par tant de parole indelicate se la part de ce dirigeant de pacotille ... il ne fît pas un instant ou je ne haïssait pas ce pauvre atlante

debordé par les evenements , il ne trouvi guere mieu que de l'attaqué sur son "odeur" ! pourtant c'est pas faute daller tremper dans les rivieres somptueuse aquablusienne placer en galineas


Keta ? es ce que tu reflechi parfois ou non ? t'arrive t'il de penser a l'avenir de ton peuple

car pour le moment tu te met pas mal de monde a dos , dont moi .

Moi le guerrier ! celui qui n'a peur de rien !

Mon etat est parti de rien ! et a fais une remonter frambloyante

j'aurais pu te reduir en etat de cendre plus d'une fois , après toute les provocation que tu ma faite

et pourtant je suis rester digne de moi même ! je ne suis pas un clown non ,
je ne suis que le reflet de moi même ! un reflet baffouer par tes action debile et inacceptable

ton orgeuil te perdra , la galaxie n'accepte pas des guerrier beliqueux comme toi
ou tous du moins ne les tiendra guerre longtemps

quand je vois se que les cendres celestes sont devenu depuis que je suis parti ! enfin je veux dire depuis que tu y est arrivé !!!

ils sont en constant declin
il devienne pauvre ! et tous le monde s'acharne dessus car maintenant il sont prenable , assiegeable

et malheureusement toi tu terni leur reputation de valeureux guerriers

il fût un temps ou l'on craignai les cendres celestes !
depusi que tu y est , ils nous font pitier ...

c'est bien malheureux . car beaucoup de guerriers merite leur titre
et toi tu leur enleve

....

bref tous ceci n'est qu'une histoire de fierté pour toi !!!
oui toi , toi , toi

un petit mot qui fait de grand dégat

tu est tellement egocentrique , que tu amene tous le monde sur ton passage au chaos et au desastres

essais d'être intelligent ! de voir plus loin , plus haut , de ravaler ton egocentrisme , et de diriger ton etat dignement...

car la tu veux diriger la galaxie
mais n'oubli surtout pas que tu n'est qu'une larve dans cet immence espace ...



... il parti se rassoir farouchement ! sans prendre le temps de se resservir à boire ...

Auteur : Narkia
29/09/07 01h34 | 1er Galan 3726

Clac ! Les portes claquèrent fermement. Une grande ombre pénétra dans la pièce. Une ombre sous cette toge blanche ? L'antithèse était parfaite. L'homme qui s'y cachait ne dévoilait pas son visage, non pas parce qu'il avait l'impétuosité de penser que tous connaissaient son nom, mais simplement parce qu'il ne voulait pas que l'on connaisse son nom... Là tout le paroxysme d'une vie mouvementée, d'une vie qui tirant vers la fin se faisait difficile devant l'incrédulité de certains. Cette homme qui parlait et qui venait de ponctuer sa phrase par un magnifique "clown" qui sonnait comme une vérité dans sa bouche. A croire que... Bref. Le discours se poursuivit mais Thorgrin n'en capta que des mots. Ses paroles ne l'intéressaient pas. C'était lui, eux, qui le poussait à apparaître. dans un lieu qu'il' avait déserté depuis de longs mois....

"Vous n'avez pas de preuves à nous fournir, Kétanolan, nous en avons déjà assez pour démontrer votre stupidité au grand jour. Il y a peu, dans les couloirs de ce palais même, nous parlions tous officieusement de sujets fâcheux. En fait, je ne viens ici que pour vous parlez d'une seule et unique chose. Vous parlez de chose que vous créez. Evidemment tous sont au courant de ce problème du système dans lequel nous vivons. Seulement les problèmes que vous voulez nous soumettre, vous vous les créez. Vous pourrez avoir autant d'espions que vous pourrez je me fiche pas mal des autres et surtout de vous. Je n'ai quelques amis sincères et vrais. Et les amis de mes amis sont également mes amis. Pourtant, il y a un jour il faudra que je me batte contre ces amis là, et si je dois le faire je le ferais. La question ne se pose pas pour vous, vous n'êtes ni ami, ni ami d'ami. Alors n'espérez rien...
Je viens vous interdire de parler de l'Armée Pourpre, alliance noble et honnête qui a toujours respecter ses droits et ses devoirs, comme je l'ai entendu ce soir. Je viens vous prévenir qu'en tant que chef et créateur, que chacune de vos parole qui touchera un des membres de mon Alliance me touche également, et elle touchera également tous les autres membres. Je dis mon non pas par égoïsme mais par fierté ! Je viens vous interdire de nous mettre à la place où vous voulez nous voir, de nous enfermer dans le sac que vous choisirez et surtout avec les personnes que vous voudriez voir à nos côtés. Personne ici en dehors de ma volonté et celle de Théran, d'Hestios, de Kossnei et de Firuba ne pourra décider à ma place de la politique que nous adopterons. Je me fiche des rumeurs qui tournent et parmi elles, celles que vous avez inventés ou crées. Je ne vous demande pas de juger les pactes qui nous lient avec les autres alliances. Je vous interdit de penser que l'opinion de nos membres influencera notre diplomatie. Ils suivront ou partiront, voila tout.

Alors ce soir, après avoir entendu tout ce que j'ai pu avoir de vos paroles à vous Kétalonan mais à tous vos amis, je vous annonce que je vous hais, que votre joli gel collectif et organisé ne me touche aucunement et que plus qu'une preuve de bravoure ou de quoi que se soit d'autre, je jugerais cela comme une preuve de lâcheté. Si vous n'êtes pas content du système dans lequel nous vivons, alors faites en sortes de le faire bouger. Mais personnellement, je n'aurais pas l'insolence de défier quiconque ici vu notre position militaire. Peut-être vous plus suicidraire que nous. Il va falloir que vous compreniez qu'un jour tout arrive... Pour les Aurors, ce ne sera pas aujourd'hui, mais peut-être demain, et ce n'est pas à vous de commander la date et le lieu de ce déclenchement.

Je vous hais et je ne veux plus entendre parler de vous. Je ne répondrais à aucune de vos répliques, questions, remarques, jugements, parce que je sais que vous trouverez toujours le mot à dire pour faire défiler la vérité comme mensonge. Une chose est claire pourtant. Tout ce que je viens de dire ici est vrai, et si jamais elle ne l'est pas, je prendrais les sanctions qui en découlent.

Au revoir."



Il raffermit sa capuche et s'en alla discrètement. D'un regard attentif il en appela à tous les Aurors présents de se retirer ou de ne pas tenir parole. Si les "anciens" comme il dit sont plus intelligente que les autres, c'est peut-être tout simplement parce qu'ils le sont vraiment. En le voyant lui et sa clique, l'impression était nette. Pourtant, il ne s'en vanta pas. Les actes coulent pourtant les paroles restent gravés à jamais dans sa mémoire. Je n'oublierais jamais...

Auteur : Aelendil
29/09/07 11h22 | 2 Galan 3726

Un jeune homme entra, il était beau, habillé comme un commandant militaire, il s'approcha de la zone de débats, entra dans la piece, remit une méche de cheveux comme il fallait, puis pris la parole.


Messir Earl Fillmore, qui ete vous pour critiquer les autres "puissances" de l'univers, qui ete vous pour vouloir tout changer, alors que vous faite la même chose que ce que vous voulez changer?

Si je me souvient bien l'alliance de mon Guide, Sephiroth a fait l'objet de represaille de la part de votre "alliance" en represaille d'attaque subit par des APR, vous remarquerez que vous avez attaqué le plus faible et la moin devellopé de leurs alliès... Etrange non?

Donc je vous le dit Earl Fillmore, quand vous insulté les autres "dirigeants" de Clown, vous tendez le baton pour vous faire frapper.


Le jeune homme remit une méche de ces cheveux qui était retombé, lui cachant son oeil droit.

Par ailleur, vous parlez "d'espion" chez les Illuminati, vous les provoquez dans quel but? vous faire ecraser comme de vulgaire cloporte?

Vous faite souffrir votre peuple et celui de vos alliès pour des dispute enfantille, vous agissez comme un enfant, a qui on a retiré la sucette.

Auteur : Azerty
29/09/07 14h10 | 2 Galan 3726

Des disputes, toujours et encore....pour l'Impératrice Zanadrède, arrivait en personne il y a quelques minutes, sa démarche assuré montrer clairement sa détermination...elle avait grandie, nan plutôt mûrit depuis sa dernière apparition. Elle était devenue une VRAI chef d'état.

Un espion chez les illuminati, unr rumeurs du passé déjà sortit, puis un choses devenue vrai, de spreuves inquiètante inciminant plusieurs états, mais aucun ne se discernant des autres...l'espion ne fut pas trouvé, notre alliance grandissant de partout, la tâche fut abandonnée.

Maitenant le sujet qui intéresser Zanadrède était la puissance dîtes de son alliance, son état n'était qu'un goutte d'eau dans cette immense force...nan elle n'était rien, rien de plus qu'un souvenir...tomber comme sont Maitre.

Cette immense flotte du Cosa Nostra son compagnon de toujours, il l'avait mérité...



"Hum, désolé d'interrompre vos discussion, je tiens à en revenir au sujet de notre alliance, je suis une Illuminati...certes je ne suis qu'un éxtrémité, je n'agis pas pour mo alliance et elle n'agit pas pour moi, tel fut l'accord avec Cosa pour mon entré...mais ce qui me chagrine aujorud'hui c'ets que vous voulez dire, que parce que nos flotte sont puissantes, vous ne pouvez rien faire ??"

Le capitaine Zeloss ecouta attentivement son Impératrice, il sentait le frisson monter en lui.

"Quand au fait de l'atatque de Philou contre Showland, et bien, je dirais simplement que les CC ont déjà rompus des pna ? la geurre...est-ce que certains envoi un message du style "nosu allons attaquer" ? nan, tout cela pour dire que, vous pouvez TOUT faire, même le plsu petit grain de sables peu enrayer la machine, a vous de bien placer vos pions..."

Auteur : Scaran
29/09/07 14h45 | 2 Galan 3726

La soirée avait été une fois des plus alcoolisée sur Asgaroth. Bon nombre de bouteilles y avaient été vidées et bon nombre de dirigeants Illuminati, dont il vaudrait mieux taire le nom pour leur réputation, étaient dans un état lamentable. L'un d'entre eux était quand même là, avec quand toujours plus d'alcool dans les veines que de sang. Il entra avec une démarche plus qu'incertaine...

Bon... bonsoir ou plutôt bon... bonjour à vous tous. C'est la pre première que fois que je m'exprime en ces lieux, donc je vais me présenter. Je suis Scaran, actuel dirigeant du Galinéas.

Il fit une pause, essayant vaguement de remettre ces idées en place... et de gérer un peu mieux son centre de gravité.

Je viens ici pour pro... protester. Cette nuit j'ai subit un pillage, alors que mon état sans défense ne pouvait se défendre. Je trouve cela lamentable, scandaleux que des états attaquent des dirigeants completement bourrés, qui n'ont aucun moyen de se défendre. Pour cela je vais arreter de produire, geler mon état. J'invite tout ceux qui désire passer ces quelques jours par semaine tranquille sans subir aucun assaut inamical, à me rejoindre dans ce mouvement.

Non, je rigole, enchaina-t-il avec un petit sourire, et un maintien bien plus assuré. Je n'ai subit aucune attaque, ni pillage, ni gel... et je ne me gèlerais, au plus grand malheur de certains. C'était juste une petite blague en rapport avec quelques informations que j'ai eus récement.

J'avoue avoir du mal à suivre le vrai sujet su débat. Est-ce les attaques alors qu'un PNA est en place? Est ce une inimitié entre dirigenants? Est ce une protestion contre la puissance de certains?
Earl Filmore qui a lancé les débats officieusement hors de cette salle ne s'est toujours pas expliqué clairement à mon goût.
Je ne repondrais donc qu'au Seigneur Hadès. Les attaques de PNA... Ne venait pas me dire qu'un seul d'être vous hésiterez a anéantir une flotte d'un PNA bancal. Et souvenez-vous, Cendres Célestes, que vous n'avez toujours pas payer votre défaite. Nos dirigenants attendent toujours...
Et je pense que le temps que cela sera en cet état, nous serons de moins en moins enclin à respecter un tel accord. Et si le cette attaque a été autorisée par les chefs Illuminati, c'est avant tout pour cette raison. Vous ne voulez pas payer, libre à vous d'en subir les conséquences.

Il s'arreta un petit moment. Un fin sourire vint s'ajouter sur ces lèvres.


Et d'après les rumeurs que j'entends toutes les alliances actuelles vont se faire écraser par les Illuminati, le Grand Méchant Loup. Même nos plus fidèles alliés le seront... Imaginez alors le nombre d'accord que nous allons transgresser.
Ou pas.

Il alla s'asseoir, espérant que les discours suivant serait sufffisament intéressant pour l'empechant de rattraper cette nuit arrosée.

Auteur : Kalyso
29/09/07 19h51 | 2 Galan 3726

Un soupir se fit entendre au fond de la salle, et attira l’attention sur une silhouette restée jusque là immobile, dans le plus grand silence. Remarquant les regards qui se tournaient vers elle, l’inconnu porta la main à sa bouche et eut un petit rire, frais, cristallin, comme un enfant qui s’excuse d’avoir troublé un moment important en se manifestant de façon inadéquate, et prend conscience de la déconvenue de son comportement. Le ris fit vibrer en certains la corde de lointains souvenirs, parfois si profondément enfouis qu’ils ne purent même en reconnaître la musique.

Et bien et bien, que ce monde est gai !


C’était une voix de jeune femme, enfantine, légère, et en même temps voilée comme de lourds remords.
La silhouette ne bougea point, mais inspira pour reprendre la parole. Hélas, elle fut devancée par un autre.

Voilà bien longtemps que nous ne vous vîmes en ces lieux.

L’homme qui venait de parler était présent depuis le début. Tous l’avaient remarqué, troublés par son charisme, mais trop occupés par le débat qui avait lieu pour lui prêter plus d’attention. Il portait un costume clair. Des gants immaculés habillaient ses mains, fermées sur le pommeau d’une canne de bois où se reflétait le pâle soleil d’un hiver qui s’annonçait long. Ses cheveux noués en catogan battaient le bas de sa nuque au rythme de ses mots.
Il avait une voix grave, autant dans le timbre que dans la façon de parler.
Les marques sur son visage anguleux laissées par son passé étaient plus lourdes que celle laissées par le temps. C’est sûrement de ce vécu que venait la dérangeante maturité dans ses yeux vifs.
Son nez droit dominait des lèvres gonflées de l’orgueil des grands orateurs. Celles-ci, étirées en un sourire amusé, semblaient prêtes à danser sur n’importe quelle musique.
L’ombre d’une barbe de quelques jours courait sur ses joues émaciées. Il inclina la tête, radieux, et reprit.

Si longtemps même que je n’arrive plus à situer la date où vous nous quittiez, madame. Pourtant j’ai toujours su que nous vous reverrions parmi nous. Instinct ou connaissance de votre joueuse personnalité ? Sûrement un peu des deux. Nous sommes pareils. Incapables de partir vraiment. Mais je perçois dans l’ombre de vos cils une curiosité que je connais, m’avez-vous au moins reconnu ?

Comment vous oubliez monsieur ?

Que faites vous là ?

Je ne sais pas. Envie de jouer ou incapacité de quitter vraiment un lieu où j’ai laissé une part de mon cœur ? Et vous donc ?

J’ai senti que cette salle serait porteuse d’une bonne nouvelle. Il faut croire que je ne me suis trompé.

Elle ri de nouveau et fit un pas qui la sorti de l’ombre. Elle portait sous un pantalon sombre de larges bottes de cuir qui n’allaient sans rappeler celles des rôdeurs des lointaines plaines du sud. Sa chemise rouge, nouée sur le bas de son ventre, laissait parfois transparaître, joueuse, un coin de sa peau albe. De longs cheveux dorés qui renvoyait à la canne de l’aristocrate les rayons de l’astre silencieux tombaient en cascade sur ses épaules et son dos, et quelques mèches folles caressaient sa gorge pâle. Ses joues rosies par la fraîcheur de la salle contrastaient avec la blancheur naturelle de son teint, dont la couleur ajoutait un éclat artificiel à ses lèvres roses.
De sous quelques mèches rebelles on percevait l’éclat rieur de ses froids yeux gris.

Qu’est il advenu de ce monde ?

J’ai senti votre regard posé sur nous malgré votre absence. Tous les jours que j’ai vécus dans la morne solitude de ma condition.

Allons donc, vous avez choisi votre condition, mon ami. Et le moment est mal choisi pour parler de cela. Nous irons boire un verre après si vous le voulez bien, mais pour l’instant j’aimerais écouter ce que ces messieurs ont à dire, et pour mieux comprendre j’ai besoin de votre récit.

A dire vrai, madame, vous n’avez rien manqué. Quelques joutes, quelques beaux orateurs. Parfois de vraies lumières comme vous les aimez tant, mais dont hélas l’éclat s’est dissout dans le sombre climat de nos contrées abandonnées des lueurs, avant de disparaître totalement vers d’autres horizons plus…flamboyants.
Ah et tous les états se gèlent, l’hiver s’annonce rude.

J’avais oublié votre sens de la comparaison.
Oui, ce gel ? Quelles en sont les raisons ? J’ai bien entendu ce qu’on dit ces jeunes gens, mais je ne suis pas vraiment convaincue du sens de tout cela. C’est assez…petit.

Mais dites leur donc, mon amie, cela fait si longtemps que vous n’avez pris la parole ici bas.

La jeune femme pouffa, prenant conscience du silence maître de la salle, et regarda les présents, tentant de croiser le regard d’un maximum de personnes.

Messieurs, tant de haine… Ce flot de colère que vous déversez les uns sur les autres ne fera qu’envenimer la situation, mais ne changera rien. Il ne changera rien car chacun d’entre vous est bien trop concentré sur son nombril pour non seulement remarquer les autres ailleurs que dans l’impact qu’ils ont sur sa petite personne, mais en plus accorder de l’attention à ce qu’ils disent. C’est triste mais c’est comme ça.
Les noms de ces alliances ne me parlent pas plus que ceux des mille autres que j’ai vues se déchirer exactement de la même façon du temps où je siégeais parmi les conseillers. Je suis certaine que n’importe qui d’un tant soit peu attentif pourrait au mot près prévoir vos réactions. C’est là toute la tristesse de notre situation : vous êtes une masse, informes, anonymes. Et plus vous luttez pour en sortir, plus vous vous y enfoncez. Car vous courrez tous après le même but. Mais… Tout cela est sans intérêt. Je pensais vous suggérer de bouger un peu au lieu de vous plaindre, mais la lassitude me saisit tout d’un coup. Voyons donc si ce débat ouvert d’une façon pour le moins originale peut prendre une tournure plus…intéressante. Voyons si les plaintes et accusations peuvent se faire discours vibrant ! Accordez moi l’honneur d’être le juge de votre pouvoir en lequel je ne cesse de croire, malgré tout.

Une voix enfantine, dans la foule, qui s’éveille au premier mot qui pourrait le concerner.

Notre pouvoir ?

La canne de l’aristocrate frappa le sol quand il vint se placer aux côtés de la jeune femme.

Celui de faire rêver, enfant. De nous emmener au-delà de nos songes. D’étaler devant nos yeux la beauté d’un monde dont la splendeur décroît.

C’est mentir.

En voilà un débat intéressant. Menez le donc. Prouvez que vous êtes plus que ce que vous semblez être…


Les lampes de la salle gagnèrent en intensité comme la lumière du soleil derrière les fenêtres perdait de la force.

Auteur : Azerty
29/09/07 20h25 | 2 Galan 3726

Une belle femme, un homme l'accompagnant, le capitaine Zeloss ne les avait pourtant vu entré...certainement dû la la fatigue et à la lassitude du débat qui comme toujours retourne sur le sujet des illuminati...

Il décida de prendre la parole.


"Escusez-moi, en observant quelques hstoriques, j'ai pu constater que d'après Fillmore...c'est en faite les Illuminati "en gros" le problème, ou bien me trompe-je ?"

Une main dans la poche, l'autre dans les cheveux, ses cheveux longs et brillant avec l'intensité de la lumière des lampes, des cheveux long pour un capitaine...c'est très rare. Non loin de là Zanadrède ecoute son officier argumenter et poser ses questions.

Zeloss se tourna vers cette Dame et ce messieur qui plus tôt prirent la parole.


"Veuillez m'escusez mais comme vous le dîte si bien, nos états ne pensent qu'à leurs propres intérêt, je me permet de reprendre votre idée"

dit-il tout en fesant un signe de tête honnorant la personne qui l'eu dit plus tôt.

"Le vrai problème, qui devrait se poser au lieu de nous critiquer NOUS illuminati serait plus tôt pour les CC par exemple, comment les vaincre ? Puisque nous avons rompu le pna, soit ! préparez vos flotte et éffectuer votre vengeance, si vous souhaitez vous venger alors rassembler toute votre haine, vos flotte, vos camarades , unissez vous et détruisez-nous !!!"

Zeloss regarda son Impératrice, si jeune et si mignonne ( de son point de vue)

"Même le plus petit des grain de sable peu enrayer la machine, Car il a fallu beaucoup de cailloux pour former des édifice tel que la corporation"

Retournant sa veste on pu lire dessus "les Illuminati sont des illuminé naturel !"

Auteur : hell
30/09/07 14h13 | 3 Galan 3726

Un nouveau participant pointa le bout de son nez entre les deux battants de la porte... Il regarda, observa, écouta, pouffa... Mais que ce rammassi de dirigeants était drôle...

Deathscythe entra finalement dans la salle. Il laissa le représentant de l'Azerty terminer son discours, puis prit la parole :


Messieurs, Mesdames, je vous salue. Je pense que des présentations sont de mise car il y a fort longtemps que je ne me suis présenté en ces lieux. Je me prénome Deathscythe, je suis le chef suprème de l'état Hell et diplomate des Sombres croisades.

Permettez moi tout d'abord de féliciter certains d'entre vous. En effet, la débilité humaine, qui est notre nature à tous, à encore une fois fait basculer un débat qui aurait pu être constructif en un débat stéril et puéril. Ce genre de situation montre que cette débilité humaine dont je parle est plus développée chez certain, comme l'intelligence chez d'autres... me comprendra qui voudra.

Une salle ouverte, selon les enregistrements, pour parler des problèmes de notre univers galacticain tourne au débats habituel... une alliance puissante, au dessus de toutes les autres, dominante... en bref une menace... Tout le monde sait bien qu'une alliance dominante est forcément néfaste, méchante et qu'elle va tuer tout les gentils... Mais arrêtons ces conneries. Les Illuminatis ont ils installés une hégémonie comme les Croisés, les maudits et les damnés à l'époque de leur toute puissance? Ont ils détruits, tués pillés, violé ou commis autres attrocités? ils ont simplement réduits au silence leurs ennemis.

Les Cendres Célestes furent une grande alliance... aujourd'hui, cette alliance n'a de grand que le nombre de ses membres. Certains caractères se sont imposés, et pas forcément les bons... De Cendres Célestes, le céleste est parti pour ne laisser que des cendres...
Bref, je ne souhaite pas entrer dans ce débat stéril à mon tour. Les Illuminatis ont attaqués leurs ennemis, leurs ennemis répondent en s'attaquant à leur réputation, quoi de plus normal dans cet univers?


......

Le réel débat lancé est "pourquoi notre univers va mal". Et bien, je troue que notre univers va plutot bien. Des alliances ce créées, d'autres disparaissent... Certaines marquent les esprits, d'autres retombent dans le néant sans laisser aucunes traces, même dans l'esprit de ceux qui en ont fait partie.

Certaines de ces alliances se font des guerres, se mentent et se trahissent. D'autres s'allient et font face à plus fort qu'eux. Que des évenement normaux. Je ne vois absolument pas ce qui ne tourne pas rond. Certs, la corporation est quelque peu désertée, des tensions fortent existent entre dirigeants. Mais ces tensions sont dues aux dirigeants même qui se plaignent, qui ne font rien pour améliorer les choses à part se plaindre. Mais réagissez bon sang. Arretez de vous morfondre dans votre quotidien de m*rde et sortez vous les doigt du c*l. Montrez que vous valez mieux que ce que vous nous montrez actellement. Agissez, accomplissez des choses pour notre univers. Mais ne vous cachez pas en attendant que les choses s'améliorent seules.

Mais peut être qu'après tout, si ceux qui se plaignent disparaissent, notre univers ira mieux... Sachez que je ne vise personne en particulier dans mes propos, uniquement ceux qui se sentent visés.


......

Juste un petit bémol cependant par rapport à notre univers. Une petite chose ne tourne pas rond selon moi. Mais cela ne concerne qu'une petite partie des galacticains, et ce débat à déja été lancé il y a quelque temps. Ce débta vous semblera peut-être déplacé et inutile par rapport au débat sur les illuminatis, mais il me tient à coeur. Voila le sujet sur lequel je souhaiterai débattre... LE PRIX DE L'URANIUM!!!!!!!!!!!!!!!!! Tout le monde aura compris que le prix de vente de l'uranium est bien en dessous de sa valeur réelle. Mon état, producteur d'uranium, ne trouve pas à vendre sa production à un prix descent. Il n'est actuellement plus rentable de produire de l'uranium... Et je pense ne pas être le seul à en ressentir le coup. D'autres producteurs d'uranium doivent avoir du mal à écouler leurs stocks, tout comme moi... Bref, j'en appelle à tout les vendeurs d'uranium, votre stock partira tout aussi bien en vendant à des taridfs plus élevés, comme 2.4 ou 2.5. Seulement il faut que tout le monde joue le jeu, si des petits malins continuent à vendre à 2 ou moins, l'uranium ne retrouvera jamais ca vrai valeur... Je laisse maintenant la parole aux autres intervenants, en espérant des réponses CONSTRUCTIVES!!!!! Le genre "on s'en fout de tes conneries", "produit autre chose" ou toutes conneries dans ce genre n'ont pas leur place ici. Il en est de même pour ceux qui continuent le débat sur les illuminatis, soyez constructifs, intelligents, faites avancer les choses. Ne tombez pas dans la débilité humine qui est, je le rapelle, très développée chez certains d'entre nous... Sur ce, je vous laisse prendre la parole, je vais m'installer dans un coin et écouter...


Deathscythe alla s'installer confortablement dans un fauteuil de la pièce. En chemin, il croisa le regard de cette jeune femme au cheveux d'or... il eut un doute... s'agissait-il bien de la délicieuse Kalyso, ou seulement d'une personne lui ressemblant fortement... Il continuait de se poser la question en écoutant les autes intervenants.

Auteur : Aurel
30/09/07 18h32 | 3 Galan 3726

Un léger raclement de gorge interrompit les murmures qui s'emparaient de l'assemblée. Une jeune femme aux cheveux de flamme se redressa. Très peu parmi les chefs d'états et les ambassadeurs réunis avaient déjà vu son visage, et son nom n'était connu que d'une poignée d'entre eux. Pourtant, elle venait régulièrement assister aux discussions prenant place au siège de la Corporation, constatant chaque jour un peu plus à quel point ce monde avait changé. Depuis longtemps, elle avait appris à se taire, à ne plus rien tenter car plus rien n'était faisable. Pourtant, aujourd'hui, elle ne pouvait s'empêcher d'intervenir. D'une voix d'une fermeté que ne laissait soupçonner sa frêle carrure, elle exprima ses pensées :

Alors, personne ne réagit donc à ces propos ? Un chef d'Etat vous annonce que toute discussion sur la domination de peuples, sur la guerre, sur les meurtres, n'est qu'une marque de débilité humaine. Il vous intime d'oublier ces quelques détails de l'histoire pour ne se préoccuper que de ses petites affaires, son porte-feuille en déperdition. Et vous, vous restez silencieux, vous osez subir un tel discours ?

Vous êtes tombés bien bas. Et le Conseil n'est plus même capable de contrôler ce genre de chose. Pas plus capable d'agir de nos jours qu'il ne l'a été quand il le fallait, il y a quelques années. Mais que faites-vous donc ici, vous qui êtes responsable de nos destins à tous ? Vous qui avez le pouvoir de changer les choses, mais restez enfermés dans de stupides querelles ? Ne voyez-vous donc pas à quel point tout part à vau-l'eau ? Ne remarquez-vous donc pas à quel point nous sommes proches du gouffre ?

Aujourd'hui, plus que jamais, nous sommes menacés, et vous vous complaisez pourtant dans l'inaction. Ca, c'est une vraie marque de "débilité humaine". Deathscythe, pouvez-vous m'expliquer l'impact qu'a le prix de l'uranium face au cataclysme qui approche à grands pas ? Ne voyez-vous donc pas que tout ce temps que vous perdez en discussions inutiles est du temps qui vous manquera lorsque vous réaliserez qu'il est déjà trop tard ?!


La jeune femme se tut et observa l'assemblée. Des images d'ennui, d'incompréhension...

Alors, vous ne comprenez toujours pas... murmura-t-elle. Vous ne voyez pas ce qui approche à grands pas ? Mais ouvrez les yeux ! Vous ne retenez donc pas les leçons de l'histoire ? C'est bien triste. Il va pourtant falloir que vous ouvriiez les yeux. Ne voyez-vous donc pas que le Conseil se fait de plus en plus inactif ? Combien d'entre vous peuvent se targuer d'avoir bénéficié des lumières d'un Conseiller, de son arbitrage, de ses conseils ? Ne voyez-vous donc pas que le but poursuivi par Terluan depuis tout ce temps est en passe d'être atteint ?

Le silence lui répondit. Eylon eut un petit rire amer. Peut-être ne savaient-ils même pas qu'Althor Terluan était l'archimage du Conseil. Cela eut été une preuve de la dramatique perte d'influence de ce dernier.

Ecoutez-moi, reprit Eylon. Aujourd'hui, le Conseil est comme mort. La Corporation n'a jamais été aussi faible. Savez-vous pourquoi ? Parce que certains s'attachent à la faire chuter. La Corporation est notre seul facteur d'unité. Le seul organisme qui empêche notre bêtise de nous forcer à nous entretuer. Le seul rempart qui nous protège de ce qui peut nous arriver de pire.

Vous ne comprenez toujours pas, hein ? Mais ouvrez les yeux, bon sang. Pensez-vous que votre décision d'aider le Conseil à faire chuter le Shadowsong vous protègerait des démons à tout jamais ? Ouvrez les yeux, c'en devient insupportable !


Le doigt de la jeune femme se pointa vers celle qui avait pris la parole quelques minutes plus tôt.

Elle, par exemple ! Vous ne l'avez pas reconnue ? Cela aussi prouve à quel point nous nous sommes éloignés du savoir qui était notre il y a à peine deux ans. Il s'agit de Kalyso. Oui, la grande Kalyso, je suis certaine que vous en avez entendu parler. La grande Kalyso, la Conseillère déchue, celle qui a fui de l'autre côté du Voile, celle qui par son pacte avec les démons a poussé le Shadowsong à détruire des milliers de vies ! Elle est de retour, elle qui a vécu parmi les démons, et cela ne vous interpelle pas plus que cela ?! Mais ils sont déjà parmi nous, cela fait des années qu'ils sont parmi nous, notre Conseil est déjà aux mains des ennemis ! N'allez-vous donc jamais réagir ? Depuis des années nous luttons, depuis des années nous tentons de vous prévenir, mais rien n'y fait, vous restez de marbre, figés dans votre bêtise...

Eylon regarda une nouvelle fois autour d'elle. Quelques visages choqués par son énervement, mais le message ne semblait pas être passé. Irrécupérables...

Auteur : Doxman
30/09/07 20h14 | 3 Galan 3726

Une voix se leva du fin fond de la salle. Comme retournez des enfers, comme prévenue d'une décadence universelle... Jamais il n'avait été Grand Conseiller, mais toujours il avait voulu le bien de sa galaxie. Jamais il n'avait touché les armées de la fleur et pourtant constamment il en loue le actions. C'est sûrement le seul et unique diplomate nécrolien digne de ce nom. Aucun d'entre les nécromans n'a jamais porté la moindre estime en ces adversaires rhéteurs. Que ce soit dans la narration de leurs sales histoires ou dans les plaintes qu'ils ont maintes et maintes fois formulées ; toujours Théran Azhar se contentait de les rabaisser.

Régulières furent les interventions d'Ouzine, et constamment elle débouchèrent sur une solution, une vraie. Quelque chose d'autre que l'enrichissement des innombrables trafiquants d'organes de Galactica. Souvent ce fut la paix, de temps en temps une guerre froide s'estompait sur un remboursement... Je vous laisse juger de la sainteté et de la vérité d'Ouzine pour parvenir à convaincre le Lord Théran Azhar, et toutes les palpables ombres Nécroliennes de rembourser une adversaire... Ils ont une si basse estime de la "vie". Une si médiocre idée de la "mort" ; c'est peut-être du au voile ?


Passons.

Ce fut le seul mot qui accompagna sa décadence marchée, celle qui le menait à l'estrade.

De la boue, du sang, des bouts de tissu, à part cela, rien d'intéressant n'avait jonché cette pauvre poutre. Une femme, là-bas dans les sièges avaient tenté d'affoler les esprits, de réanimer les idées, de tenter désespérément de rendre aux gens leur subconscient... Mais ses pensées à elle aussi étaient obstruées, souvent, trop souvent axées par une idée qui n'était pas celle que partageaient l'assemblée. Ouzine saisissait tout de ces propos, Théran lui avait parlé de cette femme, ainsi que de toutes les relations du Shadowsong, qu'elles soient hostiles ou amicales. La vue de Kalyso ; il y a de cela quelques délectables minutes : car le temps est si bon dans cette galaxie ; fut la première chose à lui inspirer réaction...


Madame, bonsoir.

Vous n'avez nul souvenirs de ce qui nous guide et nous passionne ? Je peux envisager le fait que vous soyez, éventuellement au dessus des débats. Pourquoi pas au-dessus même des palpables planètes. Et j'assure à toute cette assemblée que vous êtes au dessus de nos humeurs... Cependant, ne pensez-vous pas que si tous ici, mettions au claire nos éventuels différents, pour je l'espère aboutir à une sainte solution ; nous parvînmes à nous ouvrir au "reste" ; comme par exemple la survie de notre galaxie ?

Car, pour en revenir à vous dame Eylon ; les démons sont une réalité, mais surtout une vérité, devenue générale... Les gens de nos jour se soucient plus de ce qu'ils auront à piller demain plutôt de leur fin. Et oui, il y a une lettre en plus dans la faim que dans la fin, aboutir à quelque chose de géant est devenu un projet trop lointain pour les entrepreneurs modernes... Exemple premier, et pas des moindres : le court de l'uranium soucie plus le peuple du Hell que la sainteté de leur dirigeants. Pourtant, je crois savoir que l'Obyeme, sainte terre Wizard est censée plus inquiétée que le grand, immense, mais visible et physique Cosa Nostra. Je vous accorde aussi, que Kalyso demeure un éventuel danger, personne n'oubliera son solar qui selon moi était une porte direct pour le voile, c'est cette force démoniaque qui lui a permit de tant régner.

Cela étant dit, comme je m'évertue à tenter de le faire comprendre, ce ne sont ni le voile, ni Kalyso, ni l'absence du Grand Conseil qui aujourd'hui plonge la Galaxie dans un stand-by à haute tension.


Ouzine partit dans l'assemblée, comme pour délivrer un message à chacun. Son premier objectif était Zeloss, le capitaine Zeloss.

Bonjour mon ami.

Je sais, il se fait tard, mais ta vue, éternellement m'éblouit, je me crois en plein jour. Je sais que ces derniers temps, nous avons eu quelques différents, je sais qu'en ce moment le Nécrolia reprend ces marques et laisse ces dirigeants en compagnie d'une tension presque palpable. Je viens donc te demander pardon au nom de tous, tous les nécroliens. Je te promets que vos amis, à toi et Shuttle, plus jamais ne seront offensés, mais défendus.

Pour en revenir à tes questions... Tu ne devrais même pas t'abaisser à tenter de comprendre quel est le problème. Car quel qu'il soit, une assemblée va bientôt se lever contre l'Illuminati, ce ne sera ni la mienne, ni celle d'un traître, ce sera toute une galaxie. Bien plus qu'un problème, vous êtes un fléau aux yeux de tous. Et moi, je viens te demander pardon ; comprendra qui peut que le fléau que j'ai été ne peut en vouloir à ceux d'aujourd'hui ; mais ne peut que les encourager. Sans pour autant s'y allier...

Merci, Capitaine.


Ouzine poursuivit, il s'approcha au hasard de personnes dans l'assemblée... Il jeta un regard vers la porte, Thorgrin sortait... Il cria

Théraaaan ?

L'âme se téléporta. Elle frappa à la porte, les sceaux du siège avaient trop longtemps séjourné ; et ils étaient devenus facilement évitables par des experts comme, les Wizards par exemple.

Il ouvrit la porte, un sourire aux lèvres ; ses fines lèvres se décollant lentement, il chuchota aux oreilles de son frère Thorgrin. Celui-ci fit demi-tour en rentra dans la salle. Comme tous les aurors qui le suivaient. Ouzine sourit, et poursuivit sa visite des rangs.


Vous ?!
Wront n'est-il pas ? Je me souviens de vous !

Monsieur ? Oui là-bas ; Robin non ? C'est ce que je lie sur votre badge n'est-il pas ?

Messieurs, nous vous attendons, levez-vous donnez-nous vos points de vues, éclairez-nous... Tentez au travers de votre jeunesse d'être constructifs, ne vous souciez plus des maux de vos terres ; essayez pendant deux minutes, et je l'espère deux heures, de finir par être libres... Les paroles sont inutiles pour beaucoup ; mais pour nous, les je cite "anciens" c'est la seule voix qui nous a à jamais sauvegardé. Car, vous vous en doutez bien, nous avons nous aussi mordu la poussière. Alors, grandissez, et devenez les prochains "anciens".

J'entends aussi cela pour vous, Fill' !


Ouzine poursuit son petit cirque. Il reprit l'allée centrale, en direction de sa place d'origine... mais son regard croisa Earl Fillimore. Son ami.

Vous étiez l'un des seuls à enfin tenter de grandir... Mais aujourd'hui vous nous faites un gros complexe d'infériorité. Vous savez parfaitement que vos plan, ne sont ni une solution, ni une escapade efficace. Seul le calme et la sérénité nous avait réconcilié... Retentons notre coup ! Faites avec moi, comme vous avez toujours fait. Soyez plus calme que vos adversaires, quelques soient leur propos...

Ne vous prétendez pas plus intelligent, ni plus entreprenant que ces-derniers ; ce n'est pas une forme de calme. Je connais la vraie nature de votre individu, je sais qu'elle est sainte et bonne. Et que l'initiative est l'une de vos ferventes passions. Alors, soyez patient, c'est la clef pour entreprendre sereinement.

Merci, mon ami. Allez, grandissez.


Ouzine rejoignit Théran, les deux échangèrent un petit sourire, puis une petite tape sur le dos. Théran lui-même semblait devenu ouvert... Enfin, il suffisait comme d'habitude d'un rien pour qu'il reparte dans sa sereine, trop sereine - et à cette dose ce n'est pas bon - mégalomanie.

Auteur : Azerty
30/09/07 20h27 | 3 Galan 3726

Le shadowsong...sa puissance, c'est ce dont "les ombres" avait besoin...Kalyso, une jeune femme que le capitaine Zeloss ne connaissait pas et pourtant sa rennomer n'était plus à faire.

L'intervention de ce femme risquer fermement de compromettre les plans des ombres en sommeil, cela risquait d'apporter du changement au plan prévue, et qui sait peut-être qu'un nouvel allié se profilait à l'horizon...


"Veuillez m'escusez mais vous lancer a tout bas, des débats procédons par ordre, voulez vous ? Tout d'abords reglons le débat sur l'uranium assez rapidement puis sur le votre gente Dame"

Auteur : hell
30/09/07 21h11 | 3 Galan 3726

Deathscythe repris la parole suites à ces interventions. Il avait seulement quelques mots à ajouter suite à l'intervention de cette inconnue aux cheveux couleur feu et au représentant du Necrolia.


Mes chers amis, je pense que vous n'avez peut être pas très bien compris le message que je voulais faire passer... Le cours de l'uranium n'est pas très important à mes yeux, les tarifs varient, ce n'est pas la première fois que l'uranium perd de sa valeur...
Ce que je voulais faire comprendre est que la "domination" des Illuminatis n'est pas non plus aussi importante que ce que certains veulent laisser croire. Je pense que l'inactivité, la peur, la non réaction de certains est bien plus dangereuse que cela.
Regardez, l'exemple des Cendres Célèstes qui se mettent sous protection galacticaine pour "protester"... Ils devraient plutot se coaliser si ils pensent qu'il y a réellement un danger, regrouper des flottes et attaquer. Certains des membres de cette alliance sont de grands combattants, ils peuvent faire chutter les illuminatis en s'y prenant correctement.


Se tournant vers cette demoiselle aux cheveux de feu :

Ce que je considère comme débilité humaine n'est pas le faite de disucter domination etc, seulement de voir le mal dans toute domination, ramener tout débat à des échanges stériles et qui n'avancent pas. Je pense que votre intervention et celle du représentant du necrolia ont à elles deux apporté bien plus que l'ensemble de tout ce qui avait été dit jusqu'alors... Est-ce le fait de mon intervention? je ne pense pas... ou alors la mauvaise interprétation de mes mots ont peut être fait bouger les choses... mais peu importe. Beaucoup semblent voir un danger, moi je vois juste une grande imagination... Mais après tout, je peux me tromper, je ne suis qu'un humain qui est plus intéressé par le cours de l'uranuim que par la vie de la galaxie...

Auteur : Narkia
30/09/07 21h24 | 3 Galan 3726

Thorgrin, oprimé apr une âme qu'il interpréta comme inconnue retourna dans les rangs. Il exploita, chercha jusqu'à trouver un symbôle qui le décala dans le dévat de cette salle, petite mais chaude sous le gouffre des dirigeants d'états, tous agglutinés là comme des chiens. Soudain, derrière la porte, une ombre approchait et il la connaissait. Lorsque la gazelle pénétra dans la pièce, couvant encore plus par ses pas et ses chuchotements à tous ceux qui ne l'avaient pas vu de puis déjà quelques temps immémoriaux, Ouzine lui sourit, et Thorgrin se réveilla de cette pénombre qui le menait. Lorsqu'il sortit, devant le sourire de la jeune femme, il comprit, et claqua doucement la porte derrière lui, soulevant délicatement ses lèvres... La colère était passée, elle était revenue, tout allait pour le mieux.

La jeune femme s'avança, et se posta aux côtés d'Ouzine, épiant le moindre geste de tous ceux qui écoutaient ardemment le discours du représentant d'une des plus grande entité du système... LOrsqu'il eut fini, il lui chuchota quelque mots à l'oreillle. Elle rougit, répondant sans gêne aux paroles amenuisées du soldat. Elle écouta attentivement l'Impératrice, puis elle les regarda tous, y compris Fillmore, y compris Eylon... Elle n'avait plus peur. Ce n'était plus la même femme que les Wizards avaient connu à ses côtés... Un gros bol d'air, aspirant frénétiquement l'oxygène la réveilla harmonieusement, ses paumettes rebondissantes épellant la gaieté à quiconque épiait son visage radieux et fin.


"Bonjour à tous. Je ne sais pas si beaucoup se souviennent de moi, Ouzine lui, a eu la bonté de me faire rappeler son amitié à mon égard. Bien sûr, certains pourront me juger à souhait, je leur en laisse ce plaisir, mon passé n'est pas vide de sens, j'en reparlerais ultérieurement. Je suis Lidhyle Nalashadd. Thorgrin est mon conseiller et mon ami, et nous sommes tous deux en symbiose totale. Il meurt, je meurs, il vie, je survie... Je dépends mais je ne dépends que de lui. J'ai senti comme... comme une zone d'ombre lorsque j'ai vu le général Nécrolien sortir de son patelin nécrolien, et lorsque l'esprit de Thorgrin se noircit. Je n'ai guère tout suivi, mais il y a deux jours, la soirée fut tendue... Evidemment, j'ai saisi l'impertinence de Fillmore dans des propos qui ont touché le chef de l'Armée Pourpre au plus haut point. Bien sûr que je n'ai pas manqué la déchéance d'Azerty, de JP et des autres dans des démonstrations fébriles et parcimonieuses. J'ai également compris les points d'Eylon, qui ne peut pas se retenir de piquer sa crise des grands jours. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Je n'ai pas eu besoin de prendre mon temps et de vous regarder tous pour comprendre qu'il manque quelque chose."

Elle avala posément, et tel le calme avant la tempête elle continua, les regards braqués sur elle.

"Je n'ai pas à affirmer, que je suis en presque parfaite cohésion avec le discours de mon ami nécrolien. Cependant, j'y ajouterais certaines choses, y réagirait différemment.

Capitaine Zeloss... Ne reniez pas le propre de la Corporation. Dame Eylon l'a bien expliqué. Ce site et cette entité est la seule et unique chose qui nous retient et qui nous lie en ce bas monde. Alors... laissez tomber le cours de l'uranium et rendez aux économistes le soin de définir les règles à prendre pour le bien de l'économie. Nous ne sommes pas ici pur déblatérer de vos querelles marchandes. L'uranium vous sauvera-t-il d'une possible coalition ? L'uranium vous épargnera-t-il un rasage, un discours bien tenu, une flotte bien composée... Non, l'uranium est secondaire, et cela m'est égale que le seigneur Deathscythe ne pense pas ainsi, bien que j'imagine (bien je l'espère) qu'il voulut montrer sa petite touche d'ironie à grand jour... Ne sommes-nous pas ici même pour parler des problèmes de ce monde ?"


Elle se tourna alors vers Fillmore. Lui qui avait remué ciel et terre, les astres tremblaient devant ses propos qui en touchèrent beaucoup, qui en blessèrent certains. Pourtant, même si personne ne détient la Vérité, n'a-t-on pas en nous un peu de cette vérité qui mène les hommes... vers la vie ?

"Fillmore... Vous ne devez pas beaucou m'aimé. Enfin... les propos des membres de mon conseil sont assez durs avec vous. En toute légitimité d'ailleurs. Seulement je n'ai pas pour but de vous démolir une énième fois, mais bien de vous faire réagir. La base de tout ces propos... c'est vous, et pourtant vous n'êtes pas bavard. Il exitait un temps ou chacun expliquait sa théorie, sa politique, ses choix. Ce temps n'existe plus, c'est sûrement pour cela que je suis ici aujourd'hui. Vous avez le droit mais également le devoir de vous expliquer, Fillmore. Vous êtes et nous sommes ici pour vous entendre, et pour comprendre. Il y a peu, les Cendres Célestes se sont gelés... Moi qui suit pourtant à un point relativement aisé pour dénicher toutes les informations, je n'ai toujours pas la signification de ce geste qui pourrait paraitre stupide, mais l'imaginant de vous, il doit bien y avoir une compréhension, qu'elle soit bonne ou mauvaise.

Car si je vous résume, et j'espère le faire correctement, il y a un problème. Il y a cette ambiance, qui nous connaissons tous... Cette relation d'Hégémonie... Je la connais, je l'ai moi-même provoqué, avec les Wizards il y a six mois. J'ai l'impression de me retrouver tout ce temps de retour dans notre beau petit monde tout fou et tout naïf. Seulement aujourd'hui je ne suis pas dans ce can là... Je ne suis pas de ceux qu'on appelle les Illuminatis. Je n'ai pas peur de donner des noms, les conséquences seront faibles. Cette toute puissance, le Cosa Nostra trônant toujours du haut de sa flotte imposante et menaçante... Pourtant, avez-vous vraiment vu cette menace déferler sur vous ? Avons-nous eu la moindre annonce de notre cher ami ? Non, silence radio. Son plan marche... Il ne dit rien, mais vous, vous vous mettez tous sur la gueule comme des enfants de douze ans... Il fait mieux que les Wizards. Ce n'est pas très beau, même presque un peu lâche pour tant tout l'univers ressent cette menace et la prend pour son propre compte.

Vous n'approuvez pas ? Vous n'aimez pas ce "gros" qui surplombe tout le monde depuis les cadeaux que certains lui ont fait ? Mais mon cher, vous vous admettez présent, vous sentez dans une envie folle, provoquez, regroupez, annoncez, et beaucoup suivront. Ne laissez pas faire le boulot que vous pouvez faire vous-même. Ou alors vous n'êtes qu'un idiot, mais ce serait donner raison à Thorgrin, et je ne pense pas que vous cherchiez cela.
Alors j'aimerais ces explications, Fillmore, parce que je vois tout à fait ce que vous ressentez, mais je ne l'analyse pas correctement. Hadès n'a-t-il pas peur, comme vous ? Cet équilibre militaire dont il parle n'est-il pas celui dont vous métaphorez également ? Cela fait beaucopu de question pas vrai ? Bientôt, le capitaine Zeloss va nous criez dessus en nous demandant de ne poser qu'une seule recommandation à la fois..."


A nouveau la jeune femme tourna sur elle-même, rencontrant les visages de ce monsieur sans nom de l'Aelendil et de JP...

"Pourtant, n'auriez-vous pas raison Fillmore... Lors de la chute de l'Oracle Maudit, le système galactiacin devînt en suspens. Chacun allait et venait dans divers groupes qui disparaissaient un jour. Aujourd'hui à nouveau les hommes se rassemblent, et ne bougent plus... Des preuves ? Autour de moi je ne vois pas des amis qui parlent entre eux en essayant de se mettre d'accord, je vois deux postes. Je vois eux, et je vois vous. Mais qui sont eux et qui sont vous ? En fait, il n'y a aucune différence, puisque vous êtes mêmes ! Seulement vous ne comprenez pas que cela ne devrait pas exister... Le monde va pour le mieux ! Non, pour le mieux est trop fort. Dame Eylon va un peu fort, mais elle a raison... La menace est grande et vous le savez très bien. Autant pour vous, messieurs Illuminati que pour eux, ceux qui vont tenter de résister. Parce que c'est bien de cela dont vous parlez, Eylon... D'une résistance. Malheureusement elles n'ont guère souvent marchées, vos rebellions. Il faudra encore des traîtres pour changer l'écosystème et son cercle chamboulé. Pourtant ce n'est pas en vous chamaillant que vous résoudrez ces problèmes qui nous concernent tous.

D'une manière ou d'une autre, cette coalition se formera. Mais si vous tardez à la procréer, ce sont sûrement d'autres qui le feront et vous aurez perdu la place qui incombe sur un panthéon glorieux et mystique..."


Elle scinda les regards de tous ceux qui avaient suivi son discours. Il était lourd, peu construit, cependant elle espérait que ces chefs d'états aux lourdes responsabilité répondraient plus fermement, dans des argumentations constructives, des métaphores qui honoreraient ceux qui les lanceraient dans le ciel en décllin de Galactica. Lidhyle regrettait presque le Shadowsong... Lui le seul l'unique à pouvoir rallier les hommes.


[Big dédicace à Kalyso, pas eut le temps de prendre en compte les RPs après celui d'Aerty !]

Auteur : Azerty
30/09/07 22h36 | 3 Galan 3726

[hrp: j'essai juste de faire en sorte de ne pas trop nous éparpiller. de plus Dox a poster avant moi et j'ai même pas vu sonr rp enfin bref, je m'en prend plein la tête alors que je voulez juste aider de mon mieux...]


De l'oubli, c'est de ca qu'est né une coalition, petite mais exsitante, alors que ceux qui resiste au "grand méchant" ne s'occupe que d'eux, d'autre s'unissent et attendent la fin de ces combats. Certainement pur à leurs tour entrer au combats, lacheté ou bien cupidité de Hommes.


Zanadrède décida de parler en personne à representant du Nécrolia


"Seigneur Ouzine, des escuses, nous n'en méritons pas, nous avons toujours agit dans un but précis, rien n'est laisser au hasard, l'estime que nous avions pour vous est révolue, comme notre réputation qui s'est brisé il y a peu. Veuillez nous pardonner de ne pas accepter vos escuses."

elle regarda ensuite Lidhyle Nalashadd, critiquer, cela est si facile...Le capitaine Zeloss ne chercher qu'a construire un débat, et il était réprimé pour cela...depuis assez de temps, dans la corporation, toute phrase dites envers un autre état etait souvent vu comme une attaque, une atteinte a cet état en question...c'ets surement pour ca que nous avions décider d'en finir.Pour l'état Azerty, la corporation était déjà perdue.

Auteur : Hades
30/09/07 23h08 | 3 Galan 3726

Le diplomate de Drakone était toujours assis là en écoutant dès fois attentivement, dès fois en pensant à autre chose.
Tous les dignitaires d'état qui se trouvèrent ici, défendaient leur point de vue et c'était bien normal. Après tout, nous ne travaillons que pour nous-mêmes et nos alliés

Hadès voulait à présent conclure sa présence avant d'aller rejoindre le QG de la Société de Tochtli, où l'Impérator Ditis y serait certainement


Mesdames et messieurs,

pour ceux qui sont venus rejoindre cette salle après mon premier passage, bien le bonjour.

La Corporation n'a plus de pouvoir. Certes, je ne dirai pas cela, tout au plus est elle absente des grands débats, mais elle suit ceux-ci avec grande attention d'après mes sources.

Le sujet qui préoccupait notre nation est pour moi clos étant donné que j'ai pu avoir des réponses de la part de Earl Fillmore et des états de l'alliance des Illuminati.

Je rejoins les propos du dirigeant Nécrolien, qui comme d'habitude sais exprimer tout haut ce que d'autre pensent tout bas. Si les Illuminati ont la puissance qu'ils ont, c'est de NOTRE faute, c.à.d de la faute de toute les autres alliance y compris la mienne. Nous n'avons rien fait et voila le résultat.

Il est vrai aussi que finalement, les Illuminati ne nous ont jamais menacé et que nous sommes entrés en guerre sous la demande de nos alliés, qui je dois dire, ne vous déplaise Earl Fillmore, ne nous ont plus soutenu par la suite. La Société de Tochtli a payé très chèr son implication, mais nous sommes toujours debout, je vous rassure et nous reviendront vite.
Ne prenez pas ceci comme une critique, qui soit dit en passant ne vous est pas adressée, mais votre chef d'alliance, du Vaalor, est bien absent ces temps ci et lorsque nous avons ouvert les hostilités, les cendres célestes se sont empressé de signer un PNA avec les Illuminati.
Quel sens prend alors le mot ALLIANCE?

Je ne parle que pour l'état du Drakone et non au nom de la Société de Tochtli. Mes compagnons s'exprimeront peut-être ici, sinon par voie directe avec les dignitaires des Cendres céléstes.

Personnellement, je ne vois pourquoi je soutiendrais encore une telle alliance et c'est bien dommage.

Earl Fillmore, je vous apprécie, même si de temps en temps vous vous emportez et que ceci peut m'agacer, mais finalement vous êtes un homme bien.

A tous je vous souhaite une bonne journée.

Auteur : Narkia
01/10/07 18h34 | 4 Galan 3726

Lidhyle les écouta, un à un, et pourtant tout ce rafut n'emporta pas tous ceux qu'elle désirait entendre. Il n'y avait ici que la voix de pauvres individus qui essayaient de représenter tant bien que mal les intêrets de grosses et imposantes alliances. La Société imposante ? Oui, peut-être pas la force mais la l'habilité et l'intelligence de ses membres. On ne vois pas toujours ceux qui dominent et qui font peur au bon endroit.
Zanadrède s'écroulait. Elle avait trouvé plus fort qu'elle. Mais n'était-ce pas la première fois. Non, il semblait que cette personne était encore et toujours là, et là elle craquait misérablement.


"Zanadrède... Vous ne comprenez rien, ou vous ne voulez pas comprendre. Si nous, anciens Wizards avions du renoncer devant le danger, devant le défit et la provocation que vous, par exemple avez eu à coeur de nous balancer, nous n'aurions jamais éprouvé l'histoire de Galactica, et graver dans ses nappes les plus profondes notre Hégémonie, à tout jamais. Le terrain ne supporte rien lorsque les mots ne savent pas le défendre... Vous êtes ici, bien brave à soulever seule la position d'une alliance que je nommerais Illuminati. Est-ce là votre travail ? Si c'est le cas, alors soit on vous a très mal choisi, soit vous êtes une lavette. Je ne vous apprécie pas mais vous respecte, et j'imagine bien que vous êtes plus qu'une simple éponge qu'on envoie pour essuyer les erreurs des autres... Alors vous allez rester, ne pas bouger et me répondre intelligement. Que fait en ces temps immémoriaux, votre seigneur, votre chef occulte ? Le Cosa Nostra est-il tombé dans le trépas ? La pression l'aurait-elle fait imploser et par vengeance vous reflouez ses cendres sur vos ennemis. Hum, la provocation est un art sordide, longtemps je l'ai encaissé. Aujourd'hui, j'en ai tellement appris que par ma simple bouche, je vous surpasse, que mon peuple soit puissant, ou pas. Et cette équation ne devrait pas être ainsi. Vous désiquilibrez le système par vos guerrilla, et vous ne rétablissez pas votre position ici ? Alors je ne devrais pas avoir peur de vous, ni de toute l'Illuminati.

Dans la salle, seul leur souffle innondait l'air vide de quelques particules. Pourtant l'ambiance viciée se réchauffait. Le froid de la colère passait, la diplomatie reprennait son cours. Le calme avant la tempête ?

"Hadès, pour tout le respect que j'ai pour vous et pour votre alliance... Ne dites pas des ceux que vous devriez éviter de raconter si haut et si fort. Il n'est aucunement la faute de "toutes" les alliances. Votre défaite est réelle, s'il y a défaite. Personne ne fait dans la demi-mesure. Et une nouvelle fois, je n'ai pas l'envie ni l'intention que l'on positionne l'Armée Pourpre dans n'importe quel sac. Ce n'est aucunement notre faute.
Car bien sûr, j'approuve largement le malaise que l'on peut décrire, même s'il en a toujours été ainsi, pourtant nous n'avons jamais eu à nous plaindre de quoi que se soit, ni d'un côté, ni de l'autre. Ainsi notre prise de parti n'existe pas et nous ne sommes donc en rien fautif de votre chute, ou de celle de qui que se soit. Si les Cendres ont dénoncer ou accuser, si vous vous êtes lancé dans une guerre que vous avez choisie de votre plein grès, nous ne l'avons jamais fait, et c'est pourquoi vous ne pourrez nous placer "pro" ou "anti". Chaque alliance voit le sujet comme elle le désire. Nous ne le voyons pas. Nous l'observons, voila tout. Les Aurors sont là où ils sont ne les y bouger pas, ils y sont très bien.

Toutefois je reprocherais à ces messieurs de ne laisser que la pauvre Zanadrède s'exprimer, bien courageusement... En fait, ici il manque énormément de monde. Et ce n'est pas nous deux, chef de l'une des plus grosse alliance de Galactica qui allons régler un prblème qui n'est en soit pas le notre...


Elle n'arrivait pas encore à citer tous ces noms qui lui venait à l'esprit. Elle n'avait pas cette carure si haute qu'Ouzine développe si bien et pourtant elle se lançait comme elle pouvait, dans un bourbier miné laisser oisif par tous ceux qui l'ont voulu actif... Le monde est mal foutu, et pourtant ils en faisaient partis tous, alors autant en profiter pour tout faire et mettre en oeuvre conte cette idée d'invidualisme galactique qui en précipite de nombreux dans l'orgueil et l'hypocrisier...

"Qui veut la paix prépare la guerre. Celui qui veut la guerre fait de même. Les armes et les combats sont notre vie et ne prennent apparemment que cela. Alors profitez de ce lieu encore riche en cultures et en déontologies diverses et variées pour ne pas nous tomber dessus et s'exprimer. Mais votre sort est dans vos mains, mais dans les notres, Ouzine dira ce qu'il voudra à ces propos."

Auteur : Azerty
01/10/07 19h33 | 4 Galan 3726

De l'insolence encore et toujours, l'état Azerty n'a jamais était respecter comme un"Vrai" état et les gens se fesait un plaisir à le demonter de toute part, mais son seul est unqiue but est de servir ses desseins. Les "dits ancien" prennent de l'assurance, pourtant Zanadrède depuis quelque centaine de Lune, elle n'avait jamais eu à prétentions d'atatquer un état, de simple fait, nous ne sommes que de simples humains qui tentons t'en bein que mal, d'aider autrui, pourtant on s'acharne sur nous encore et toujours...ils font pitié ces "Anciens", encore plus que nous...existe-il un mot pour définir un tel sentiments...que l'ignorance nous emporte devant tant de misères.

Zanadrède n'était ici que pour soulever les problèmes que les gens, eux se plaignez, voulant aider, il avait beaux la critiquer aucun d'eux n'avait eu le courage de commencer a ouvrire une salle...lacheté ou manque de temps, allez savoir, c'est tellement plus important d'entretenir sa flotte...

A la remarque de Lidhyle, zanadrède ne répondit pas, pour dire quoi donc ? cela serait intépreté comme une attaque envers autrui, de partout tout tournez mal, non pas que les alliances, mais les flotte , les chef d'états et leurs mots...A croire que ce fut peut-être notre état qui ne tourner plus.

Travail de la part des illuminati, certainement pas, l'état Azerty n'as jamais réprésenté les Illuminati, il est un état membre de l'laliance mais n'agit pas en conséquence et inversement, le Cosa nostra ne l'avait pas aider et nous l'avions pas aider...Le cosa ne decider pas de venir car ce serait trop d'honneur pour ces..."choses", pire que des ombres, surtout à Lidhyle...l'insolance était un dû.

Auteur : endymion
01/10/07 20h37 | 4 Galan 3726

Endymion avait un peu honte d'avoir quitté précipitamment la salle. Après tout, un débat reste un débat...il n'y pas de plaisir à discuter si on s'en va après avoir parler. Un certain élan de fougue prit le Régent Mikanesien. Son entrée se fit discrète. Aucun d'entre les dirigeants déjà présent ne l'avait remarqué sauf peut-être Lidhyle qui, il lui sembla, lui avait sourie.

Endymion regarda un peu tous les visages de la salle. Il lui semblait qu'aucun n'étaient ici pour réellement discuter. D'ailleurs, aucun d'entre tous ceux là ne savaient de quoi il en retournait.

Au détour d'un regard, il aperçu un jeune (pas si jeune) chef d'état. Une personne sans réel visage, plutôt une sensation, un flou. Tous ses gestes semblaient montrer qu'il pensait. Quoi de plus normal me direz vous. Mais c'est bien plus que penser que cette personne semblait vouloir. Elle semblait offrir à son esprit une substantifique moelle réflective, une lotion, une pommade de souvenir. Un délégué de l'Azerty? Endymion ne savait, il voyait simplement un pâle écusson ressemblant à ceux des soldats Azertyen.

Mais à quoi pouvait il bien réfléchir?

Y a t-il sujet plus important que la paix dans l'univers?

Quelques chefs d'états défilèrent dans la cohue, il reconnu une nouvelle fois Lidhyle qui, ce coup ci, lui adressa un sourire. Suite à ce discours, Endymion se leva. Il fallait bien parler puisque certain préférait penser.


<<Bonsoir. Je n'ai d'autre chose à dire que ce que nous avons déjà dit mais j'ai beaucoup de chose à répéter. Moi, Endymion, partenaire à la régence du Mikanesia avec notre ami Firuba Sendenoï, wizard de feu, je déclare l'Armée Pourpre aussi neutre que possible dans les guerres possibles que connait notre Galaxie en ce moment. Nous sommes en guerre contre les Templiers certes mais aucune autre alliance n'est impliquée dedans. Nous nous reconnaissons pas d'allié, nous ne reconnaissons pas d'ennemis autre que ce sus-cités.

Faudra il le répéter encore des milliers de fois? Nous n'avons fois qu'en nous même, nous ne craignons le courroux d'aucun et nous ne prenons part pour aucun des parties. L'APR est née en temps qu'alliance autodidacte. Nous ne reconnaissons aucune croyance comme la notre, nous n'avons ni amis, ni ennemis dans cette galaxie qui ne sont dans notre alliance.

Pour en revenir au sujet, je me passerai de paraphraser mon amie Lidhyle. Je me contenterai d'ajouter que la sombre image qui pèse désormais sur les épaules déjà lourdes et fatigué des dirigeants de ce monde doit être soulagé ici. Au départ, il me semble, nous étions ici dans l'idée de clarifier les problèmes concernant les Cendres Célestes et la destruction de la flotte Showland 1 par les Illuminatis. Suite à cela, ce débat, si c'en est encore un, a viré sur le cas APR que, je crois, nous avons clarifié. Maintenant, quels obscures affaires vous rongent seigneurs des tout-venant? Quelles histoires, vous, Azertyen, allez vous nous compter, vous qui semblez vouloir éviter les prises de paroles? Je ne crois pas que nous soyons responsables de vos malheurs et déboires et vous n'êtes nullement cause de notre bonheur. Pourquoi, vous qui en voulez au monde entier, vous n'avez pas laisser les diplomates Célestes et les Diplomates Illuminés ouvrir cette salle? Pourquoi avez vous prit des clés dont vous n'aviez nullement l'intention de vous servir? Pourquoi vous étonnez vous que l'on vous marche dessus? Vous vous croyiez si intéressant que nous, autres dirigeants, allions encenser votre héroïque ouverture de salle? Foutaise...et répondez s'il vous plait, ne restez pas lascif, lattant, dans l'attente d'une attention que l'on vous porterait. Pour l'instant, vos quelques mots étaient aussi sensé qu'une motte de terre est bonne à manger.>>


Endymion partit se rassoir, le sourire aux lèvres. Ils savaient ce qu'il risquait en disant ca mais ca le faisait sourire. Pourquoi? Parce que son seul plaisir c'est de pouvoir semer la misère et la famine dans les champs et dans les débats.

Auteur : Azerty
01/10/07 20h49 | 4 Galan 3726

Zeloss prit la parole impunéùe,nt ne laissant pas son Impératrice répondre.


"Peut-être parce que les diplomate des Cendres Céleste et des Illuminati sont trop lâches pour portez cette affaires en publque comme il le dérise, j'effectue des actions, je ne laisse pas une affaire en suspens après de vil paroles, et ce n'ets pas parce que ce débat tourne vers l'ARP que vous devez m'en vouloir, si elel tourne ver l'ARP c'est qu'il ya a problème également chez vous. Nous ne sommes pas vous, nous ne voulons pas votre bonheur. Nous en sommes meme pas une gouttellete das vos mains, mais NOUS, nous osons demandez ce qui ne va pas...ô grand dirigeants de GRAND états et vos si GRANDES alliances. Ne méprisez pas ceux qui tentent de voir apparaitre une réponse !"

Rien ne valait ces discours bizarre, et tordu d'un bon vieille état en miettes tel que l'Azerty...mais qui sait peut-être que certains pourront le comprendre.


[hrp: puisque apparament personne se bouge des deux alliances le sujet est clos, si un admin ou un modo peut fermer, merci a vous]

Auteur : Doxman
01/10/07 21h38 | 4 Galan 3726

L'âme noire se leva. Derrière lui les prémices des ténèbres, devant lui des mains qui tenaient le futur, une partie de l'avenir. Il passa devant tous les aurors, souriant à chacun d'eux. Embrassant même dame Aburale, toujours présente, partout où était Théran. Il marcha vers les responsables de la régie. Certains d'entre-eux firent un pas en arrière, la dernière des auras de ce type les avaient attaquées, en visant la mort. C'était Le Baka Chapelier.

Théran, tapota sur l'épaule d'un des stagiaires, qui devait sûrement rester loin de tout ce passé. Sûr de lui, il le salua. Théran formula une petite demi-douzaine de requêtes. " Laissez la salle ouverte tant que j'y serai présent " ; " faites votre possible pour diffuser sur les grands écrants les scènes de notre ménage " ; " faites en sorte qu'aucun dérapage n'ai lieu " ; " tentez de prévenir le Grand Conseil pour qu'il vous guide dans vos manœuvres " ; " si vous pouviez maximiser le système d'intra-communication de ces murs, l'ampleur de notre débat grandirait sûrement " , joint à cela les plus grasses politesses.

Il fut certes plus simple de demander, faîtes votre possible pour que tout monte d'un cran... Mais il fallait aussi insister, c'était le moyen de parvenir à quelque chose de constructif.

Théran retourna s'asseoir, avec un petit regard à Ouzine, un regard simple, l'oeil bleu du demi-démon noir. Ouzine acquiesça. Il reprit place, il s'exprimerait une nouvelle fois...


" Tout d'abord, et j'en suis tout irrité, Lidhyle.

N'essayez pas de faire entendre à ce genre d'esprits que le nombril d'un tout est plus facilement déchirable que celui d'un être humain.
Ne tentez pas non-plus de lui demander de se justifier alors que personne ne le fait, ne lui demander pas pourquoi ces adversaires manifestent mais jamais ne viennent aux congrets nous présenter leurs points de vue. Ce sont des civilisations entières qui sont privées de vie et de consciences en ce moment. Bien entendu, doucement certaines d'entre-elles se relèvent, et enfin peuvent penser sainement. Mais j'ai mal pour toutes ces familles qui pour le raz de bol d'un seul payent. N'en veuillez ni à l'un, ni à l'une ; ni même à leur adversaires.
Tout ceci n'est que la cascade d'un barrage qui vient de craquer. Il faudra du temps pour le réparer, et le chef de travaux est un peu à bout de nerfs ces derniers temps, j'entends vous, Fill'. Alors, patientons et tout cela rentré dans l'ordre. Attendons que les deux honnorables entités que sont les Iluminatis, et les vieilles cendres célestes ; entendent raison l'une de l'autre, avant de poursuivre sur le chemin de la guerre, ou d'ouvrir le portail de verre de la paix. Et à vrai dire, peu m'importe, Aurors continueront à mener notre politique ; car peu, trop peu nous importe celle de nos contemporains.

Ouzine changea d'estrade, marchant sur toute la largeur de la salle. Comme pour se faire lever les éloigner, comme pour appâter une curiosité absente, trop absente pour ne pas dire manquante tout simplement. Il se dressa devant toute l'assemblée, qu'il espérait attentive et ouverte.

J'ai envie de revenir sur le cas Iluminati...

D'après une simple et personnelle observation, même le Lord n'a rien à y dire. Je parle avec ma personne propre.

Bientôt ils seront la cible de beaucoup d'affronts. D'une politique préservatrice et un petit peu trop nostalgique. Comme nous, les nécroliens. Pourtant, je sens que pour la première fois, ils vont s'en sortir. Des alliés ils vont trouver, pas ceux auxquels on s'attend, malheureusement. J'ai peur que de vieux hégémonistes tel que les Sombres croisés, qui de part nos foudres ont dû se plier sous notre domination, demeurent insensiblement irrité de leur dernière prestation.

Je ne porte aucune accusation, je n'ai aucune information. Mais aujourd'hui les véritables questions sont celles-ci, quand et comment parviendrons-nous à bloquer l'incessante marche des Iluminés ? Comme stopper un contingent qui chaque jours grandit plus vite que chacun d'entre-nous ? Excepté peut-être... Nous, nécroliens.

J'ose croire et penser que la rebellion est déjà en place, et que nous n'y avons simplement pas encore été conviées. Parce que il faut penser à se presser mes amis. De l'époque où j'étais à leur place, chaque seconde passait deux fois plus lentement, et me laisser faire deux fois plus de choses, me permettait de savourer deux fois plus, me sifflant de me méfier et de me préparer. A terrasser je fus difficile, mais la menace d'aujourd'hui est tout autre... Et avant de les terrasser je vous invite à les toucher.


Ouzine se posa sur un fauteuil des plus confortables. Il aurait bien eu deux trois choses à dire ; le court de l'Uranium, qui au vu des bénéfices économique nécroliens l'arrangeraient s'il augmentait un petit peu... Le fait que Narkia accuse à tous vas ne lui allait pas, mais le choix il n'avait cependant.
Il fallait aborder ce sujet, quelque soit les personnes présentes. C'est ce qu'il entreprenait.

Auteur : Kétanolan
02/10/07 23h49 | 5 Galan 3726

Après de nombreuses sollicitations claires, Earl Fillmore décida de sortir de son silence. Il lui fallait s'expliquer mais il l'avait, cent fois, fait auparavant. Il se leva. Croisa une nouvelle fois le regard de Ouzine. Lui le considérait comme un ami et pensait cela réciproque. Il vit aussi Lidhyle Nalashadd près de Thorgrin. Il finit par s'approcher de Zeloss et lui lança :

Désirez vous donner votre opinion ou pensez vous continuer votre acte de présence accompagné de quelques réflexions à peine mal venues? Loin de moi l'envie de vous faire fuir ou de vous ennuyer mais j'ai beaucoup de mal à cerner votre rôle ici. Si seul le spectacle vous intéresse, faites comme beaucoup dont votre chef du Cosa Nostra et de nombreux autres Illuminés et asseyez vous dans les gradins.
Enfin j'espère qu'on verra dans mes paroles une incitation à votre intervention plus qu'à une invitation à quitter notre petit débat déjà clos.

Maintenant je vais vous dire que je trouves les actions des Illuminatis fort lâches mais tant que le Cosa Nostra n'aura pas envoyer d'émissaire sur cet estrade, je ne développerai pas ce qui me fait dire cela. Il suffit de faire des débats dont les idées sont dites sans que cela ne soit écouter.

Earl se tourna vers les dirigeant s de l'Armée Pourpre.

Madame, messieurs, content de vous voir sortir du Nécrolia pour vous recevoir dans ces lieux. Je désespérais de vous y revoir un jour. Je suis bien malheureux de votre réaction Lidhyle. Sachez le, j'ai eu un respect accru et j'ai probablement été un partisan d'une paix durable avec l'Armée Pourpre. Malheureusement, certaines actions sont arrivées.
Je l'ai toujours dit en revanche, il existait et je crois qu'il existe encore deux obstacles à cela et encore, cela reste à voir. Ces obstacle étaient deux personnes, deux de vos amis. Firuba Sendenoï et Kossnei. Le deuxime n'est plus des votre et cela règle donc le soucis, le premier, je le pense assez réfléchi et malgré tout assez opportuniste pour un jour nous faire confiance. A moi comme aux Cendres Célestes.

Tous mes discours ont toujours été ceux du dirigeants de l'Atlantica et non des Cendres Célestes que je n'était que comme interim en l'absence des dirigeants véritable des Cendres Célestes. Mon travail a été dur voir trop dur. Je doit bien m'avouer vaincu. Triste résultat aux vues de la confiance qui m'était donnée. Mais je crois pourtant que ce travail a failli être parfait à peu de chose près. En effet, une paix s'annonçait avec vous les APR, et non ARP comme dise certains, les Illuminés nous soupçonnaient de participer à une coalition contre eux alors que cela était faux et cela je pensais que le message était parfaitement bien passé.

Je le répète en revanche, je n'ai jamais insulter ou voulu insulter quelqu'un ici même à la corporation sauf peut-être une personne avec qui mes relations sont arrivées à un point que je n'espère pas sans retour.
On me demande de m'expliquer sur le gel général qualifié souvent de stupide, débile ou bien d'autre mot. Cette décision ne regarde que les Cendres Célestes mais en effet, et comme je l'ai tellement dit, il s'agissait d'essayer de faire réagir certains sur l'actuelle vent de cupidité et de querelles avec chacun. La goutte d'eau qui a lancer cela fut la perte d'une force importante mais en aucun cas l'unique raison. Chacun me dira encore que se geler pour avoir perdu une flotte est infantile mais encore une fois, il s'agit vraiment pas de cela. Nous en avons tous perdu, la guerre depuis plusieurs mois et ce bien avant mon arrivée dans les cadres de l'Alliance, nous la subissions. J'ai cru comprendre que l'Evoila avait été en grande partie responsable d'une guerre contre quasiment toute la galaxie sous une bannière unique, celle du Nécrolia. Cessez de me dire que je suis responsable de tous les mots sur Galactica, je ne suis que l'humble défenseur des voix qui n'ose sortir de leur enfermement.
J'aimerai quand même aujourd'hui que beaucoup me comprenne je vais donc vous expliquer mon but dans ce monde. J'ai il y a longtemps été un état puissant. Ma force pouvait impressionner mais je ne me rapelle pas en avoir fait usage de façon injustifiée ou même démesurée.Je n'ai en fait aucun souvenir d'avoir raser un état en une seule attaque. Je ne le voulait pas, je m'y refusait. J'ai quitter une alliance qui avait décider de trahir des amis. Ces amis m'ont pour certains trahis, cela s'est retourner contre moi. Je ne regrette pourtant pas d'avoir fait ce que j'ai fait car j'ai toujours ma conscience. Aujourd'hui encore, tout est fait selon ma conscience. Je veux défendre les intérêt de mes camarades et cela avant mes propres intérêts. J'ai toujours été quelqu'un de droit et cela, beaucoup en profites. Je pense que les trahisons, les malversations dont je suis témoins et bien d'autres choses m'ont totalement écoeurer et cela à provoquer chez moi la réaction que chacun à pu observer. Je suis certains que le Grand Conseil fait de son mieux mais comme j'ai pu l'entendre, leur absence rend leur travail très peu perceptible.

Je vais vous laisser me poser vos questions précises maintenant car je me suis très longtemps étendu. Mais je souhaiterai aujourd'hui que chacun oubli sa rancoeur que cela envers moi comme envers l'autre et que l'on retrouve tous ensemble le respect que chacun devrait à l'autre. Il ne devrait pas y avoir de dirigeants qui soient au dessus des autres. Nos expériences dans le passé ne devrait pas nous faire devenir des hypocrite mégaloman avec pour but ultime toujours montrer qu'on est meilleur que les autres et qu'on peut dominer l'autre. Je ne tiens pas à viser quelqu'un en particulier mais je sais que beaucoup sont concernés.


Earl Fillmore s'était globalement bien expliqués selon lui mais il était certains que dans les prochaines interventions, il se devrait de revenir au premier plan du débat pour recommencer. Néanmoins, il alla prendre quelques boissons afin de se desaltéré et de reprendre un peu son souffle.

Auteur : Narkia
03/10/07 16h09 | 6 Galan 3726

"La goutte qui faisait renverser le vase"... De soie ou de rubis, d'un éternel recommencement les mots fusaient. Plus de soie que de rubis, lorsqu'il allait percuter lourdement les murs de la petite salle, à l'image de son créateur. Zanadrède recroqueviller sur son souverain capitaine. Ils étaient petits les deux grands monstres de la diplomatie. Mais le rubis reprenait ses côtés harmonieux lorsque comme le sang, le rouge coagulait dans les interstices fins et méticuleux. Là où le sang coule, la colère d'une vengeance inachévée s'étends et emporte tout. Le fauve est en cage et dans l'arène rempli de mirmillon, c'est ce rubiset cette soie qui se battent, sans armes à main nue.

"Droit... Oui, vous êtes trop droit, Fillmore vous et votre caravane ambulante. On m'a dit que de par vos jardins de glace la multitude d'erreur de calcul fait que votre cryogénisation n'est que temporaire. Vous êtes, et vous serez qu'imparfait. Non pas sal, mais vous ne toucherez jamais l'ultime pensée humaine, la raison, la vérité. Et si vous pensez que je ne la détient pas, sachez que j'y crois et que dans mon espérance, l'ambition est plus forte que la conscience.

Au lieu de vous recouvrir de toute éventuelle maladie contagieuse vous auriez du évangéliser les infections et rétablir les bases saines de notre société. Vous êtes ici le seul à ouvrir bien grand la bouche de la critique. Et sans le lot d'argumentation et de preuves qui doivent l'accompagner vous semez dans les plaines de la peur les rumeurs d'une terreur. Qu'elles soient vraies ou non importe peu. Car dans cette galaxie en malaise, personne n'ose prononcer le simple terme de guerre du peuple et dans le nucléaire de ce symbôle, la mort. Vous gâchez par votre orgueil la mise en position de rebels, le corollaire de toute puissance. Révéler est bien ,combattre est immense.

La raison est simple dans votre cas. Vous pourrez à jamais faire preuve de bonne volonté, et bien que le respect se perd chez certains, il est encore présent pour ceux qui le mérite chez moi, les mots ne s'effacent pas et restent gravés dans des données qui seront toujours plus puissante que vos ordinateurs et vos systèmes scientifique. L'homme est incertain, l'homme doit douter de tout sans quoi il n'existerait pas. Vous pensez vous connaitre et pourtant vous assumez des erreurs, approuvez certaines paroles que votre tempérament ne devrait pas avoir à faire. L'amitié est une valeur qui ne devrait pas exister. Il est abstrait et de vrais amis n'auraient pas besoin de ce qualifier ainsi. L'amitité est comme l'amour, il est aveugle et vous avez les yeux grands ouverts devant la lumière blanche qui se dessine devant vous.

Vous ne faites plus peur dans le voile du système galacticain les anges rient et les démons pleurent que violence ne soit pas faites. Alors prenez les baguettes et orchestrez cette symphonie sans quoi ils continueront de rire et de feindre de vous. Menez cette musique, vous qui êtes apte à la provoquer.


Théran... Comment ne pas se comporter ainsi ? Pourquoi ne pas accepter qu'ils ne méritent pas de voir de telles personnes ici. Que faisons-nous là... A les regarder se battre comme dans enfants. Que faisons-nous tous ici d'ailleurs ? Si Fillmore n'existait pas, que serions-nous, nous, pauvre pouilleux diplomate qui ne pensons qu'à la guerre, à la violence, à la mort ? Le sang rouge coule dans les artères de la vie. Il suffit d'une simple pierre pour bouche le système et les ramifications d'une vie se scindent en instrument de mort. Lidhyle sourit à cette pensée immonde. S'il pouvait être bon; alors elle devait être mauvaise, il en était ainsi... Le sang !

"Je vous respecte Fillmore parce que vous savez au moins formuler une phrase correcte, vous savez ne pas vous tromper de sujet quand vous vous donnez dedans. Ce n'est pas comme eux !"Elle se penchait violemment vers Zeloss et Zanadrède, prenant peur, ils sursautèrent un coup.
"Mais à vous deux, vous plongeriez dans un bourbier terrible. Vous ne voyez pas le petit enfant qui joue à la balle tout seul, contre le mur en ruine de sa maison et qui se fout royalement de vos problèmes ? Soyez réalistes. Les problèmes de la galaxie ? Vous vous les créez, alors à vous de les résoudre... Et je suis sûre que vous n'avez pas besoin de notre aide pour cela. Pourtant vous pourrez toujours comptez sur nous pour revenir de par le voile pour vous toucher là où vous n'attendrez jamais. Nous ne sommes pas ce que nous étions auparavant, pourtant le Nécrolia reste le Nécrolia. Ainsi l'Atlantica restera l'Atlantica... Apprenez à changer.

Auteur : jp
03/10/07 16h21 | 6 Galan 3726

JP etait dans le coin, quand il entendi une voix qui lui rapelé quelques choses ...
une voix rocailleuse ! une voix qui fais resortir la honte qui etait en lui , l'expression qui emané de son visage lui faisait presque pitier

mais ceci dis , il ne pouvais aucunement avoir pitier devant de tel enepsie que le dirigeant fillmore decima devant cette assemblé

BREF , s'exclama t-il ARRETEZ TOUS DE SUITE ,
vous debraillé des tas de connerie ! arretez de jugé un des ancien membre qui a fais monter les cendres celestes au plus haut , et qui malgrés sa defaite , a su resté digne devant le faite accomplis

Evoila , n'a pas fais perdre les cendres celestes , il n'a fais que de defendre ces principes ! il a certe etait un peu dur , mais il as toujours fait pour son alliance , pour que regne la prosperité et le bonheur !

et vous !!! dirigeant de pacotille vous osez venir l'insulter !! honte sur vous !!
vous avez debarquer de nul part en entrant chez les cendres celestes ! et vous avez voulu declarez la guerre a certaine alliance , dont celle des eugenistes a l'epoque , et vous osez me dire que l'evoila etait le fautif de la descente des cendres celestes !!!

foutaise ! vous ne valez rien et vous ne vaudrais jamais rien

sur votre ancienne etat vous ne rasiez peut etre pas ( je n'en sai rien)!! mais vous avez pillez sans relache de pauvre innocent qui ne voulait que faire nourrir leur peuple .

vous avez tentez de mettre le chefs celestiens dans votre poche , et je crois que vous avez reussi

regarder maintenant ou en sont les cendres celestes ..
c'est moi peu etre qui es fais sa hein !!
non , meme dans la defaite j'ai toujours su defendre mes amis ! et dailleur j'en defend toujours certain

et quand j'entend dire que certain de vos allier vous haïssent , des personnes de votre alliance ...
je ne croit pas que ceci viennent de moi , mais bien de vous


alors très cher earl fillmore , veullez , je vous prie

ravalé votre bave de crapaud et d'être le digne responsable de la chute de cette alliance qui a fais de moi un grand guerriers

vous pourrez si vous voulez me sortir des exemple de mes mefait si vous le souhaité
mais elles ne seront jamais a la hauteur de votre debilité profonde


... sur ces dire jp parti se rassoir , non pas énerver par les porpo incoherant que le fillmore venai de debitai

Auteur : Kétanolan
03/10/07 17h58 | 6 Galan 3726

Monsieur, vous vous énerver et je vais aujourd'hui vous montrer que je peux ne pas le faire.

L'Evoila fut un grand état. Vous avez su donner aux Cendres Célestes une grandeur. Je me doit de le reconnaitre . Mais il y a de cela quelques mois, beaucoup se sont rebeller contre les Cendres Célestes et l'ont m'expliqua que ses dirigeants en était la raison. Surtout votre personne. Vous auriez, puisque je n'ai pas été témoin de cela, montrer un certain manque de respect envers d'autres dirigeants et votre façon d'être en aurait agacer beaucoup.

Ce que j'ai pu observer en tant que membre, c'est que vous rasiez des alliés et même des membres de votre alliance. Vous avez voler l'intégralité des ressources amassées par la taxe et les dons faits par chacun d'entre nous. Vous avez même trahis la confiance du peuple du Vaalor en prenant sa tête afin d'effectuer des méfaits. Vous avez même trahit les votre pendant une guerre. Vous avez trahit par les expulsions de membres et par les dénonciation de position de groupe pendant une guerre contre le Nécrolia. Sans vos agissements je me demande si les Cendres Célestes auraient réellement perdu la guerre ou sombrer à ce point. Bien entendu, vous vous êtes rangés aux côtés des ennemis. L'opportunisme est une qualité mais la trahison un pêché. Croyez vous maintenant que je soit si responsable que cela? Cela vous a valut la perte de votre état et vous avez réussi à vous faire intronisé sur le Philou Land.

Bref ne me jugez pas car vous êtes le dernier à pouvoir le faire. Maintenant je m'oriente vers vous, Lidhyle. Je ne sais trop comment prendre votre discours. Il y a beaucoup de vrai dans votre discours. Maintenant sachez le, l'honnêteté est mon crédo je doute de pouvoir en faire autrement. Qu'attendez vous de moi précisément. Vous voulez que je me lance dans une guerre contre les Illuminés? Vous voulez que je soit la bannière de la révolte? Mais Pourquoi? Quel intérêt le peuple céleste en tirera si ce n'est que vous débarrassez des forces actuellement capables de vous menacer. Vous souhaitez peut-être les remplacer? Je ne tiens pas à vous permettre de me trahir. J'en ai suffisamment fait les frais. J'ai perdu ma flotte par les soins de l'Aegir et du Cristallin par confiance en vous. Pourtant, Théran m'a déjà montrer que je pouvais avoir confiance en lui. Surtout Ouzine plus que Théran mais pour moi, les deux dirigeants sont des personnes respectables et honorables. Bref que dois-je faire? je ne le sais pas encore. Mais si vous voulez tout savoir, j'ai du mal à vous imaginer comme étant nos meilleurs alliés.


Earl Fillmore était curieux de voir ce que la dirigeante attendait de lui. Il sentait un piège et en même temps une sincérité dans ses paroles.

Auteur : Narkia
03/10/07 19h03 | 6 Galan 3726

Le sourire se raviva, illuminant encore plus cette salle ou orgueil, provocation, fierté et pourtant douleur et tristesse se mêlaient. Lorsqu'elle entendit Fillmore, elle rigola devant son incompréhension. Tout venait de basculer... Elle ignora JP, ce n'était guère ses affaires, pourtant le bonhomme s'emportait largement, et dans le théatre de la Corporation elle écouta également le clown qui faisait sa foire devant le public preneur. Mais il n'était qu'amusement, et le plaisir passait.

"Vous trahir... Effectivement, nous l'avons entendu maintes et maintes fois... Trahir. J'aime. Il sonne dans ma bouche comme une sucette à la cerise. Douce déclicate, elle fond et déposé sur mes dents blanches et polies. J'apprécie et déguste lorsque je peux le prononcer. Il furtif, temporaire, mais le plaisir n'en est que plus harmonieux.

Nous vous trahir ?

Pour trahir il faut être ami, Fillmore... Et, je ne sais pas si en plus d'être aveugle vous devenez sourds, mais nous ne sommes pas ami. Je n'ai employé que le respect envers vous, et il restera aussi loin que possible de toute ceci. Non, nous n'avons plus à dépendre de vous, ni de n'importe qui d'ailleurs. Nous sommes seuls mais indépendants. Pourtant, nous sommes forts, hum ? Puisque déjà vous vous glissez dans les plis de nos larges robes... Vous ne me manipulerais pas aujourd'hui. Je suis trop... éveillée pour cela."


Elle avala facilement et quitta son teint teigneuse. Lunatiquement belle, elle changea et aorbora un teint plus fin, plus féminin. On retrouvait l'ydille que tous voyaient en elle il y a peu. Ses cheveux recouvraient une partie de son visage et tombait sur son decolleté, largement ouvert. Pourtant elle restait elle-même sans avoir à provoquer qui que se soit de ses attributs de femme. En fait, elle retrouvait simplement son moi intérieur, une harmonisation parfaite entre sens et ressentis, âme et corps...

"J'attendais, Fillmore... j'attendais. Aujourd'hui je n'attends plus rien de vous. Et vous allez devoir apprendre à ne plus attendre quoi que se soit de nous, car même le respect sera difficile à tenir après cette multitude de bourdes.

Oui, vous aviez un intêret à tenir l'immense bannière de cette révolte dont vous parlez si bien. La crédibilité, Fillmore... la crédibilité. Tant de gestes, tant de paroles, tant d'actions pour quoi ? Pour rien. Pour annoncer la chute définitive des Cendres Celestes. Aujourd'hui vous n'inspirez plus rien à personne.

Vous êtes morts.

Vous avez vécu votre temps. Il va falloir tourner cette page de votre histoire et vous tourner à des projets plus ambitieux et plus glorieux. Car ces mots ne vont plus en accords avec votre alliance. Vous avez une nouvelle fois louper ce coche. Partez, et refaites votre vie.

Sinon vous serez tels les seigneurs maudits après la défaite. Vous allez errer pendant cinq mois. Partez de ces lieux qui n'ont de celeste que le nom.

Pour elles, c'est la fin. Partez avant qu'elles vous emportent avec elles dans les errances du Voile infini.

Auteur : Noa izumi
03/10/07 20h25 | 6 Galan 3726

Une jeune femme était assise discrètement dans la salle, tel était son habitude, et écoutait vociférer des insultes, des bonnes paroles, de la sagesse mais aussi des propos inutiles. Elle était las de devoir entendre toujours la même chose et que rien n’avançait. Elle les entendait mais sans les écouter vraiment, leurs paroles étaient devenu flou et sourd à ses oreilles et cela la fatiguait de jour en jour où elle assistait à ces assemblés. Elle écouta cependant Narkia est ne fut guère enchantée d’écouter ce qu’elle disait part rapport aux Cendres Célestes. Ne pouvant plus se taire à de telles paroles de la limite du mépris, elle se leva, respira un bon coup pour parler posément et réfléchis tout en essayant de ne pas faire surgire avant tous ses émotions.

« Avant toute chose je me présente, je suis Noa Izumi dirigeante de l'Etat Fantasia. Je voudrai vous signaler que les Cendres Célestes ne sont pas mort, ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Après la guerre contre le grand Nécrolia, nous étions là, après la guerre contre les nobles Sombre Croisade nous étions toujours là, après l’attaque fourbe ou maligne, c’est à vous de choisir, du groupe Philou Land envers la flotte de Showland nous sommes toujours là. Non ma chère, les Cendres Célestes ne sont pas morts, affaiblies, cassés par les multes trahisons, désordonnés par l’absence néanmoins justifié de ces chefs certes mais pas battus ou disparus. Nous sommes toujours là et nous nous battrons jusqu’à la mort dans la loyauté de notre nom et non de la trahison. »

Voyant qu’elle avait réussi à obtenir l’intéressement de l’assemblé, elle continua son discours.


« Depuis quelque temps j’ai essayé de suivre les discussions incessantes de beaucoup de chefs d’Etat et j’ai l’impression de me retrouver devant une platine de vinyle où le disque à été rayé. Des histoires passées de plusieurs mois et pourtant nous n’avançons pas à croire que rester dans les problèmes plutôt que les résoudre nous plais. Et bien moi cela ne me plais guère, je cherche, je recherche la solution pour que c’est vieille rancœurs disparaissent et que l’honneur et le respect renaît dans cette galaxie. Est ce trop demandé ? »

Des murmures d’interrogation se fit entendre dans la salle.


« Ce que je remarque c’est que certains chefs ont plutôt le talent de diriger lors de grandes batailles plutôt que de faire de la politique. Des rancœurs personnelles viennent empiéter sur le domaine d’un groupe, gâchant ainsi la valeur de cet assemblé. Je ne vous parle pas pour faire la morale ou autre propagande, je vous parle en tant que Chef d’Etat où son peuple est las de se voire déchirer des dirigeants aux mépris de leur propre compatriote. Je suis pour que les événements s’arrangent et non qu’elles empirent est-ce utopique de ma part ? Je ne le sais guère car c’est un changement collectif et non personnel. Les Cendres Célestes ont encore un avenir et c’est à nous seul, membre du comité Céleste, de le choisir s’il doit se hausser dans la lumière ou disparaître dans la pénombre. »

Puis elle se tourna vers le dirigeant de Philou Land.


« Mon cher ami car oui vous êtes encore un ami pour moi, j’ai été l’une des premières à regretter votre renvoi au sain des Célestes et la première à ne pas vous juger et je ne vous cacherai pas que j’ai été fortement blessé par votre attaque, à croire que vous aviez oublié que vous aviez encore des amis chez les Célestes. Et pourtant après méditation et philosophie je vous considère encore comme un ami suis-je dans l’absolu duperie que ce sentiment ne soit pas partager ? Où voulez-vous notre mort à tous pour des faits lointains et révolus ? Si c’est le cas malheureusement la mort d’un entre-nous deux sera notre seul destin. »

On pouvait apercevoir la tristesse que ses propres paroles pouvaient lui donner, son cœur prenait toujours le dessus sur ces agissements tel qu’elles sont, parfois cela pouvait être une qualité et parfois un défaut mais avait toujours l’honnêteté de rester elle-même et de garder ses convictions personnelles pour ne se perdre définitivement.

« Mesdames et Messieurs les dirigeants je vous remercie de m’avoir écouter, nous voulons la paix rien de plus. »


Puis se rassois.

Auteur : Narkia
04/10/07 17h35 | 7 Galan 3726

A l'air frais. Il venait revigorer cette ambiance lourde et pesante. Enfin un appui également. Fillmore n'était plus seul, maintenant. Noa Izumi, le Fantasia. Déjà, les informations se dissolvaient dans son esprit. Fantasia, petite mais généreuse bourgade d'Aquablue. Son poids ? Infime. Pourtant elle était là devant elle et osait parler comme un enfant pourrait parler tranquillement à ses parents.

"La mort n'est pas cantonné dans les seules faits du corps. Effectivement, lorsque votre coeur ne bat plus, vous sentez vos veines et vos artères s'immobiliser, vos poumons ne se gonflent plus, et restent éternellement dans cette position de fin... Je me fiche de cette mort là. Elle n'apporte rien. Et même si vous, Fillmore et vos alliance respirez encore, pour moi, et pour beaucoup vous êtes morts. Je l'ai déjà dit, mais votre crédibilité n'est plus. Vous êtes gelés... pour quoi ? Pour rien. Voila. Personne ne veux de vous tels que vous êtes aujourd'hui. Et même si votre décryogénisation se passe correctement vous retrouverez le monde à l'égale de celui que vous aurez quitté, sauf que vous ne valerez plus rien. PLus que la fatigue, le désespoir, vous n'êtes plus aimé que par vous-même, en cela, vous allez mourir, vous, les Cendres.

Et si vous voulez mourire dignement, arrétez vos bonniment de valeurs propres et pures. Le respect est avant-tout se respecter soit-même et respecter les autres. Je ne respecte que ceux qui me respecte également, je ne vois pas pourquoi réciprocité il n'y aurai pas. Je ne parle individuellement, mais votre groupe m'a insulté. Pourtant je vous parle là, alors que je pourrais vous trancher la gorge... Mais je n'ai pas oublie, je n'oublie jamais.


Et puisque vous ne voulez pas donner de noms, je me défendrais sans que l'on m'assome. Les personnes qui croient que la politique est au dessus sont ceux qui n'ont aucune puissance physique. L'excuse n'est pas bonne. La diplomatie est une arme soite, mais elle n'est pas tout. Mais peut-être est-ce votre seule raison de vivre encore..."


Déja le débat s'atténuait. Seuls des règlements de compte se dessinaient dans la petite salle chaude. A quand, les bonnes personnes aux bonnes places...

Auteur : Noa izumi
04/10/07 18h56 | 7 Galan 3726

Les paroles de Lidhyle Nalashadd firent sourire Noa, comment pouvait-on être aussi égocentrique et croire que sa parole est divine ? Serait-ce le seul talent des ténébreux Armées Pourpres ? Ceci ne l’impressionnait guère, elle n’était pas novice en tant que dirigeante et non plus en tant que gouvernante de guerre. Noa se leva pour répondre à son interlocutrice un peu trop sur de ses paroles pour qu’elle y croit elle-même.

« Décidément je vous trouve bien sûre de vous. Vous nous croyez morts en déformant notre nom, qu’elle forme irrespectueuse de votre part. Vous osez parler de respecter les gens qui vous respectent mais je n’ai guère le souvenir de vous avoir manqué de respect, je vous trouve bien hypocrite. »

Des objections se firent entendre dans la pièce. Noa avait envers son interlocutrice un ton ferme mais polis. Même envers ses ennemis Noa avait toujours le formule de politesse et surtout ne prenait jamais de haut la personne qu’elle avait en face, elle laissait cela à ceux et à celles qui manquaient d’assurance.


« Mais soit, vous nous croyez mort après tout ce n’est que votre avis, un avis donné par un être humain et non divin qui signifie qu’elle n’est pas absolue comme vous voulez vous persuader par je ne sais quelle raison. Les choses vont changer du coté des Célestes et elles changeront positivement que cela vous plaise ou non. Oh oui pour finir je voudrais vous dire que les paroles sont beaucoup plus féroces que les actes après tout une blessure physique se guéris après quelque temps qu’une blessure par les mots restent beaucoup plus longtemps et parfois ne disparaissent jamais. »

Elle la défie d’un dernier regard et se rassoie attendant une réponse moins hautaine cette fois ci par Lidhyle Nalashadd.

Auteur : endymion
04/10/07 19h07 | 7 Galan 3726

Endymion écoutait paisiblement les vociférations quelconques des membres Célestes. Aucun d'entre eux tous n'était capable de comprendre une prise de position autre que la leur. Pourtant, rien de bien difficile. Juste quelques rêves que nous voulions voir accepter. Cependant, une jeune femme c'était levée, avait discouru et puis son ami était intervenu, il avait répondu, fier et droit comme à son habitude, un discours sans ampoule inutile, sans poèterie au dessus du luth, un rien de ménestrel qui agitait certains cerveaux plus que d'autres, enfin rien de complexe, la pensée la plus pure, la réponse la plus honnête énonçait comme telle et ce qu'elle est, refusée par la substance, elle ne vit pas d'elle même cette pensée, elle vit grâce à ceux qui veulent bien encore la porter haut dans leur coeur et leur esprit.

Endymion se leva pour prendre une nouvelle fois la parole:

Stoppez tous vos questionnements, il n'est plus temps de se demander si agir est mieux que parler ou le contraire, il est bel et bien temps de regarder l'autre en face et de marcher sur l'herbe de la vie, s'engouffrer dans des printemps des sens plus virulents que les vents Deserticain.

Noa Izumi, vous, dirigeante du Fantasia, vous qui connaissait tout autant que nous les règles de la vie galacticaine, vous qui vivez dans les mêmes conditions que nous, la peur, l'horreur, l'anxiété, la souffrance. Vous qui connaissez tout comme nous les afres d'une vie de sang et de chair, vous qui avez choisi le commerce plus que les armes...comprenez que, nous, dirigeants d'autres états, souhaitons avant tout préserver nos terres de la destruction et des méandres de la force brute et irréfléchie. C'est pourquoi nous préférons anéantir avant que d'être anéantis. Mettez vous à notre place: Chaque jour, nous vivons l'implacable menace de la destruction, bien plus encore que vous, nous avons vécût des heures bien plus sombres que le plus noir de vos désespoirs. Nous avons perdu toute humanité dans un désir sournois de vengeance, nous avons vengé. Aujourd'hui, nous avons tourné un page de notre peu glorieuse histoire, nous avons reconnu nos défaites et privilégié l'apprentissage des règles les plus avancées de la guerre plutôt que de s'enfermer dans un mutisme sournois et pernicieux, nous avons choisi la guerre pour préserver la paix. Vous avez choisi le commerce, honneur à vous, honneur à ceux qui sont commerçants mais si nous voulons commercer, il nous faut protéger nos champs, si nous voulons vivre de ce commerce, il nous profiter des champs des autres et si nous voulons préserver tout ca, il nous faut une force dissuasive, plus que dissuasive, considérablement supérieur aux autres. Ce n'est pas un désir que de tuer, c'est soit une pulsion, soit un besoin, un besoin oui. Besoin relevant de notre propre survie. Depuis des temps immémoriaux, les humains tuent, ils tuent pour manger, ils tuent pour dominer ou ils tuent simplement pour ne pas être tué. La loi de l'univers est semblable en tout point aux lois de la nature: Manges ou soit mangé. Je ne désire pas être mangé, alors je suis obligé de manger.

Je saurai, de plus, me permettre de vous rappeler la destruction de la flotte de l'Empire Platin par le Showland. Tout ca en réponse à de simples pillages. Il me semble pourtant que c'est cela que vous nous reprochez, c'est à dire d'user de nos flottes pour détruire ou tout du moins éloigner d'éventuels pilleurs qui, sans foi ni loi, viendraient trouver nos silos et nos entrepôts plus rapidement que nous même ne le ferions. Nous faisons construire de plus en plus de vaisseaux, nous les armons de plus en plus lourdement et nous recrutons de plus en plus de soldats pour la même raison que le Showland possédait cette flotte.


Endymion but une gorgée de l'eau qu'il avait apporté. Son visage reprit des couleurs rapidement. Il retourna s'assoir, sa démarche était pesante parce qu'il commencait à être fatigué, il ne dormait plus depuis quelques jours. Trop de stress, trop de prise de parole qu'il n'aurait pas souhaité.

Auteur : Noa izumi
04/10/07 21h02 | 7 Galan 3726

Noa fut surprise, elle ne s’attendait pas à la participation du seigneur Endymion mais soit la parole était libre dans la salle. Elle se leva donc pour répondre au discourt de son nouvel interlocuteur.

« Seigneur Endymion, la sagesse de vos paroles vous honore. J’ai effectivement fais le choix d’agir dans le commerce plus que dans la guerre ou dans le pillage, ayant une politique personnel pacifique. Le choix de la sélection naturelle, je suis certes d’accord mais attention à ne pas confondre l’ennemi martyr qu’un réel ennemi. J’ai l’impression que vous voulez donner bonne conscience en me donnant vos versions des faits mais vous le saviez parfaitement que les Célestes étaient dans une période difficile et ne voulaient causer de tort à personne. Votre ex partenaire le seigneur Kossnei à lui-même violé un PNA instauré et a du subir lui-même son acte irréfléchi et non comme vous dite les conséquences d’un pillage, ne tombons pas dans la mauvaise fois s’il vous plait vous êtes bien au-dessus de cela. Mais je suis, toute fois, rassurée de savoir vos réelles intentions et de devoir redoubler de méfiance envers votre Alliance. Qui préfère manger qu’être manger si je puis utiliser vos propres thermes ? »

Elle lui souria.

« Après tout, ne sommes-nous pas des ennemis ? Nous sommes destinés à se confronter un jour ou l’autre alors pourquoi perdre notre temps à se justifier l’un envers l’autre ? Et pourtant je suis plus de ses gens qui choisissent de vivre pour la communauté plutôt que de vivre au détriment de la communauté. Ce qui nous différencient tous n’est-ce pas ? Mais lorsque nous y réfléchissons la différence n’est-elle pas cette chose que nous avons tous en commun ? Je demande à avancer et non à reculer dans les histoires passées et révolues.»

Tout en inclinant la tête par respect elle finit par.

« Je vous remercie de m’avoir écouter et de m’avoir fait parvenir votre point de vu Seigneur Endymion. »


Puis se rassoie toujours aussi calme qu'elle y était depuis le début de sa participation.

Auteur : endymion
04/10/07 21h40 | 7 Galan 3726

Endymion s'était à peine assit que déjà Noa Izumi prenait la parole. Il y avait trop peu de personne qui prenait la parole au siège aujourd'hui. Il était content d'avoir trouver un adversaire rhéteur.

Endymion se permit d'intervenir de sa chaire:


Vous m'excuserez de répondre d'ici à vos accusations mais je préfère vous éviter un allez retour inutile.

Je voudrai répondre à vos accusations s'il en est. En effet, l'Empire Platin a pillé en violant un PNA, en effet oui. Mais si l'on retrace les évènements, non seulement il n'y avait rien d'officiel, seulement un pourparler, à mon initiative d'ailleurs, pourparler qui aboutissait à un PNA si le vote des Aurors était positif. La destruction de sa flotte s'est déroulée AVANT cette décision. C'est pourquoi je ne suis pas de mauvaise foi. Vous savez, en tant que pilier fondateur d'une alliance, les responsabilités sont telles qu'il ne suffit pas d'être de mauvaise foi pour gagner une guerre rhétorique ou militaire.

Vos intentions sont louables, ce que j'ai déjà dit d'ailleurs. Vouloir le pacifisme est une chose intéressante mais totalement hors de la réalité. Aujourd'hui, il n'y a plus de paix. Les quelques périodes plus calmes servent à reconstruire de quoi recommencer une autre guerre. La paix est la pire chose qui soit. Les peuples espèrent en vain que leur avenir est assuré, glorieux, prospère mais c'est une erreur, rien n'est paisible dans l'univers, c'est dans sa nature même que d'être instable. C'est une friction d'atome que l'univers, une instabilité tel que l'arme nucléaire existe depuis des millénaires. Rien n'est plus instable que la paix. Vivre dans la guerre est la seule possibilité pour garder la stabilité. Nous n'avons pas d'intention hostile pour autant. Mon alliance, notre l'alliance, l'Armée Pourpre, ne souhaite d'autre que la prospérité et pour ca, nous devons être prêt à rendre d'autres personnes moins prospère. Toutes élévations se fait au dépend des autres. Aujourd'hui, c'est à votre dépend, demain surement au notre.


S'il avait suffit qu'Endymion s'adresse ainsi pour que l'assemblée partent dans des réflections lointaines, lui n'attendait que ce qu'allait répondre cette Izumi qui venait de débarquer d'un coin peu connu de l'univers. Il était accaparé par ca. Cela faisait longtemps que son répondant n'avait pas été mit à l'épreuve.

Auteur : endymion
04/10/07 21h40 | 7 Galan 3726

Endymion s'était à peine assit que déjà Noa Izumi prenait la parole. Il y avait trop peu de personne qui prenait la parole au siège aujourd'hui. Il était content d'avoir trouver un adversaire rhéteur.

Endymion se permit d'intervenir de sa chaire:


Vous m'excuserez de répondre d'ici à vos accusations mais je préfère vous éviter un allez retour inutile.

Je voudrai répondre à vos accusations s'il en est. En effet, l'Empire Platin a pillé en violant un PNA, en effet oui. Mais si l'on retrace les évènements, non seulement il n'y avait rien d'officiel, seulement un pourparler, à mon initiative d'ailleurs, pourparler qui aboutissait à un PNA si le vote des Aurors était positif. La destruction de sa flotte s'est déroulée AVANT cette décision. C'est pourquoi je ne suis pas de mauvaise foi. Vous savez, en tant que pilier fondateur d'une alliance, les responsabilités sont telles qu'il ne suffit pas d'être de mauvaise foi pour gagner une guerre rhétorique ou militaire.

Vos intentions sont louables, ce que j'ai déjà dit d'ailleurs. Vouloir le pacifisme est une chose intéressante mais totalement hors de la réalité. Aujourd'hui, il n'y a plus de paix. Les quelques périodes plus calmes servent à reconstruire de quoi recommencer une autre guerre. La paix est la pire chose qui soit. Les peuples espèrent en vain que leur avenir est assuré, glorieux, prospère mais c'est une erreur, rien n'est paisible dans l'univers, c'est dans sa nature même que d'être instable. C'est une friction d'atome que l'univers, une instabilité tel que l'arme nucléaire existe depuis des millénaires. Rien n'est plus instable que la paix. Vivre dans la guerre est la seule possibilité pour garder la stabilité. Nous n'avons pas d'intention hostile pour autant. Mon alliance, notre l'alliance, l'Armée Pourpre, ne souhaite d'autre que la prospérité et pour ca, nous devons être prêt à rendre d'autres personnes moins prospère. Toutes élévations se fait au dépend des autres. Aujourd'hui, c'est à votre dépend, demain surement au notre.


S'il avait suffit qu'Endymion s'adresse ainsi pour que l'assemblée partent dans des réflections lointaines, lui n'attendait que ce qu'allait répondre cette Izumi qui venait de débarquer d'un coin peu connu de l'univers. Il était accaparé par ca. Cela faisait longtemps que son répondant n'avait pas été mit à l'épreuve.

Auteur : Noa izumi
04/10/07 22h31 | 7 Galan 3726

Décidément la discussion ne venait que des plus intéressante et agréable étant donné que le respect été réciproque. Et cela lui plaisait, elle aimait les défis et surtout les échanges argumentatif. De plus le challenge était plus élevé pour elle étant donné qu’elle n’était pas très connue, depuis toujours elle était restée dans l’ombre du sénat parfois ne venait tout simplement pas aux assemblées mettant en avant son peuple. Elle se leva et toujours avec calme et sympathie, elle prit la parole.

« Seigneur Endymion je n’étais pas en train de vous accuser mais émettre des faits passés mais en même temps si le seigneur Kossnei était en droit d’attaquer pourquoi à t’il était congédié ? Mais comme je l’ai dis ceci est le passé et la réponse à ma question précédente est donc sans importance. Où je vous arrête seigneur Endymion est le fait que vous comparer la race humaine à de vulgaires barbares ? Ne sachant que faire la guerre plutôt que la paix ? Parfois il est de mise de protéger une paix injuste plutôt qu’une guerre juste. Vous dite que cela est impossible ? Je suis bien triste de l’entendre, les guerres sont inévitables et nous sommes voués à nous entre-tuer ? Pourquoi ? Pour quel bute ? Le pouvoir ? L’argent ? La liberté ? Qu’est ce que le pouvoir sans personne à qui l’exercer, qu’est ce que l’argent sans personne envers qui l’échanger et qu’est-ce que la liberté après tant de perte humaine pour la gagner ?

Vous dite que c’est inévitable et vous la comparez aux enchaînements hasardeux de l’univers mais la différence c’est que l’univers est ériger par des successions d’accident non calculé, par de la chance et par le contact. Mais nos destinés ne sont pas hasardeuses et ne sont pas accidentel. C’est un choix personnel, un effort collectif et non une fatalité d’auto destruction. Je veux aussi la prospérité pour mon Alliance mais ma manière sera différente car je ne jouerai pas avec la vie de mes concitoyens pour cette prospérité si cher à payer en vie humaine à vous entendre. »


L’écoute était maintenant devenue collective, chaque dirigeant écoutait silencieusement l’échange des deux dirigeants. Cela augmentait la pression que la jeune femme ressentait déjà depuis le début de sa prise de parole. Elle ne devait pas faire perdre la face à son Alliance et en même temps gagné le respect des habitués de l’assemblé. Elle n’était pas connue et elle le savait bien et c’est pourquoi elle devait convaincre par ses discours qu’elle méritait, elle aussi l’entente et le respect.

Auteur : endymion
04/10/07 23h10 | 7 Galan 3726

Endymion rigolait dans l'ombre. Il était placé, comme à son habitude, tout au fond de la salle, là où personne ne pouvait le voir s'il ne savait pas qu'il était là. Quelques dirigeants, diplomates ou délégués de la diplomatie étaient tout de même dans les environs directes du Régent. Son visage bonhomme et ses habits de cérémonies étaient tous du plus bel effet, pourtant, quelque chose empêcher les autres de le considérer autrement qu'avec respect. C'est peut-être parce qu'il le savait un homme important dans la configuration actuelle. Malgré tout, il n'avait pas souhaité cette peur farouche qui accompagnait ses faits et gestes. Lui ne voulait que connaitre mieux les autres, les voir s'activer autour de lui, sans forcement s'en soucier. Il savait bien que le passé est le passé mais les souvenirs ne s'éloignent jamais assez pour totalement disparaitre.

De l'autre côté, Noa Izumi, une ravissante jeune femme, pleine de coeur et de dévotion pour une cause qu'elle croyait juste. Il fut prit d'une certaine pitié, non pas celle qui pourrait être mal prise, plutôt une sorte d'empathie. Endymion aussi avait connu cette période de sa vie où la guerre le rebutait mais il n'avait jamais pu rester sous le Diktat d'un autre que lui même. C'était son tempérament de philosophe qui l'empêcher d'être ainsi. Il connaissait trop bien les rouages de l'esprit et des actes de conscience qu'il ne pouvait pas être prisonnier des fers de l'injustice.


Excusez mon audace jeune demoiselle, ou bien madame je ne sais pas, mais que voulez vous, je suis fait ainsi, je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse préférer la paix tyrannique à la guerre libertaire. Si nous avions tous eu le même état d'esprit lorsque Warren Shadowsong, que vous n'avez peut-être pas connu, avait tenté d'accomplir la prophétie, votre commerce n'aurait jamais vu le jour. C'est parce que certains se battent pour la paix que d'autres peuvent aujourd'hui se permettre de vendre leur production aux premiers. La guerre est un facteur de l'économie à ne pas négliger. Sachez que sans ce que vous répudiez, la paix n'existerait pas en temps que notion et votre commerce serait loin d'être florissant. Si chacun d'entre nous commerçait, nous nous retrouverions avec un dilemme des plus grands: Avoir des ressources? pourquoi faire?

Personnellement, je ne vois aucune utilité à les entreposer inutilement, elles qui coulent pourtant tous les jours de mes mines et exploitations, dans les soutes de mes cargos ou même encore dans mes bunkers sous terrain. Si je me permet d'en entreposer c'est dans le but d'en faire usage dans les plus bref délais. Je n'amasse que quand je suis sur de récolter suffisamment dans un but que je me suis fixé, ce but là n'a que deux directions, c'est un plan simple, à droite ou à gauche, comme dans la réalité, parce que le principe est là, soit je vais à droite et je reconstruis mon état, soit je vais à gauche et je poursuis l'élaboration de ma flotte qui est le plus souvent en partie détruite suite aux combats menés.

Il est facile sans nul doute de rester dans un scepticisme certain, clamant haut et fort que la violence n'est pas légitime mais moi je crois le contraire. C'est bel et bien la violence qui régit ce monde aujourd'hui, non seulement parce que c'est elle qui fait varier la bourse intergalactique mais c'est aussi elle qui permet d'entrevoir un soupçon de paix future. La guerre c'est l'espoir. Il n'est pas question de domination, de pouvoir ou d'argent, il est simplement question de survie. Heureusement, beaucoup d'entre nous ont cette même vision des choses: La guerre est nécessaire pour la survie de l'espèce humaine. Ce n'est pas de la barbarie, seulement de l'animalité.

Et puis, je me permet de vous citer, j'ai relevé une chose dans votre discours, chose intéressante par ailleurs mais aussi très fausse:

"qu’est-ce que la liberté après tant de perte humaine pour la gagner"

Combien d'Hommes sont morts pour que vous puissiez commercer? Combien d'Hommes sont morts pour que vos idéaux subsistent? Il est clair que la liberté est fratricide mais c'est ce meurtre de son frère qui fait des milliers d'autres personnes heureuses. Et oui, le terrible choix, l'irréductible: Que choisir? La survie de cent ou le bonheur de mille?


Endymion quitta son apparente fermeté pour revenir à un ton plus gai et réjouis, son discours prenait fin, sa résistance au sommeil aussi.

Vous savez, tout à un prix. Vous qui êtes commerçante, vous devriez en être conscient. Ce prix est proportionnel au bien que l'on en retire. Mais que vaut la liberté? La prospérité? Ces deux concepts valent bien plus que tous les hommes voguant dans le vaste univers qui nous accable. Alors si je peux permettre ne serait ce qu'un millième du bonheur de dix, je n'hésiterai pas à en sacrifier cinq. Je ne crois pas au destin. Toutes nos actions sont certes déterminées par nos réactions, elles même déterminées par notre environnement mais ce n'est pas du destin. Nous pouvons à tout moment changer le cours d'une bataille par un ordre irrationnel, changer l'histoire par une décision murement réfléchie bref, rien ne vaut le hasard pour faire notre vie. Encore que ce je dis ne va nullement dans le sens de ma pensée. Le hasard n'existe pas vraiment. Même le hasard est déterminé, tout à une cause et une conséquence. Le hasard étant conséquence, il ne peut être le début de la chaine. C'est justement ça la fatalité, ce que vous avez choisi de nommer "destin". Nous sommes tenu de nous battre car nous serons toujours agressés à un moment où à un autre. L'Homme est un loup pour l'Homme. Pourtant nous sommes sociables, sociables dans le sens où nous vivons en société. Cette société étant elle même vouée à s'effondrer, je ne vois pas pourquoi nous Humain, ne devrions pas nous effondrer avec elle? Chaque chute est un recommencement et chaque recommencement est une nouvelle chance.

Il tira légèrement ses cheveux vers l'arrière, se rassit et bu encore une bonne rasade de cette eau fraiche. Combien de temps tiendrait il encore? Dans la vie, et il le constatait chaque jour, les guerres sont omniprésentes, aujourd'hui, pas d'armes, pas de sang, la guerre qu'il mène c'est contre son corps. Se faire violence, c'est ca le secret d'un vie paisible.

Auteur : Noa izumi
05/10/07 00h16 | 7 Galan 3726

Elle l’écoutait silencieuse et attentive, un discoure net et sans bavure mais qui pourtant ne partageait pas l’ensemble de ses idées. Elle se leva et resta toujours dans ses convictions que certain pourrai trouver pathétique et d’autres courageux. Mais elle était ainsi, étant un ancien médecin son devoir était de guérir et non de tuer.

« Ho que je suis bien consciente que des vies ont été gâchées pour avoir le privilège d’acquérir certain droit et je le respect. Mais ne me prenait pas pour ce que je ne suis pas, je fais certes du commerce mais je n’ai pas vendu mon âme au diable pour autant. Sachiez que ci cela était le cas je ne me plaindrai pas de la guerre étant donnée que c’est une période propice au commerce du carburant, devrai-je pour autant me taire ? Je ne le crois pas. Vous pensez peut être que je suis perdu dans des rêves utopiques et que je suis folle de vouloir ne serai-ce le murmurer ? J’ai connu des guerres et j’ai connu beaucoup de défaites à mon plus grand regret et pourtant je ne complairai pas dans la fatalité que la guerre et la destruction est notre seul avenir.

Vous me donnez des exemples de nos ancêtres qui ont connu la fin et la destruction et moi je vous dis arrêtons de faire en sorte de prendre le même chemin parce qu’on nous dit, par l’histoire du passer, que c’est inévitable. Bien sur que non ça ne l’est pas, il nous faut juste faire des efforts pour que la roue tourne et que notre destin change au lieu de connaître le même sort que nos sociétés passées. Ce serai baisser les bras et donc que la vie n’aurait pas le mérite d’exister. Et pourtant nous sommes tous là confinés dans cette salle à parler de la mort plutôt que de la vie. La guerre et le sacrifice sont le cadeau de mon droit de commerce ? Alors je n’hésiterai pas à délaisser mon commerce pour ne vivre que des ressources de mon Etat si cela pouvait apporter l’espoir de la paix. »


Elle remit une des ces mèches derrières les oreilles pour que celle-ci ne la gène plus dans son champ de vision.

« Je pense que vous l’aviez remarqué vous aussi, nous allons tous deux vers une impasse idéologique, nous savons que chacun restera sur ces positions et n’en démentirait pas. Sachiez qu’il y a de forte chance que je représente la voix des Cendres Célestes dans un avenir proche et de façon officielle. Je vous remercie »

Et sourie tout en inclinant légèrement la tête en direction l’élégant Endymion.

Auteur : Kétanolan
05/10/07 11h08 | 8 Galan 3726

Earl Fillmore observait les tirades s'enchainer les unes après les autres. Il voyait que sa collègue destabilisait assez bien son adversaire sans pour autant prendre le dessus. Mais il notait malgré tout une erreur que chacun faisait. Il lui fallait la rectifier.

Noa, Endymion. Vous êtes tous les deux dans l'erreur sur une affaire je crois. Je vous rapelle les faits.
L'Armée Pourpre a rompu une Alliance et cela à entrainer de nombreux pillages de la part de votre alliance endymion. Votre état était dans les pilleurs. Lorsqu'un dirigeant a voulu et en a fait de même, le seigneur kossnei l'a partiellement rasé. Pour calmer la guerre froide qui brûlait, j'ai signer un PNA de sept jours avec hestios, seigneur de l'Aegir. Dès la fin de ce PNA, les forces Platines se sont empresser de piller un nombre impressionnant d'état. Dans les accords signés avec le seigneur Hestios, les pilages devaient être limités mais les flottes n'étaient pas concernées par les accords et nous l'avions d'ailleur bien spécifier. C'était le souhait de l'Armée Pourpre auquel j'ai répondu favorablement. Les flottes de l'Empire Platin se sont trouvées en situation de devenir nuisible envers mes frères Célestes. La seule façon de stopper ses attaques étaient de neutraliser la flotte de Kossnei. Platin a été le seul suite à cela à amplifier ses raids défiant les limites posées.

En aucun cas donc, Kossnei n'a violer un PNA et en aucun cas la destruction de sa flotte était illégitime. Depuis que sa flotte et d'autres furent neutralisée, les raids sur les Cendres Célestes sont devenus minimes. Mais observons son historique. Bizarrement les membres de mon alliance n'ont pas abusés de la situation au contraire. Alors je pense que la perte de la flotte de showland et celle de kossnei n'a rien à voir.

De plus je trouve surprenant que vous réagissiez alors que vous avez respectés votre paroles vous les Aurors. Vous n'avez pas détruit cette flotte et cela car vous étiez en pour parler et en vote pour une alliance.
Je pense que nous devrions vous remercier d'avoir tenu votre promesse. Même si vous conspiriez ouvertement pour qu'elle soit détruite.

Je pense que ce débat devient plus inutile dans sa tournure actuelle. Les Aurors sont ceux qui montrent le plus de volonté à faire de cette galaxie un endroit ou chacun pourrait s'exprimer.

Mais les Illuminés ne sont pas enclin à montrer quelque volonté. Une décision devra être prise très bientôt entre chaque dirigeant. Ces traitres nous ont montré leur vraie nature. Cela ne me dit rien qui vaille. Je plains juste les Armées Pourpres, les Chevalier de Lumière ou encore les Sombres Croisades qui lorsque nous ne seront plus là, n'auront d'autres choix que de s'incliner plus bas que nous ayons du le faire. Car les Illuminés conspirent contre vous. Avant que je ne fasse quoi que ce soit, vous étiez leur cibles premières avant que nous ne soyons en tête de liste. Possible que l'ordre ne change que peu. Atlantica en tête suivi de vous et enfin de mon Alliance. Il est néanmoins clair qu'aujourd'hui, l'ennemi s'est révélé. L'absence du Cosa Nostra leur sera t-elle fatale?


Earl se retire dans un coin où Kétanolan se cachait depuis le début du débat. Il observait calmement tout ce qui se passait. Il avait bien compris que son absence n'avait que repousser l'inévitable.

Auteur : Narkia
05/10/07 16h15 | 8 Galan 3726

L'affront était là. Entre les deux femmes, tout s'opposait, sûrement, alors qu'elle n'avait rien à condamner dans ce débat. Pourtant la provocation était là et Lidhyle s'amusait tranquillement à y répondre. Elle pourrait tout utiliser, mais ni le regard ni les paroles ne déstabiliseraient la nymphe nécrolienne.

"Non...

Je ne tiens pas être ou devenir hypocrite. Mais peut-être est-ce ainsi que vous ressentez mon argumentation ainsi je conçois que vous soyez ennuyer par mes propos.

Pourtant je ne vous laisserais pas me juger comme vous l'avez fait et comme vous le ferez plus tard, alors que je n'ai pas dit mot il me semble sur vous, mais seulement et uniquement sur votre alliance. Alors sachez qu'après avoir perdu ma flotte contre le Dalashinn et sa clique manaélyptique, après pourtant avoir vaincu l'ennemi et éternel sheptal, après avoir décourager les Ames Damnés et leurs viles conduites je m'engageais en terres Wizards. Je n'étais qu'une gamine, je ne croyais qu'en Théran et en rien d'autre. Je l'ai suivi sans jamais forger ma place, celle qui ferait que l'on pourrait compter sur moi. Bien sûr, on a toujours eu confiance en cette Lidhyle que beaucoup appréciaient. Seulement je n'étais que l'ombre maudite d'entité qui me dépassait. Pourtant je me suis battue durant des semaines pour récupérer cette sixième sphère introuvable, jusque dans les griffes de Waren, alors mis en tombe. Son chateau, ses tourelles, les forêts qui entouraient les plaines du Shadowsong fut l'épreuve la plus lourde que je n'ai jamais accompli. Et pourtant, moi, petite, fébrile, j'ai réussi et j'ai toujours avancé à travers le danger. J'ai du hésiter et douter, pendant plus de deux mois... Seule. Cette méditation je l'en engrengée en mon propre, pour que toujours l'on puisse compter sur ma présence et surtout sur ma force. Je ne suis ni soldat ni commerçante, je suis moi et je ne demande rien d'autre. L'assurance, je l'ai, et ce n'est pas vous, que je vous prenne de haut, ce qui est faux, ou pas, qui me ferait douter aujourd'hui.
Pourtant je n'assure pas ce que je dis. L'erreur est humaine, et je ne suis pas une déesse ou quoi que se soit d'autre qui ressorte de vos lèvres amères. Ne me donnez pas des épithètes que je ne me donne pas moi-même sans quoi vous seriez dans le faux. J'estime, après toutes ces aventures et ces expériences passées, me connaitre mieux que vous vous ne le pourriez durant toute votre vie.

Aussi je ne manque pas de respect ni à vous ni à Fillmore, mais c'est bien aux Cendres que j'envoie cette haine, attenuée."


Elle la regarda. Sans mépris aucun, ni colère. Seulement de la tristesse. Ses paroles l'avait peut-être rabaisser, mais elle disait ce qu'elle pensait, il n'en était pas autrement. Elle représentait l'une des plus grosses entités de la galaxie actuelle, personne ne pouvait lui dire ce qu'elle avait à faire ici, au Siège de la Coporation, témoin de tant de crises et de débats, victimes de la violence des hommes, qui connait toutes les guerres et toutes les armes. Il nous connait, toi moi, tous les autres. Il est notre âme et nous la détruisons pourtant.

"Et malrgé toutes vos victoires oratoires, il y a des choses dont vous ne viendrez pas à démontrer l'avancement. Quels que soient vos mots, vous ne changerez rien. Car il y a une semaine Kétalonan nous insultait. Cela vous ne pourrez nier. Il y a une semaine Kétalonan nous déclarait dans je ne sais quel partie. Il nous insultait en parlant du problème du système. Pourtant, et vous n'aurez rien à dire à cela, nous n'avons rien conclu de violent à son encontre. Il y a une semaine, tout dégringolait, que vous le vouliez ou non. Vous l'avez si bien expliqué Nao.. Certaines paroles ne s'oublient jamais. Et celles-là resteront gravé à tout jamais.

Ma colère fut rude et mes propos violents. Et pourtant je suis là, à parler avec vous alors que je suis sensé vous haïr. Non je ne vous hais pas vous, ce sont les Cendres, ce sont leur indélicatesse et leur manière de manipuler qui me répugne. Et vous me semblez bien concis et intelligement faites pour que je ne vous juge pas vous."


Puis elle se tourna vers Fillmore.

"Je tenais juste à vous remercier. Sans vous cette salle serait morte et vide.

Je tenais également à vous dire Fillmore, que vous n'avez pas encore compris, que vous n'êtes, comme personne ici, pas déteneur de la vérité. Que ce qui se passera dans deux jours une semaine ou trois mois, vous ne le savez pas. Nous nous fichons pas mal de cette coalition, nous qui ne savons pas même si elle existe. Et quand même, arrétez de nous montrer en ennemi de l'Illuminati, vous n'en avez pas le droit. Si vous voulez me prévenir, vous savez où me joindre, mais je ne veux pas qu'en public vous nous emballiez dans un cocon que vous nous imposez et que nous ne voulons pas.
Et surtout ne nous plaignez pas... Surtout, vous risqueriez de le regretter un jour, et vous en perdrais votre langue. Comme si vous ne connaissiez pas l'étendu de nos capacités. Comme si vous ne saviez pas ce que Théran, Thorgrin, Hestios, ou moi sommes capable de faire et de produire. Pourtant nous nous sommes souvent rencontrés. Alors vous devez savoir que nous sommes intelligent pour savoir se débrouiller seul de ce bourbier que vous vous êtes créer et dans lequel vous nous enfoncer, progressivement.

Nous sommes grâce à vous sur une immense pente savonneuse. Merci."


Elle pénétrait dans son regard. Il se désignait comme défenseur de la paix. Mais pourquoi les puissants devraient-ils faire la guerre. Si les Illuminatis ne désiraient que la paix également... Alors dans deux entités pacifistes, sûrement y-en-a-il une de trop. L'armée Pourpre ne connait pas le mot paix, il n'utilise que le terme de repos... Et tout change alors dans nos yeux.

Auteur : Makhno
05/10/07 16h55 | 8 Galan 3726

Le Bakta Makhno suivait ces discussions depuis quelques temps deja. Ce jeune et petit etat né de la volonte de son peuple a echapper aux oppresseurs n'avait certes pas une grande voix mais son Bakta voulait avant tout la paix et le dialogue.Il se tourna vers le seigneur Endymion qui, si ses idees etait a l'opposee de Makhno , avait le merite de poser les bons questionnement quand a l'avenir de notre galaxie

La Paix!Un mot qui detient tellement de mysteres.Pourquoi Seigneur Endymion?Pourquoi vouloir une guerre eternelle pour vous proteger d'etres qui ne recherchent que la paix?Certes les Cendres Celestes ne sont pas des colombes parfois. Mais comme vous, nous recherchons le bonheur de nos peuples et le malheur des autres peuples n'en est pas le corolaire. Ce n'est pas du pacifisme , seulement la recherche d'un equilibre entre protection et ouverture.

La Makhnovtschina est faible militairement et le restera. Notre volonte n'est pas de porter la guerre chez les autres et les visites des illuminatis nous ont portés prejudice , tout comme les attaques des Sombres Croisades alors que jamais la Makhnovtschina ne les avait aggressé.Et toujours Mon alliance m'a aidé contre ceux qui tuaient et pillaient les Makhovtschiniens , et en cela je serais toujours redevable envers Showland pour la destruction de la flotte de Platin.C'est de cette solidarite dont je veut parler et cela tout le monde peut y acceder .Mais par pitie , Seigneur Endymion , ne vous fichez pas de moi , ne dites pas vouloir la guerre preventive si c'est pour deux minutes plus tard defendre de sombres personnages qui pillent un etat qui ne peut et ne veut faire de mal a personne et qui ne sera donc dangereux que pour ceux qui lui seront hostiles. Car jamais nous ne nous attaqueront a des etats dont le seul desir est d'exister.

Nous , Libertaires Makhnovtschiniens , refusons la Guerre car notre hegemonie ne passe pas par la violence aveugle que vous semblez appeler de vos voeux mais toutes aggression injustifiee doit etre repoussee et ce n'est pas la guerre, seulement une lutte emancipatrice. Tant mieux si nos grenier sont pleins et que nos entrepots regorgent de ressources car nous pourront aider ainsi de petits etats a atteindre un "mieux-vivre". La Makhnovtschina n'en est pas encore là mais si ce jour arrive , nos ressources ne serviront pas a la construction d'armée destructrice mais au contraire irons pour le bien commun.

En quoi la guerre , certes reflet de notre animalite , nous permettrat d'evoluer? Chaque guerre nous fait mal. Elles tuent nos ideaux et surtout , et cela s'adresse a tous ceux qui semblent l'oublier , la guerre meurtrie nos peuples! Effectivement Seigneur Endymion la survie de notre espece passe par la guerre , mais que vaut la survie d'un animal par rapport au bonheur de l'humain? Car nous voulons ëtre Humain et cela passe par la paix car a guerroyer nous ne restons que des betes. Mon discours est peut-etre redondant mais je ne veux que marquer l'importance de mon raisonnement. Peu importe les vieilles haines , ne pensez vous pas que c'est de la solidarite entre nos etats que nous vaincrons ces animaux qui ne veulent que detruire pour un bonheur illusoire? Plutot mourir debout que de vivre a genoux. Nous preferons deceder Humain plutot que de vivre de guerres et de pillages sous pretexte que si tel etat n'est pas detruit il nous detruira peut etre un jour


Makhno se retira et esperant que son discours serait perçu non pas comme une leçon mais comme la continuite d'une reflexion d'ou pourrait naitre l'espoir d'apaiser les violences qui ravagent les Etats.

Auteur : endymion
05/10/07 18h29 | 8 Galan 3726

L'homme noir, l'ombre sans teint, le sommeil d'Endymion qui ne souhaitait pas quitté son être le plus profond, cette pulsion de sommeil. Un fil le retenait par quelques centimètres de tissus, pendu au dessus du vide immense d'un sommeil réparateur certes mais surtout mortel pour quiconque s'y engouffre et s'y repose.

Il se leva enfin, suite au discours de Noa, Lidhyle puis un certain Bakta Makhno, nouvelle tête issue d'un état encore pauvre de technologie et d'expérience. Malgré tout son discours était sensé, sans quoi Endymion n'aurait pas même prit peine d'y répondre.

La guerre, un mot, une idée, mieux, un concept. Mais savez vous ce qu'est la guerre? La guerre c'est une entité vivante, certes elle tue, certes elle cause des dégâts traumatiques et physiques irréparables mais elle est aussi source de prospérité, économique d'abord, puis sociale.

Vous semblez dire, Noa, que la guerre n'est pas la seule solution pour notre avenir, ni la seule possibilité, malheureusement vous vous trompez. Non seulement vous êtes dans l'erreur parce que depuis des millénaires, la guerre et la paix, enfin, cette période transitoire entre paix et guerre, cette période de repos, s'enchainent, se déroulent, l'un mettant en condition l'arrivée de l'autre. C'est un cercle infini et parfait. Rien ne le fera déroger à sa propre règle. La guerre est substance.

Vous pensez que nous ne devrions pas commettre les mêmes erreurs que nos ancêtres, que nos prédécesseur, en tout cas, que nous ne devrions pas perpétuer nos erreurs passées. Bien, c'est une bonne chose, je pense de la même manière que vous, là où nous sommes différents c'est dans la définition de ces erreurs. Non seulement je pense que nous avons eu tort de laisser certaines puissances s'imposer trop en désirant surtout ne pas déclencher de guerre, préférant guérir que prévenir mais en plus, je vois que certain...


Endymion marqua une courte pose et profita de se repos pour regarder Fillmore.


...s'en plaignent aujourd'hui. Ils se plaignent d'une domination, domination qu'ils ont contribué à mettre en place. Vous avez, et nous avons, laissez monter en puissance certains d'entre ceux que vous accabler de tant de maux et vous voudriez qu'aujourd'hui nous réparions vos erreurs? Il en est pas question. C'est avant qu'il fallait y penser. Nous prêchons depuis des temps immémoriaux la lutte contre l'oppression, vous préfériez commercer...et bien dansez maintenant.


Une nouvelle pause retentit comme le gong d'un de ces vieux jeux de combat. Endymion ne tarda pas à prendre une nouvelle fois la parole quant au dernier discours.

J'en viens à vous M. Bakta Makhno. Je ne vous connais pas, il me semble pourtant connaitre votre état. Vous vous fourvoyez sur mes intentions. Je ne veux pas une guerre éternelle, ni durable. D'ailleurs, vous semblez avoir les mêmes objectifs que les miens, les notre à tous. Cette équilibre dont vous parlez existe déjà. C'est bien ce cercle infini dont je parlais au début. Sans puissance militaire, nous rompront ce cercle. Si ce cercle est rompu, c'est l'équilibre de la galaxie qui est menacé. Le pillage, dont vous parlez avec cet impétueuse règle qui régit votre esprit, est une des méthodes pour se permettre de vivre dans l'élégie la plus totale et la grande et parfaite harmonie. C'est le bien de mon peuple que je veux quand je pille et pourtant, c'est grace au malheur d'autres peuples.

Je rigole doucement tout de même lorsque vous dites: "des états dont le seul désir est d'exister". Quel dirigeant aujourd'hui aurait d'autres désirs que celui ci? Dominer, c'est la meilleure façon de préserver son peuple.

Cette lutte encore dont vous parlez, elle est similaire à la notre. Nous refusons le joug de puissance trop autoritaire. C'est alors que nous devons sortir de nos vies paisibles et mornes pour construire un avenir avec le sang de ceux qui ont fait couler le notre. Nous devons venger quand nous pouvons venger. C'est d'ailleurs pour ceci que les alliances sont. Elles sont pour permettre au plus petit d'être protégé par les plus fort. A quoi servirait sinon d'avoir de quoi détruire chaque parcelle d'un état? Juste un pouvoir de dissuasion? Cette méthode n'est pas pérenne, regardez Vaalor, lui qui n'a jamais voulu mettre à mal la paix, pourtant, il est de ceux qui pourrait nous anéantir possiblement, son pouvoir nous a empecher de venir quelques temps mais nous avons vite compris que nous ne risquions rien.

La guerre a un pouvoir elle aussi, celui de forger l'Homme. La guerre nous fait évoluer justement parce qu'elle nous fait mal et c'est à force d'avoir mal et de souffrir psychologiquement qu'on s'immunise à cette souffrance. Comme un vaccin guérit le mal par le mal.

Le bonheur de l'être humain n'existe pas. Enfin pas dans sa globalité. Jamais les Hommes ne seront tous heureux car tous ne veulent pas forcement le même bonheur que les autres et l'instabilité est reine des guerres. Si vous préférez faire subir à votre peuple les plus atroces souffrances plutôt que d'imposer une loi qui sera votre, c'est votre problème mais sachez qu'en aucun cas ma pitié sera de mise. Je préfère vivre debout que mourir debout. La guerre ne me domine pas, c'est moi qui domine la guerre. C'est moi qui doit décider de quand la guerre arrive et de quand elle s'arrête. Tant que je ne possède pas un millième de ce pouvoir, je serai toujours celui qui se fera avoir et mon peuple en pâtira d'avantage.


Essouflé un peu, étranglé par des vociférations nocturnes, Il alla, erra, marcha comme un zombie dans les décombres de son cerveau. Endymion ne s'étendrait pas plus.

Auteur : Narkia
05/10/07 18h30 | 8 Galan 3726

"C'est faux..."

Thorgrin venait de rentrer dans la pièce qu'il venait de quitter. Lorsqu'il avait croisé ce personnage qui lui était inconnu, il fut interloqué et le suivit, écoutant son discours. Sa capuche était rabattu à son maximum. Seul son menton dépassait de l'apre ombre noire qui ressortait de l'immense nappe blanche... Le retour du Ying et du Yang ? Cela rappelait beaucoup de souvenir. A nouveau Théran, aujourd'hui. La pureté et la désir, la soif et le désespoir. Le blanc et le noir mêlés en un seul être... Son regard était vide de tout sens. Il souriait légèrement, mais rien de tout cela n'était visible. Ses pupilles miroitantes captaient toute la lumière possible. Il était là, Thorgrin. Après tout, ce n'est qu'un dieu déchu, non ?

"C'est faux, seigneur inconnu... La guerre apporte. La richesse, le pouvoir, la puissance... mais avant-tout l'aboutissement de la vie de plusieurs hommes. La guerre ne vient pas seule, elle est accompagnée d'amis qui lui sont chères.
L'Hégémonie a réveillé certain, en a endormi d'autre. La guerre est le propre de l'homme là où la paix est le vice.

J'aime la guerre. Et pourtant je ne suis pas animal.

Non, car pour être animal il faut être humain.

Or je ne suis pas humain.

Je ne suis qu'un dieu... La réincarnatoin d'un Dieu déchu. Je ne vallais plus rien, aujourd'hui je suis tout. Je vis et je meurs à souhait, et je me bats.
Sentir le sang chaud de ma proie sur ma joue, sentir comment l'homme devient fou devant ma colère ou ma joie qui amène la violence et efface cette envie de calme que vous cherchez, sentir que vous tremblez sous votre robe...

Oui, j'aime la guerre. La guerre est ma mère, je la respecte et lui fais honneur, et vous, vous devriez mourir pour avoir proliférer ces dires. Mais j'ai beaucoup appris de l'homme depuis ma venue, et je ne vous en veuxpas. Ma conscience a été fragilisé, mais lorsque j'ai vu que même sans moi l'homme étant dépendant de la guerre les remords ont disparus..

Vous comprendrez, un jour. Et si vous ne voulez pas comprendre, alors ittez ce monde, où, moi, je vous tuerais de mes mains."


Son ton était resté calme et froid. Il avait conservé son sourire habituel. Il ne s'intéressait plus aux autres,mais seulement à celui qiu venait de parler sans même se présenter. Thorgrin avait changé... L'ambiance nécrolienne sûrement.

Auteur : Noa izumi
05/10/07 21h04 | 8 Galan 3726

Un homme était au côté de l’Impératrice mais jusqu'à maintenant il était resté assis et écoutait sagement les dires des opposants ou allié de son Impératrice. Lorsqu’il entendit les paroles d’un homme qu’il prit pour un fou car seul un fou se prendrai pour un dieu. Il se leva, il n’était guère homme à s’habiller comme un empereur ou autre politicien. C’est un homme de terrain qui avait à plusieurs reprise fait la guerre et cela se ressentis par ses nombreuses cicatrices. Il prit la parole sans même demander l’autorisation à sa chef, un sourire au coin des lèvres il s’adressa à Thorgrin.

« Je n’ai jamais cru en une divinité qu’autre que la puissance de la nature. J’ai beau entendre des échanges où je suis plus ou moins d’accord mais vous, vous les dépassez tous, vous prendre pour un dieu !! Elle est bien bonne celle là, vous saignez et vous souffrez comme nous autre, vous n’êtes pas plus Dieu que je ne le suis. Bien au contraire vous êtes bien plus dangereux en vous croyant ainsi invincible et d’avoir l’insolence de nous menacer de nous tuer. Si je devais trembler à chaque menace je serrai déjà dans un hôpital psychiatrique, endroit où on devrait vous enfermer. Je n’ai jamais eu peur de mes ennemis et surtout pas de faux dieu. »


Noa se leva enfin, et posa gentiment sa main sur l’épaule de son chef d’armé et ami. Elle lui sourie tendrement pour que celui ci se calme.


« Mon ami calmez-vous donc, vous emportez ainsi ne nous servira à rien. N’ayez crainte, je vais prendre le relais, à chacun son terrain comme vous me l’avait si souvent dit. »


Elle lui offrit un dernier sourire et le chef de l’armée qui n’était autre que Isamu Ikari s’inclina envers son Impératrice et se rassis. Quant à Noa, elle se tourna tout d’abord vers Lidhyle.

« Je dois avouer que vous savez tenir des discours mais vous avez la faculté d’en dire beaucoup pour enfin de compte nous en apprendre peux. Je ne suis guère une poète lorsque je dois dire quelque chose, je suis directe et je n’y vais pas par quatre chemins. Mais après chacun a le droit de s’exprimer comme il le conçoit tant que nous nous perdions pas dans les mots et que nous restons dans le réalisme. Comment dois-je prendre cela ? D’un côté vous me certifié que les Célestes sont morts et d’un autre que vos paroles ne sont pas forcement vérité. Comment voulez-vous qu’on puisse vous suivre ? Je vous ai juste accusé d’avoir tort de prendre les Célestes comme mort, je vous ai aussi accusée d’une trop grande assurance pour être vraiment honnête. »

Elle prit sa respiration, être enfermé dans une même pièce pendant autant de temps, fatiguait beaucoup.


« Je ne vais hais pas non plus, je laisse la haine aux intolérants. Mais insulter les Cendre Célestes, c’est insulter personnellement chacun de ces membres. Nous sommes peut être affaibli en ces temps mais notre esprit de groupe et de patrie en est pas moins dès plus renforcé. »

Puis elle se tourna vers le seigneur Endymion.


« Il est bien regrettable que vous considériez ainsi notre future, vous baissez donc les bras vous enrôlant dans une fatalité que vous croyez inchangeable. Elle est bien là l’erreur, comme vous n’avez pas eu qu’autre exemple du rouage paix, guerre, paix, guerre, vous vous dites que c’est ainsi alors continuons de la sorte. Vous me parlez de deux portes, pourquoi toujours deux ? Dans chaque problème surgissent deux solutions une positive et une négative ? Je ne le crois, il existe une troisième porte inconnue de nous tous mais que personne ose la prendre car l’inconnu fait peur. On ne sait guère ce qu’il y a derrière mais ce n’est pas en restant dans la roue de l’habitude que nous le saurons. Bien sûr, il y a des guerres incontournables, des guerres dites injustes où l’attaquant n’est encourager que par l’envi de détruire pour un plaisir personnel un plaisir d’égo et de cupidité. Mais parfois en attaquant un adversaire que l’ont croyait un danger, ne vous créer que l’inverse, par vos propres attaques, vous créez vous-même le danger. La colère engendre la colère voilà tout. Vous engendrez vous-même vos ennemis seigneur Endymion. »


Noa lui donna un signe de respect et se tourna auprès de ces deux alliés.


« Seigneur Fillmore, mon allié, mon ami, je vous remercie d’avoir éclairé sur ce point qu’effectivement j’étais dans l’erreur des faits historiques. Et je vous en suis reconnaissante. »


Elle lui donna un sourire amicale.

« Je suis tout à fait consciente du danger que représentent les Illuminés et je ne le considère par cela à la légère mais pour le moment je suis dans l’optique d’avancer pour que les vieilles querelles du passé s’effacent.

Quant à vous Seigneur Makhno, je partage dans l’ensemble vos idées et je suis rassuré que je ne suis pas la seul à croire que la guerre est notre seul destin. Je vous en remercie. »

Elle s’adressa pour finir à Thorgrin.

« Quant à vous seigneur Thorgrin, je ne crois guère au dieu étant une femme de science, je pense que la guerre à détruit l’homme que vous étiez à l’origine et que vous vous enfermez dans un monde de sang et de violence comme une prison où par d’étranges raisons vous vous y sentez à l’aise. Mais si vous y sentez bien qu’il en soit ainsi mais je préfet les discours de votre collaboratrice qui est beaucoup plus cohérente que vous. »


Elle s'assie au coté d'Isamu toujours aussi calme mais un peu étouffé par manque d'air frais.

Auteur : Narkia
05/10/07 21h37 | 8 Galan 3726

Thorgrin sourie. En ces instants mêmes où il ne ressentait plus la haine ni la joie, la colère et la tristesse, juste l'envie de rire devant des hommes qui ne connaissent pas et ne savent pas. Il n'y avait pas de jugement pourtant dans ce rire. Evidemment qu'ils ne pouvaient pas savoir, même deviner était impossible. Seules les créateurs demeuraient dans la vérité exacte du sujet. Thorgrin, n'était pas. Thorgrin n'était plus. Il n'est alors que l'ombre de ce qu'il était. Il n'est donc qu'une entité abstraite. Pourtant sa grande robe blanche recouvre bien le parquet de la Corporation... Comme un soulagement.

"Pourtant... Je suis tout aussi cohérent qu'elle. Peut-être le suis-je même plus. Son corps et son esprit sont fragiles et elle ne dépend que de moi."

Il marqua une bref pause et reflechit à ce qu'il allait dire. Surtout comment il allait le dire.

"Je ne demande à personne de croire en moi. Ni d'ailleurs de me juger. Libre à chacun de croire en la nature ou en la science. Pourtant, ce n'est pas en réfutant ainsi mes propos que vous arriverez à me démolir, petit capitaine. Je suis un dieu. Je ne suis ni vrai ni faux, je suis déchu, voila le paradoxe. Pourtant j'existe. Et je ne saigne pas. Je suis là physiquement, mais ce n'est que l'enveloppe charnelle de mon esprit qui se mouve devant vous. Je ne suis pas immortel, mais ce n'est pas vous qui me tuerez. Il a fallu aux Seigneurs Maudits de l'Oracle tellement de vapeurs de mana pour me confiner et me rappeler par delà le monde des morts, qu'il en faudra bien plus pour m'y renvoyer.

L'insolent c'est vous, petit capitaine, qui parlez sans savoir. Mais je ne vous en veux pas. Pourtant, ni votre insolence ni la compréhension de ma pitié de votr douce maitresse n'auront raison de moi."


Alors il se repositionna. Toujours calme et lent, il ne se prenait pas dans le stress des grands jours. Il avait face à lui les deux interlocuteurs qui le méprenaient. Dans leur ignorance totale, il décida de lacher un peu de cette histoire...

"Il y a plus d'un an, des entités de ce monde ont appelé l'Oracle. Ce fut le troisième. Seulement cet divinité était spéciale. Cet Oracle était maudit. Tout début Desertan, l'un des plus gros blocs fut crée. Je vous passerais les détails des évènements qui ont suivi la réunion des plus grosses puissances de l'univers. Mais il fallait un élément indispensable à cette incantation. L'Oracle Maudit dépendait de Dieux déchus. J'en faisais parti. Nous n'étions pas vraiment divins, parce que nous avions été chassé de quelques panthéons. Seulement nous étions là, nous tous.
Dans sa chute, je disparus avec lui. L'Oracle Maudit n'existe plus, je ne devrais plus être en ces lieux. Pourtant, je suis là, devant vous, sous ma prmeière forme humaine réelle... Grace à qui ? C'est mon petit secret.

Je ne vous demande pas de croire en moi ou en tout ça. Mais de respecter cette histoire, qui est la mienne."

Auteur : Kétanolan
06/10/07 00h34 | 8 Galan 3726

Dans le fond je crois sincèrement que nous nous sommes totalement égarés bien que ces discours soient des plus intéressants. N'oubliez pas une petite chose chers Aurors, Kétanolan ne dirige plus. Ce qu'il pourrait dénoncer ou dire n'est que poussière. Son pouvoir est totalement nul désormais. Vous avez respecter votre parole et les promesses faites par Endymion il y a de cela quelques jours. Je dois aujourd'hui honorer les miennes. Veuillez m'excuser si vous avez été blesser. Sachez que pour moi, vous n'êtes mes ennemis aujourd'hui. Je doute que cela nous avancerai de nous quereller. Vous conviendrez avec moi que nous avons bien mieux à faire et que nous tirions bien plus d'avantages à être alliés et à forger une amitié.

Je souhaiterai inviter Ouzine, Endymion et Lidhyle en ma compagnie et en celle de Noa pour une réunion dans des délais rapides. Il est temps je pense que nous mettions un terme à cette querelle et que nous permettions à la diplomatie, l'amitié et le bon sens de faire son oeuvre.
Qu'en pensez vous?


Fillmore surpris tout le monde par cette déclaration. Il en avait pas moins peur d'une réponse négative. En aucun cas il n'y aurait de d'imposture mais les Aurors semblaient tellement contrariés aujourd'hui qu'il ne pouvait plus prévoir quoi que ce soit.

Auteur : Kossnei
06/10/07 02h20 | 9 Galan 3726

Les mots fusaient et se répercutaient dans l'amphithéâtre de la mise au point, tels des balles sur un champ de bataille, et à vrai dire, la violence n'en était pas moindre. Salle de la mise au point donc, entre protestataires et protestataires. La différence? L'un des groupes agit selon la nature humaine, par lâcheté donc, et l'autre, selon cette même nature également, la soif de pouvoir.

"Peut-être n'est-ce point là l'exactitude", pensait Kossnei dans sa salle que même Fillmore et son fidèle ami Scipion Thorgrin avaient désertée, et de laquelle on entendait les différents discours des seigneurs concernés par ce que certains nommaient "la crise galacticaine".
En effet, la fougueuse Izumi, et l'éloquent Endymion ne faisait guère partie d'une de ces catégories, et néanmoins défendait chacun ardemment leur alliance.


"Avec une telle volonté, volonté qui surpasse les idéaux propres à la personne, comment pourrait alors avancer ce stupide débat...?", se demanda le dirigeant platin.

"Mais voilà qu'arrive Fillmore. Qu'a-t-il à proposer? Encore une de ses stupides idées de paix? Pitié, il a fait pire que mieux celui-là...s'enfoncera-t-il toujours plus?"
Les pensées de Kossnei s'avérèrent à moitié correctes...et donc à moitié fausses, et le conseiller fut étonné de se voir séduit par la seconde idée, celle d'une réunion entre les Aurors Pourpres, dont certains, semble-t-il, avaient été oubliés.

Qu'importe, il y avait là une chance à saisir, un moyen de réguler ces futiles discours, d'envoyer paître l'arrogance et l'hypocrisie au profit de paroles intelligentes.
Kossnei sortit en trombe de la salle, laissant sa jeune voisine épleurée seule*, et entra dans l'amphi où la bataille verbale faisait rage.

Esquivant quelques répliques, laissant fuire quelques regards, le dirigeant de l'Empire Platin, celui-là même qu'on disait tombé, prit la parole.


<<Amis, ennemis, dirigeants. Trop de temps s'est écoulé depuis que je rêvasse en laissant couler les paroles prévisibles que j'entends ici.
Maintenant, je sais que je dois intervenir. Fillmore, officier de l'Atlantica, a tendu une perche utile. Alors saisissez-la!
Ne voyez-vous donc pas que beaucoup ici sont au stade de la débilité, d'autres à l'égocentrisme, et les derniers à la figuration?
Il serait temps que ceux qui n'ont rien à dire se taisent - j'en félicite les Illuminati, car je sais que ce n'est pas lâcheté, mais plutôt méprise de cette bassesse qui fait que si peu sont venus - que ceux qui ne sont pas concernés les imite, et qu'enfin chaque camp puisse opérer tranquillement à des négociations.

Certains diront qu'en mon indépentisme actuelle, je n'aurais pas à participer à cette mascarade, mais ceux-là peuvent aller revoir leurs cours de politique.>>


Kossnei marqua une courte pause, puis se tourna enfin vers Fillmore qu'il fixa de son regard pénétrant qui en aurait fait ciller plus d'un.

<<Quant à vous, meneur du mouvement de protestation que beaucoup ont désormais abandonné, je vous prierais d'accorder votre audience à plus de personnes influentes, sans quoi la décision risquerait d'être quelque peu arbitraire.>>

Il remercia tout le monde d'avoir bien voulu accorder un minimum d'attention à ce qu'il avait voulu dire, puis alla s'asseoir à l'une des rares places libres que cette pièce offrait, attendant la réponse qu'il avait sommée.



*La jeune femme brune évoquée dans le sujet "C'est finalement fini" (Rah j'adore mon titre, c'est d'une mocheté xD)

Auteur : Noa izumi
06/10/07 14h19 | 9 Galan 3726

Noa préféra, ignorer l’arrogance ou la folie de Thorgrin. Voilà les conséquences d’une trop longue guerre ce disait elle, la perte de l’humanité. Elle se leva à nouveau et regarda son ami Fillmore.

« Comme toujours vos paroles méritent le respect et vous avez raison mon cher ami, nous nous égarons dans des échanges qui peuvent durée dans l’infini.. Et bien entendu j’accepte votre proposition de réunion, vous et moi nous souhaitons la même chose après tout. »


Puis elle tourna vers le seigneur Kossnei.

« Seigneur Kossnei, vous osez manquer de respect à l’ensemble de l’assemblé en l’insultant de tenir des propos débiles, égocentriques ou être de simple figurant ? Alors que vous prétendez nous donner une leçon de politique ? La politique est un tout même si parfois elle s’égare du sujet initial, elle en n’est pas moins toujours plus instructive. Les Illuminati n’ont pas souhaité participer à ce débat, soit, c’est un choix que je respect et non que j’accuse. Et je pense que vous devriez écouter vos propres paroles et de garder le silence si c’est pour vociférer de quelconques paroles provocatrices. »



Toujours avec calme, Noa repris son souffle, il faisait de plus en plus chaud dans l’amphi et l’appel à l’air frais était de plus en plus pressent.


« Comme nous, vous voulez de la progression et de non de la régression, pourquoi ne par nous le faire savoir tout simplement ? Nous avons certes bifurqué dans notre sujet actuel mais elle en n’est pas plus inutile que ce que vous voulez nous faire croire. Agissez humblement plutôt orgueilleusement, vous en êtes capable je le sais. »

Elle était un peu lassée d’entendre toujours les mêmes réactions hautaines qui pourtant avait le même objectif qu’elle. Avancer. Et pourtant, elle n’avait rien contre le Seigneur Kossnei, même ci celui-ci avait fait défaut aux membres des Célestes, elle en était pas pour autant rancunière. Car la rancunerie faisait reculer et non avancer. Comme toujours elle fit un signe de respect pour l’avoir écouter et s’installa à côté de son ami Isamu.

Auteur : Kemeth
06/10/07 16h06 | 9 Galan 3726

Un homme presque endormi se tenait avachi sur un banc de la salle. A moitié contre un mur, il essayait de résister à l'envie de sombrer dans un sommeil non voulu, mais provoqué par tant de blabla et de discours nombilistes. Tant de personnes qui se présentaient comme des êtres supérieurs et dont les paroles intimaient l'ordre d'être suivies à la manière de celles prononcées par on ne saurait qu'elle divinité.

C'en était assez. Le seul moyen pour lui de repousser cette torpeur saisissante était de se lever et de s'exprimer.

Il s'était levé et il marchait pour rejoindre l'endroit duquel il allait prendre la parole. Quelques yeux curieux montraient un peu d'attention quant à cette personne qui n'avait ni l'avantage d'être connue, ni l'apparence d'un chef ou conseiller d'état quelconque. Ses cheveux longs et désordonnés pouvaient très bien déranger, et il portait une tenue des plus basique, déchirée et sale à plusieurs endroits.


- Bonjour à tous.

Il sourit en voyant que les visages lui faisant face s'étaient déjà refermés. Il intervenait car le sujet touchant tous ces états perdus lui tenait à coeur, mais il aurait tout aussi bien pu s'en aller car ce serait déjà un miracle si une seule personne l'écoutait à présent.


- Je vais me présenter, puisque c'est en premier ce que demandent la courtoisie et la politesse. Deux choses qui j'espère vous rappellent à tous des souvenirs humains, des émotions, du respect.

Je m'appelle Danforsh et je ne suis pas quelqu'un de haut placé. A vrai dire je suis même très bassement placé puisque je ne possède pas d'autre statut que celui de Vagabond.


Danforsh lança un regard au Seigneur Kossnei, un regard à la fois amusé et lassé.

- J'entends d'ici vos pensées seigneur de l'Empire Platin, puisqu'elles ont été l'oeuvre des mots que vous avez dernièrement prononcés. Ainsi, que ceux qui ne sont pas concernés se taisent ? Ainsi, que ceux qui veulent s'exprimer, qu'ils aient ou non à dire des choses intéressantes, s'abstiennent ? Là ou mon avis diffère du votre, Seigneur, c'est qu'il ne s'agit pas ici d'un simple conflit d'alliances. Et comme mon droit à l'expression est une chose qui me donne l'autorité de pouvoir prendre la parole, je le fais, que vous le vouliez ou non. J'assume la responsabilité de paraître à vos yeux un imbécile qui sort de nulle part pour discuter d'un sujet qui ne semble pas le "concerner".

Sa vision balaya l'assemblée pour montrer qu'il s'adressait maintenant à tous. Les murmures qui grésillaient dans un flot inaudible s'imposaient comme un chant d'ambiance. Voilà qu'un simple Vagabond se permettait de nous parler directement? A nous qui sommes les piliers de l'univers?

- Pourtant, là où beaucoup d'entre vous voient un conflit opposant quelques alliances, je vois moi votre manque de recul. Il apparaît certain qu'aujourd'hui, il n'y a que les avis des dirigeants qui comptent et pourtant il vous manque une chose essentielle, une vision d'ensemble. Car vous ne regardez plus que ce qui se passe devant vos yeux et vous vous enterrez dans vos projets personnels, que ce soit le pouvoir, la domination, la richesse et votre importance aux yeux des autres dirigeants.

Danforsh soupira. N'étaient-ils plus que les ombres d'humains pour ne plus ressentir quoi que ce soit ? La tête baissée, il faillit renoncer à continuer.

Puis, se disant qu'il n'aurait peut-être pas d'autre occasion de s'exprimer, il reprit.


- Il y a longtemps que j'ai choisi de n'être qu'un Vagabond, car je ne pouvais plus accepter d'être le citoyen d'un état aveugle. Aveugle car il n'y avait que sa grandeur et celle de ses alliés qui importaient. Des états comme cela, j'en ai énormément visité car je cherchais ma place.

Mais ce fut en vain, puisque vous voyez tous votre prochain comme un ennemi potentiel. Et voilà que, comme de petits animaux apeurés, vous allez jusqu'à attaquer les premiers pour éviter les éventuelles foudres, comme si vous étiez dans l'hystérie totale, au point de ne plus pouvoir réfléchir à un moyen plus sage.

Les guerres enrichissent, les guerres amusent, les guerres entraînent et nourrissent vos instincts d'animaux. Et voilà qu'il vous faut cela pour vous convaincre que la guerre est la meilleure chose à faire. Vous n'avez pas de vision d'ensemble. Vous n'anticipez pas plus loin que la prochaine petite guerre orgueilleuse. Ne sommes-nous pas tous de la même race ? Avons-nous tant que ça le besoin de se battre pour prouver que l'on existe ? L'unification serait tellement plus propice à tout le monde, mais cette situation vous ennuierait, car il vous faut votre petite action quotidienne. J'ai bien conscience que ceci ne touche pas tous les dirigeants, mais les exceptions sont bien trop rares. Et ceux qui veulent la paix ne la veulent que par pacifisme, alors qu'à mon sens notre futur est de plus en plus incertain.

Vous allez tous vous entre-tuer jusqu'à ce qu'une autre race vienne un jour d'une autre galaxie pour finir le travail. Et voilà, vous aurez gagné, vous aurez aimé la guerre, mais la guerre vous aura bien plus aimé car jusqu'à la fin vous aurez été ses moutons.

Aucun de vous ne domine plus que la guerre. Plus que cette envie de se battre par la violence. Et même si mon choix a été fait il y a longtemps, je me félicite encore de n'être qu'un Vagabond, car aussi simple que je puisse être, votre irrésistible envie de vous détruire n'aura jamais raison de ma pensée.

Sur ce, je vais avorter ma prise de parole qui est de toute façon insignifiante n'est-ce pas?


Danforsh hocha de la tête et retourna s'asseoir avec l'impression que son intervention n'avait eu d'autres effets qu'une somnolence tout à fait contraire à la sienne. De nouveau sur un banc, les bras croisés, il garda les yeux rivés sur l'endroit où la prochaine personne allait balayer ses mots pour faire des siens, une soit disant vérité absolue.

Auteur : Narkia
06/10/07 16h08 | 9 Galan 3726

Pourquoi devrait-il changer ? Il conrrespondait parfaitement à l'attitude qu'il aurait du prendre dans cette salle.

"Vous n'aurez jamais ce que vous désirez chez nous. Fillmore, prenez votre petit capitaine et votre enfant sous votre bras et si vous n'avez plus rien à faire en ces lieux, partez, vous n'obtiendrez pas ce que vous cherchez.

Sans vous méprisez ni vous violenter, toutes négociations sont rompues avec vous. Il est maintenant impossible de votre part de nous demander quelque chose. Nous resterons neutre, si nous ne devenons pas ennemis. Notre décision est prise depuis longtemps vous concernant elle est sans appel. Quoi qu'en dise Kossnei ou d'autres. J'apposerais à chaque fois que l'utile me le demande mon véto. Vous avez une réponse d'un chef.

C'est non, pour tout."


Mes regardant, elle pensait à cette femme qui malgré tout semblait intelligente par ces propos, par sa tenue. Elle avait su s'interposer entre eux et Fillmore sans prendre coup critiques et attaques dévastatrices. Il fallait préciser qu'il n'était pas dans leur but de détruire, en ces lieux. L'issue d'une vie se règle pour beaucoup sur le champ de bataille. La guerre était sa main, Thorgrin la rangea bien au chaud, dans sa poche de velour blanc...

"Je préfère rester dans l'ignorance, dans la naïveté. Je suis calme et froid, vous ne me ferez pas changer d'avis. Peut-être fais-je une erreur, mais elle sera faite, même prévue à l'avance. Je tomberais dans le piège que la vie me tend, si piège il y a. Sinon je continuerais de persécuter les hommes du haut de mon nuage nécrolien.

Vous connaissiez ma position dès mes premières paroles Fillmore, de peur que vous l'oubliez je vous les y rappelle. A vous comme à elle."


Le passé est imbu. Ceux qui ne l'ont pas vécu n'y croient pas, ceux qui l'ont souffert l'oubli. Que restait-il de cette époque maudite mais si prospère. Lui descendu des cieux noirs, qui s'en allait se battre pour un homme, qui avai eu la puissance de l'appeller de l'au delà, puis il a du repartir, pour revenir, et remplir sa chaire d'une enveloppe de mana assez délicate et fine pour qu'il soit concentré tel l'homme.

Sa longue robe blanche recouvrait toujours ce qui aurait pu être certains signes distinctifs. Il ne voulait pas se montrer comme autre. Il était parmi eux et même s'il était entité il restait comme eux. Les hommes furent son créateur. Ils croyèrent si fort qu'ils matérialisèrent Thorgrin, un jour... Il faudra devenir aussi fort pour tuer celui qui appella les dieux maudits de l'Oracle. Est-il mort un jour ? Personne ne sait. Pourtant, Théran fait toujours aussi peur. Nous aussi...

Auteur : hestios
06/10/07 16h29 | 9 Galan 3726

Hestios rentra d'un pas rapide et lourd dans la salle, habillé d'une tenue de combat noire très "cyber" .
Il prit directement la parole :


-Bonjour dirigeants de tout horizons. Il est inutile que je me présente, mais je vais le faire pour les quelques personnes non scolarisés qui n'ont pas lu mon nom dans leurs livres d'histoire.
Je suis Hestios, ex dirigeant de l'Aegir livré à la perfection incarnée par Ten'Batsu mais Roi, empereur, régent, et tout ce que vous voudrais, tout ce qui dit que je dirige l'Armée Pourpre.


Il se retourna vers son compagnon, le fixant d'un air sévère :
Kossnei ! Le simple fait de parler de pacte sera désormais considéré tel une proposition frappée d'anathème et hérétique ! Ne te laisse pas abusé par ces personnes au rire effronté.


Il se tourna vers les représentants des cendres
Il n'y aura plus aucune négociation. Nous ne négocierons pas avec une alliance de couards. Vos actions sont bien trop réprouvable. Vous nous avez bien trop écœurés , bien trop mésestimés. Honte à vous Fillmore ! Honte à vous tous !

Chantez nos louanges autant que votre timbre ne le puisse. Cela ne changera rien .
Earl voyez vos semailles, récoltez les donc en homme, ne les fuyiez pas tel une vermine ! Et peut être pourrai-je alors vous considérer en adulte.

Nous sommes des déité, comparés à beaucoup de gens présents ici ! Ne nous prenez pas de haut, non vous n'en avez pas le droit. Vous, qui de nous riez, mais vous qui devant nos bombes fuyiez implorant pitié et charité.

Voici une litanie, pour nous, chantez la, priez là dans vos temples, et peut être , peut être un jour, nous pardonnerons vos actes et notre honneur souillé .

Gloire et louange au Aurors qui dans les hauteurs
Du Ciel, règnent, tandis que dans les profondeurs
De l'Enfer, les vaincus se terrent en silence !
Faites que mon âme un jour, sous l'Arbre de Science,
Près de vous se repose, à l'heure où sur votre front
Comme un Temple nouveau ses rameaux s'épandront !


Il resta debout, face à eux .

Auteur : Kossnei
06/10/07 17h00 | 9 Galan 3726

A supprimer

Auteur : Noa izumi
06/10/07 17h07 | 9 Galan 3726

Noa, se leva, elle devait répondre aux illusions du seigneur Hestios.

« Seigneur Hestios, nous avons enfin trouvé un terrain d’entente, car il n’était même pas question d’imaginer une quelque once de négociation avec des personnes comme vous. Vous parlez de regagner votre honneur, mais cet honneur vous l’avez perdu tout seul sans notre aide. Vous nous accuser de la honte alors que vous êtes les premiers à attaquer votre ennemi par derrière, votre puissance suprême illusoire vous aveugle et vous déroute. Fort heureusement le seigneur Endymion remonte le respect que je porte encore envers votre alliance. Ses paroles sont plus sages et réfléchies que les votre qui sont gâché par une haine aveugle et fondé par de vieilles rancœurs. »

Puis la jeune Impératrice se tourna vers le noble Danforsh car la nomination de noble ne vient pas par le rang ou le sang mais par la valeur des ces paroles.

« Cher Danforsh, je tiens à vous dire que je suis en accord avec vos paroles, vous avez choisi la vie de voyageur, car vous y sentait bien et que vous avez le sentiment de rester vous-même et de ne pas avoir vendu votre âme à lucifer. Rien que pour cela vous mérité autant d’importance que chacun de nous dans cette assemblée. Tout être à sa place dans la chaîne de l’univers et personne a le droit de dire le contraire. »

Elle aussi n’était guère connue et que beaucoup la prenait plus pour une folle plutôt qu’une femme de parole. Mais cela ne l’impressionné pas, bien au contraire. Tout cela lui donnait plus d’énergie pour défendre son Alliance ainsi que ses valeurs personnelles.

Auteur : endymion
06/10/07 17h10 | 9 Galan 3726

Endymion rejoint Hestios, chef parmi les chefs de l'Armée Pourpre. Armée qui de jour en jour avance, grandit, s'épanoui.

L'Armée Pourpre est la Guerre, elle est elle même. Elle qui répand la souffrance, la douleur, l'ignominie. Nous sommes des dieux. La guerre nous a volée notre humanité certes, mais au dépend de quoi elle nous a donné le pouvoir, l'actance même. Le droit de l'omnipotence. Nous ne sommes ni ne seront, nous avons encore moins été. Tout notre passé n'est qu'une mélodie de sang glacé et brillant dont l'écarlate couleur éclabousse vos visages. Nous prendront l'espace, le temps et les armes. l'Armée est ce qui sera, elle nous porte vers d'infinis noirceurs aux reflets vifs. Voyez ce que vous êtes, vous les sans-guerre: Des Vagabonds, des êtres sans aucune raison. Vous craignez le pouvoir, c'est ce qui fait de vous des cadavres. Votre vie vous quitte de jour en jour pour venir s'épandre dans le long réseau de nos veines, irriguer nos cerveaux. Nous ne sommes pas ce que vous voyez de nous. Nous sommes ceux qui font votre avenir. D'un claquement de nos doigts, vous n'êtes plus. D'une douce plume s'échouant au sol, vos terres explosent. Le bruit même de nos voix vous rend esclaves, vous n'êtes que ca, esclaves de notre bonté, esclave de notre clémence car demain, oui demain, vous n'existerez peut-être plus. Aucun pacte, aucune sympathie. Nous n'avons pas de coeur mais nous avons l'intelligence, la raison. Vous, esclaves aussi de la guerre, bien plus que nous, nous la contrôlons, nous sommes maitres de la guerre, vous, vous devez attendre après nous pour sauver vos vies, vos misérables vies. Il n'y a que des étendards Pourpre sur vos terres, Pourpre comme le sang qui sèchera dans vos nappes phréatiques asséchées, incrustés au plus profond de vous, nous sommes Maitres et Force. Vous êtes Faiblesse et Fébrilité.

Ecoutez le champs de nos guerriers, écoutez ce qui ampli le coeur de millier d'entre nous:

Force, ô toi, sang de nos Dieux
Frappe de ton courroux nos visages pétrifiés
Car la peur, par ton nom édifié,
Doit quitter nos coeur et nos voeux

Sang, ô toi qui fit naitre nos Dieux,
Sois celui qui, par ton pouvoir catharsique,
Efface de cette galaxie les noms des couards apathiques
Sauve ceux qui sont vaillants et élève les aux cieux.


Endymion resta au côté de son ami et chef Hestios. Solidarité sans crainte, sans remord. Aucune faiblesse ne paraissait. Des Dieux, sans crainte, sans remord.

Auteur : Kossnei
06/10/07 17h36 | 9 Galan 3726

Alors comme ça, la fierté n'était plus admise? Ce sentiment semblait refoulé par Izumi du Fantasia. Peut-être aveuglait-elle parfois, mais sans cela on ne pouvait s'affirmer.
L'univers était devenu sauvage? Le conseiller platin avait su en tirer profit, il faisait partie du vil et du misérable dans le monde galacticain, et cela lui procurait la plénitude de l'âme, même si le tremplin avait été trop rigide et la chute trop lourde, il avait fini par comprendre l'attitude de l'empereur Platin, tout en extirpant les erreurs et les défauts de son comportement.
Ainsi, Kossnei, dont la guerre avait forgé l'esprit, et dont les trahisons avaient occulté la confiance, avait appris à devenir presque impitoyable, tout en conservant d'honnêtes objectifs.

Cela, peu de gens peuvent le comprendre, seuls ses plus proches amis, ses frères d'armes, pouvaient l'admettre, c'est pourquoi ceux-là même qui avaient adopté ce point de vue se retrouvaient à présent à la tête de la galaxie.

Kossnei pensait à ce qu'il allait dire à Noa Izumi, tandis qu'un homme présentant une certaine ressemblance physique avec un des officiers platin se levait et prenait la parole. Dès ses premières syllabes, Kossnei sut que c'était là une nouvelle épreuve.
A vrai dire, après avoir écouté ce rôdeur, le conseiller platin dut admettre qu'il avait raison, et que son discours était sensé.

Cependant, il ne saisissait que le bon, et ne trouvait point d'intérêt à utiliser ce que beaucoup appellent le mal pour parvenir à des objectifs honorables. Il ne voyait pas qu'au-delà des mots, rien ne circulait, et que c'était par la force, et seulement par la force, qu'on se faisait entendre, que la paix, pour être instaurée, devait se fier à son seul contraire: la guerre.

C'est en cela que leurs points de vue différaient, car le vagabond ignorait les réelles intentions d'un homme qu'on décrivait avide de sang, d'un homme qu'on nommait hypocrite, d'un homme qu'on descendait car imbu de lui-même, il ignorait les intentions de Kossnei.
Ce dernier prit donc la parole après les interventions de deux chanteurs et d'Izumi.


<<Vous, Danforsh, je vous respecte, et partage votre point de vue. En effet, je ne recherche que l'instauration de la paix en cet univers, quoi que vous ou les autres puissiez en penser.

Néanmoins l'expérience a montré que jamais les grands discours ne sauraient sensibiliser les gens. La paix que tant recherchent, est sans cesse entérinée, et pas seulement par des personnes telles que les Aurors.
Peu de gens respectent la morale, car au fond, qu'est-ce que la morale à part un ramassis de conneries?
Non, je tiens à vous le dire, cher ami, seule la guerre achèvera de décourager ceux qui vont contre la paix. Evidemment, vous n'aimeriez pas nous voir pacifier ce monde de brutes... Mais c'est notre volonté, et l'on a plus souvent vu la paix par le combat que la paix par l'harmonie des esprits.

L'ancienne hégémonie a échouée car la violence et les abus furent trop fortement utilisés. Rappelez-vous de l'Iwachika Sakazusa, ou des hordes de maudits...
Maintenant, je sais que cela sera différent. Chacun de nous a évolué, et en se contentant d'annihiler la violence et de réprimer les tentatives opérées pour la voir revenir, notre projet peut aboutir.

Le vôtre, cher ami, prendrait sûrement plusieurs décennies, et même s'il est plus propre que le nôtre, nous ne pouvons l'accepter.

Je m'abstiendrai de chanter les hymnes pourpres pour aujourd'hui, pour le bonheur commun.>>


Et c'est avec un sourire malicieux adressé à ses compagnons que Kossnei les rejoignit.

Auteur : hestios
06/10/07 18h26 | 9 Galan 3726

Hestios répondit directement à Noa, saluant ses amis au passage, non saluant ses frère :

Femme ! Tu oses m'adresser la parole ? Me souiller de mots impies ?
Tu oses articuler les mots Armée Pourpre de ta bouche nauséabonde ?

Est tu sottes ? TU me reproches d'attaquer mes ennemis dans le dos ?
Je ne puis que TE conseiller de ne pas tourner le dos à tes ennemis, femme !

Ce n'est pas de notre puissance dont nous dépendons, mais de notre FOI EN NOUS MÊME ET EN NOS IDÉAUX !
Je ne parle pas de regagner notre honneur, car jamais nous ne l'avons perdu mais de le laver, de laver la minuscule tache que vous avez fait sur sa blancheur éblouissante. Vous qui êtes insatiablement avide de nous nuire, vous nous avez blessé autant que dégouté.
Vous qui vous cachez derrière une sagesse que vous n'avez pas, vous qui criez au loup au moindre cadavre. Vous, n'utilisez pas le mot honneur, n'utilisez pas le mot gloire, car de votre bouche ces mots se retrouvent irrémédiablement souillés. Vous, mettez vous à genoux, chiens !

Notre haine n'est qu'amour, nous protégeons nos peuples, nous rendons fiers les états qui nous ont suivis. S'il le faut nous vous frapperons , mais sans colère. Sachez que nous aimons la paix, mais que nous se tolérons pas la médiocrité ni la jalousie. Que nous ne tolérons point les pleures dans nos populations ni les peurs. Notre rêve n'est qu'amour et respect tandis que le votre n'est que arrogance et guerre.

Vous avez signé votre pierre tombale de votre propre main, vous avez transformé par vos actes certains de vos soldats en charogne fumante.
Il est trop tard pour reculer.

N'oppressez pas les Illuminatis, nous les aiderons et les protègerons s'il le faut. Trop de haine leur est voué et trop peu d'amour. Admirez les ! Admirez nous ! Chantez nous ! Ô vermisseaux.


Il s'assit au côté de ses frères à nouveau.

Auteur : Narkia
07/10/07 11h24 | 10 Galan 3726

Une homme entra en trombe. Il portait un petit nez rouge et un large chapeau de clown.
Sur son dos, un petit sac vert recouvrait une belle trompette dorée.


"Poeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet ! Poooet Poooet Poooet ! Poooooooooooooooooooooooooooooet !"

Toute l'assemblée se retourna devant l'immonde bruit mielleux que venait de vomir l'étrange individu. Il rigola. Il était sain. Il était normal. Il était bête.

Ahahaha ! Bande de gueux de la galaxie ! Pooooet ! Je porte le nez du clown, le chapeau du cirque et l"instrument de la dérision, pourtant vous êtes les clowns de ce cirque dérisoir. Ahahahaha !


Je ne sais pas comment je suis venu ici; je ne m'en rappelle plus. Je ne suis pas consistant. En faite, je découvre que j'existe. Je viens d'un monde qui ne vit plus. Mais dans mon éternel voyage, j'a suivit quelqu'un. Je n'ai pu trouver sa trace qu'après plusieurs heures de décryptage.

Vous ne savez pas quel est le sujet de ma pensée ? Qui est donc cette personne qiu illumine chacune de vos parole, qui intermède dans un sens puis dans l'autre. Elle revient chaque fois que vous ne voulez pas la voire. Elle est l'horreur et la beauté, même le conseil ne la supporte pas ! Il vous met en question et en assurance !

Mais vos idéaux sont beaux, comme vos poutres qui soutiennent ce lieu que je ne connaissait pas auparavant. En fait, vous n'êtes que la couverture de mon livre de vacances ! Vous faites figure, mais lorsque le vient chez vous, vous ne resplendissez plus comme sur ces feuilles carboniés que j'ai délecté quelques jours plus tôt ! Le tourisme est décidemment corrompu...


L'homme sauta dans tous les sens touchant de son indélectable instrument les timpans mal vissés des messieurs et mesdames de l'assemblée. Il les tournait en ridicule, lui le clown de cette lune, qui dans son rire d'amertume se moquait de toutes ces faces de sinistres personnages.

Aha... Mais j'ai déjà entendu les paroles prompté du discours d'un capitaine. Et dans sa joie de discourire, tomber sir le gros général, Ouzine en général que je ne me trompe dans ma citation. Mes vers sont coquins, mais Earl l'est plus que tout autre. Il trompe s'en vagabonde lorsque Thorgrin soupèse sa divinité perdu. Vous êtes tous des artistes incompris dans un monde qui ne veut pas de vous ! Disparaissez, or de ma vue ingrats saltimbanques des bref rues.

Il n'y a qu'une personne, laquelle on vous met en garde par un conseil de sécurité qui n'appose pas son toucher dans vos débat de dégoutés. Eylon, que je connais -ou pas- pourra rouspéter contre l'ennemi envahisseur, il est le seul à proposer et retomber dans le vif de votre sujet.
Ayez peur, tremblez devant ce seul et unique chasseu, venu de l'entrevue du Voila, ce qui nous sépale elle et moi du Mal que vous rapportez de ce mavais côté. Elle apporte la vérité et donc la rancoeur, et s'en vient vous passer le bonjour lorsqu'elle connait votre cour. Elle est grande mais si basse, dans sa rixe de rime, elle me surpasse, son solar fut retrouvée notamment dans les praires nécroliennes sans que le seigneur Azhar dans ces viles actions malsaines ne puisse la botter du dedans. Elle ne vous connait pas chacun mais pourtant elle sait vous faire tromper. Alors qui est-elle, cette grasse donzelle, mère du désert la douce gazelle qui fait plus trembler le conseil que les Illuminés revenchards et discrets qui découpent votre miel ?


Il tourna encore sur lui-même. montrant ses dents blanches de brossements à toute la petite contrée de politiques. Dans son air fin et frais, il se stoppa rapidement, et posa un temps d'arrêt et ouvrit ses grands yeux devant ces visages dégarnis de volonté.

Héhé... Vous doutez ! Elle fut là, mais vous l'avez oublié, la petite reine. Kalyso la vénéré, je l'appelle ! Car vous avez osé l'ignorer, même dans les seules pensées, il ne faut pas, vous n'avez pas le droit ! Vous n'êtes rien sans elle, et vous la laissez tomber. Terrible mutation de l'homme qui ne récompense pas l"analyse tout comme il ne décèle pas en lui l'envie d'une déduction concise. Alors ? Que pouvez-vous dire de cette accusation que je vous lance ? Vous ne pouvez rien, pas même votre dans des lèvres ne m'impressionne et tout beau discours que vous faites ,vous n'en êtes que plus bas, que plus bête !

Alors il faudra réflechir, seulement vous comme moi ne savez plus quoi dire. A la différence que je suis en manque d'insipiration oratoire, je me mouve dans des joutes physiques de l'abattoir d'une viande avariée qu'est la votre dans quelques années. Alors pourquoi aimeriez-vous la guerre ? Et pourquoi préferiez vous la paix ? N'y a-t-il pas en ce monde inconnu une équatoin qui résolve toutes les opinions et les pensées ? Laissez donc ceux qui veulent vouloir, et seront libre ce que doivent devoir. Les menteurs mentiront, et les sages sauront. N'est-ce pas là l'impossible congruence d'un modulo complexe. Faut-il éplorer pour croire que chacun dit vrai ? Thorgrin est un dieu, ne le sait-il pas mieux que nous tous ? Fillmore est pacifiste et bonseigneur, pourquoi le nierons-nous ? Hestios est drogué, shooté et sûrement par de vapes fumées, il plonge dans l'amalgame de la guerre et de l'envie de tuer, comment ?

Répondez à ces questions chacun de vous et vous comprendrez que je ne suis pas celui que vous croyez. D'ailleurs vous serez géné d'apprendre que je ne suis pas venu pour vous, mais cette Dame, Kalyso.

Na !

Car dans tout ce respect que vous définissez en des termes jolis, le premier de tous et de savoir écouté. Et vous dans vos tubes bouchés d'un orgueil de violence laiteuse, vous n'entendez rien à ce qu'elle a voulu vous dire, misérable ingrats de la société. Bientôt la menace qu'elle représente fondra sur vous, et vous ne pourrez plus dire que l'on vous ne vous avez pas prévenu. Car lçà où il y a brêche, Kalyso passe le voile et s'installe, pour ne plus jamais bouger... Sus aux armes ! Vénérez vos dieux et laissez les autres tranquilles, pour que nous dormions du bon côté à jamais !


Il fronça largement les sourcils, raffermissant son viage, devenu alors vieux et crispé... Il passa sa main devant sa bouche, et comme à un camarade de classe,il chuchota :

Au lieu de vous déchirez pour je ne sais quelle entité, regardez ailleurs. D'entre les morts se lève un Cercle bien plus dangereurx que n'importe quel loup affamé. Le Cercle de Thorin, est debout, car vous chamailleries lui fait passer à ses fanatiques la discrétion parfaite. Le danger est là, ne vous laissez pas berner par cette vieille réunion d'esprits malsain et pervers...

Il se releva d'un bond, comme si rien ne s'était passé

Madame, où sot les champignons ! J'ai faim de manger, et soif de boire, qu'on me serve la table sans quoi je ne pourrais avaler !

Auteur : Azath, Seigneur d'Antioch
04/11/07 21h10 | 38 Galan 3726

"Quelle tristesse.
La vie est telle une pelote de laine.
On la déroule.
Tombant au sol, le fil doux et chatouilleux
Formant des motifs étranges et curieux.
C'est notre canevas qui s'étale.
Les vies qui s'écoulent et tombent avec délicatesse et discrétion,
Oubliées et remplacées par une nouvelle couche de fil.
De ces motifs, on en aperçoit de distincts, ceux qui marquent la trame temporelle.
Et quand la pelote se finit, plus rien n’arrive d’elle.
La fin des temps sera à nos portes et il faudra qu'une entité divine rembobine la pelote pour recommencer encore et encore."

" Pourquoi ce fatalisme, mon seigneur ? N'êtes vous pas satisfait de la trame temporelle ?"

"Oui et non mon enfant. Si je pouvais rembobiner une partie du fil de la pelote et refaire un autre motif au sol alors je le ferai, quitte à sacrifier des vies inutiles pour assouvir mes desseins. Gaïa serait alors seule juge de mes actes."


Depuis le début, Azath Seigneur d'Antioch, assistait au débat. Son bras droit, Cylia, affichait toujours une mine impassible ; elle qui était soumise à son empereur, son idole, son dieu. D'une mine déconfite, il observa ces dirigeants se lancer mutuellement des reproches. Les motifs demeuraient les mêmes dans cet endroit.


" Regarde mon enfant, regarde ces hommes et ces femmes. Pourquoi ces reproches ? Si eux aussi ils pouvaient manipuler le flux temporel à leur guise alors il n'y aurait pas de débats. Mais ils pestent tous, les uns jalousent les autres. La jalousie amène à la haine. La haine amène à la colère. La colère amène à la guerre. Devrais je les apaiser ? Moi qui suis sans vie ? "

" Faites ce qui a de mieux pour les Illuminés mon seigneur."

" – L’illuminati, oui... Mon alliance désormais. Ma nouvelle famille. Là où mes anciens disciples sont devenus les rois de la galaxie. Finalement, je ne serai pas le Roi suprême. Mais j'ai moi même mis ces enfants au sommet d'états naissants. J'ai à la fois gagné et échoué... "

" - Juste par curiosité mon seigneur : qu'est ce que vous auriez voulu faire à la place ? "

" - J'aurai préféré être un Roi naissant ma fille, plutôt que d'avoir été le conseiller des rois."


Azath activa sa console et écrivit un message à l'aide de ces magnifiques assemblages technologiques. Son dernier. Il faut laisser une trace dans ce tas de fils. L’histoire ne peut l'oublier. Il allait dire ce qu'il ressentait pour quelqu'un. Il devait profiter de ces dernières longueurs car la pelote arrivait à sa fin. Les lettres s'enchevêtraient pour former son ultime plaidoyer, son propre canevas. Ces écrits s’adressaient à deux personnes en particulier. L’une conversait avec lui dans le passé mais aujourd’hui c’est un silence lourd de conséquences qui s’est installé. L’autre avait été une sorte d’ami qui en dépit de son chemin si différent d’Azath, lui ressemblait sur beaucoup de points.

La dernière personne quitta son pupitre. D’un pas lourd et résolu, Azath se dirigea vers son destin. Sa capuche était toujours baissée sur son visage. Il rapprocha le micro de sa bouche, offrant la plus nette des émissions.


« Bonjour ou bonsoir selon les créneaux horaires.

Quand je vous vois, je ne peux qu’éprouver un sentiment d’échec. Non que dis-je ? Un ensemble d’échecs, un conglomérat d’erreurs qui pèse énormément sur ma conscience. Je tenais à ouvrir mon âme à cette joyeuse assemblée. Enfin non. Pas toute mon âme, j’aurai peur de vous contaminer avec ma folie bien que certains soient marqués par quelques traits de caractères trop hétéroclites pour passer inaperçu. Je vais vider mon sac. Lester ma conscience. Avouer mes sentiments à certaines personnes.

Profitant de ma clarté d’esprit, je vais vous dire ce que sont les illuminés. Ayant été membre des deux dernières alliances dominantes dont l’Oracle Maudit, je peux affirmer avec toute ma force de caractère que ce sont deux regroupements totalement distincts et indivisibles, deux entités aux courants philosophiques opposées. L’Oracle Maudit a bien montré sa volonté à instaurer un règne partagé seulement avec les Sombres Croisés et l’ARM. Vous l’avez bien vu. Ce fut très amusant de notre côté. Le sang a coulé. La destruction a engendré la renaissance. Le cycle de la Vie est revenu à son point de départ pour entamer un nouveau tour. Chacune des alliances hégémonistes a voulu se tailler une part de camembert et puis vous connaissez la suite : trahison des Sombres Croisades et j’en passe…

Les Illuminatis. Que dire de ma nouvelle alliance ? Déjà, je précise que je ne suis pas le ministre de la Diplomatie et ça c’est le bonheur. Vous ne pouvez pas savoir l’envie débordante de vivre et de survivre qui irradie de mon corps ! Parce que comme le dirait mon auguste ami Ethan, ancien chef des Sombres Croisades, dirigeant de l’ancien …euh… je ne me souviens plus de son nom d’état…Archange peut-être… Enfin bref ! La diplomatie est la tâche la plus ingrate accordée à un dirigeant d’état d’une alliance. Erathia ! Oui c’est peut-être ça. Faut dire que ce type est un véritable schizophrène. Et puis vous ne pouvez pas savoir comment je m’en bats le steak de la situation géopolitique galactique. C’est aussi passionnant que la reproduction des escargots géants de la forêt équatoriale inférieure de Vertana.

Oui pardon je m’égare. Les Illuminés sont des gens très respectables qui ne sont guère animés par l’ivresse du pouvoir. Si j’étais un espion, je dirai ceci à mes employeurs : les Illuminatis ne constituent pas un danger immédiat. Ils sont pacifiques. Ils font leurs pillages citoyens et passent leurs journées à se pavaner et à boire de la vodka. Demandez au dirigeant du Reymenes. Il vous répondra tout en étant sec. En plus, si vous lui apportez de l’alcool mais que vous omettez le whisky alors attendez vous à une déclaration de guerre de sa part. C’est la seule raison qui peut le pousser à un comportement frénétique.

Des dégénérés je vous dis ! Ils ne sont pas capables de rester aux commandes de leurs états en restant sobres. Des loques humaines. Des gens formidables qui pensent que la vie est trop courte pour ne jamais s’éviter des moments de détente et de plaisir. Pourquoi croyez vous que je les ais choisi ? La Société de Totchi m’a toujours rejeté parce qu’ils étaient soit disant trop nombreux. Cela ne les a pas empêché de recruter Jumi… Alors je suis parti autre part, cherchant mon îlot de bonheur.

Alors quand je vous vois frémir devant nous, je ne peux m’empêcher d’être iconoclaste. Je brise l’image que vous vous faites de nous afin de ne pas vous inquiéter sur de faux problèmes. Néanmoins l’Illuminati sont un dragon dormant. Le chatouiller et le provoquer attisera sa colère. Et nous savons décuver rapidement quand le besoin s’en fait sentir. Inquiétez vous plutôt d’une personne qui va annoncer le glas de notre fin à toutes et à tous. J’ai nommé Dame Kalyso et les démons qu’elle sert.

C’est à vous que je m’adresse désormais O Ma Dame ! Ma pauvre enfant, tout est de ma faute. Si seulement j’avais fait preuve d’empressement ce jour là, si j’avais empêché le Chapelier Fou… Si mes forces d’interpositions avaient été plus compétentes… »




La voie d’Azath perdait de son intensité. Elle trahissait sa neutralité. Une tristesse pure et véritable l’envahit. Mais malgré le poids de ses échecs, il s’empressa de continuer :


« Croyez moi madame. Si le Chapelier Fou n’avait pas été mon ami, je lui aurais décoché une foudre noire sur sa sale tronche. L’immonde crapaud aurait fini dans une broyeuse. Mais j’ai été faible. Mes sentiments m’ont trompé ce jour-là et je me suis fouetté pour me purifier. Il a fallu 10 heures au médecin pour refermer toutes mes plaies du à l’automutilation. J’espère que cela sera suffisant pour me faire pardonner. »



Des yeux perçants purent apercevoir une larme fugace, signe d’un incontestable regret. Soudain, la tristesse s’envola. Un sourire se dessinait désormais sur un homme aux pensées diamétralement opposées. Son interprétation à la barre n’était pas finie.


« Oui passons aux réjouissances ! Parce que je viens de trouver l’âme sœur. Cette personne fait battre mon cœur et je voudrais lui demander sa main. Elle est d’une noirceur sournoise, couplée d’une fourberie sans précédent et trouvant malgré ses bassesses, des raisons valables à ses méfaits ; En plus, cette personne n’est pas si mal foutue physiquement ce qui en rajoute à son charme. »

« Lord Thayll, je t’aime. Je suis toujours aussi admiratif devant tant de cruauté venant de toi. Acheter mes lots de mana et me dérober tout mon crédit par la suite est digne d’un grand dirigeant. Ta monstruosité m’a fait succomber et cela est à prendre dans tous les sens. J’aime qu’on me fasse mal et j’aime qu’on le fasse bien.

Acceptes tu une histoire passionnelle avec moi, Oh my Lord ? Ou laisseras tu cette carcasse qui m’habite seule avec mon chagrin ? »


L’histoire de Galactica inclura t’elle un mariage gay ? Seul le principal intéressé nous le dira…